BAKARY SAMBE ANALYSE LA « GUERRE DES CHEFS » AU SEIN DE BOKO HARAM (LE POINT -AFRIQUE)

Abubakar Shekau, chef de la secte islamiste, est furieux. Mardi 2 août, le groupe État islamique, auquel il a fait allégeance, l’a tout simplement évincé.


BAKARY SAMBE ANALYSE LA « GUERRE DES CHEFS » AU SEIN DE BOKO HARAM (LE POINT -AFRIQUE)

Qui dirige ce 4 août Boko Haram, le groupe armé islamiste actif au Nigeria et dans les pays voisins autour du lac Tchad ? La question se pose depuis cette semaine : le groupe État islamique, auquel Boko Haram a prêté allégeance en mars 2015, a nommé un nouveau « wali (chef) de l’Afrique de l’Ouest » en la personne d’Abou Mosab al-Barnaoui. Des divisions qui s’affichent désormais au grand jour, puisque Shekau, maintes fois annoncé pour mort, a refait surface plus déterminé que jamais à bander les muscles. Trop tard ?

Qui dirige Boko haram ?

Mardi soir, rien ne laissait présager un revirement aussi important au sein du groupe Boko Haram. Il y avait bien les rumeurs autour d’une purge du leader historique de la secte islamiste, mais elles finissaient toujours par être démenties dans des communiqués de l’EI. Shekau, qui a pris la tête de Boko Haram après l’exécution de son leader historique Mohamed Yusuf par les forces de l’ordre nigérianes en 2009, a souvent été donné pour mort par l’armée. Dans sa dernière apparition vidéo, qui date de mars, l’homme, agité et fantasque, paraissait affaibli, déclarant même : « Pour moi, la fin est venue. » Mais il est resté le chef de la section de l’État islamique en Afrique de l’Ouest jusqu’à la publication d’une interview d’Abou Mosab al-Barnaoui parue dans la revue al-Naba, qui est l’hebdomadaire en langue arabe de l’EI. Dans cet entretien, cet homme, dont on ne connaît que le nom de guerre et qui suscite des spéculations, est présenté comme le nouveau wali – c’est-à-dire le nouveau gouverneur de l’EI en Afrique de l’Ouest. Ce qui implique logiquement le limogeage d’Abubakar Shekau. Lui ne l’entend pas de cette oreille et, le 3 août, s’exprime pour la première fois depuis plus d’un, dans un document audio, dans lequel il s’adresse directement à l’émir de l’État islamique en critiquant ouvertement le choix du groupe. En effet, c’est la personne même de son successeur qui ne lui convient pas, Abou Mosab al-Barnaoui étant, selon ses propres mots, un déviant, qui est dans l’erreur doctrinale.

Shekau ou la ligne ultra-radicale

Traditionnellement plus proche d’Al-Qaïda, Shekau est décrit par de nombreux experts comme un personnage « fantasque et un peu délirant », précise Romain Caillet, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient et spécialiste des questions du djihad, à l’AFP. C’est un en mars 2015, après avoir prêté allégeance à l’EI, que Shekau prend ses distances avec la doctrine originelle de la secte islamiste. Un choix qui concourra à sa perte. Plus précisément, selon des experts, la violence extrême perpétrée par Boko Haram ces deux dernières années contre des populations en grande majorité musulmanes, les kidnappings de femmes et d’enfants, les attaques de mosquées ont rapidement été désapprouvés par des membres de l’EI, créant des tensions. L’insurrection menée par Boko Haram – et sa répression par les forces de l’ordre – ont fait au moins 20 000 morts et 2,6 millions de réfugiés dans le nord-est du Nigeria et les régions frontalières des pays voisins, autour du lac Tchad. « Shekau ne faisait pas l’unanimité », explique Romain Caillet à l’AFP. « Mais, régulièrement, l’EI publiait des communiqués pour rappeler qu’il (Shekau) restait le wali du groupe (nigérian), malgré les rumeurs » sur sa disparition.

Un rapport de force qui impacte déjà le terrain

Nouveau coup de théâtre jeudi avec un message audio, dont la voix a été identifiée par un journaliste de l’AFP habitué aux déclarations du groupe, mais pas encore authentifiée par les autorités. Dans cette déclaration, Shekau menace de ne plus « les (l’EI, NDLR) suivre aveuglément » et affirme ne plus accepter « aucun émissaire (de l’EI), sauf ceux vraiment engagés dans la cause d’Allah ». Al-Barnaoui, que les experts considéraient jusqu’alors comme l’ancien porte-parole de Boko Haram – notamment à cause de ses discours clairs et engagés sur les objectifs du califat d’Afrique de l’Ouest -, n’avait jamais été reconnu comme tel par son leader Shekau, laissant présager des tensions, désormais exposées au grand jour. « On voyait déjà d’un point de vue stratégique que le groupe était fortement divisé, analyse Yan Saint-Pierre. Maintenant, la division est publique et le linge sale n’est plus lavé en famille. » Le rapport de force qui est en train de se mettre en place va aussi dépendre du nombre de combattants étrangers engagés. En 2014, les estimations sur les forces de Boko Haram vont de 6 000 à 30 000 combattants, la plupart issus de l’ethnie kanouri, mais aussi des Tchadiens, des Camerounais, et Nigérians qui combattent dans cette frontière poreuse du Nigeria. Une minorité qui pourrait très rapidement faire pencher la légitimité internationaliste du groupe vers le nouveau chef Abou Mosab al-Barnaoui.

Qui est Abou Mosab al-Barnaoui ?

Dans la lettre de l’Observatoire des radicalismes publiée en mai dernier, le directeur de Timbuktu Institute, Bakary Sambe, annonçait le changement de leadership qui se préparait à la tête de Boko Haram. « Lorsque Abubakar Shekau, en 2014, avait fait allégeance à l’Etat islamique, cette allégeance n’a jamais été officiellement acceptée par la nébuleuse Daech et son khalife Al-Baghdado. » Pour l’expert, « il y avait un problème de casting et d’image qui se posait, le profil de Shekau n’ayant jamais séduit Daech qui joue sur la modernité du discours et la finesse communicationnelle, ce qui ne collait pas du tout avec Abubakar Shekau ». Que disent les experts sur l’identité du nouveau chef désigné ? Bakary Sambe avance prudemment, car pour l’instant Abou Mosab al-Barnaoui est un simple nom de guerre comme cela se fait dans les milieux djihadistes. Avant d’ajouter qu’il faut aussi y voir « la symbolique de la reprise du nom d’Abou Moussab al-Zarqaoui, le terroriste jordanien, mais aussi la référence à l’origine bornouane de Boko Haram, al-Barnawi signifiant tout simplement être du Borno, l’État du Nord-Nigeria qui a vu émerger la secte fondée par Mohamed Yusuf en 2002 ».

L’État islamique prend le contrôle

Cette guerre des chefs, qui n’en est qu’à ses débuts, va entériner l’éclatement du mouvement « entre une cellule originelle de la Yusufiyya nigériane, affaiblie, acculée par l’offensive militaire, et des factions évoluant dans l’économie criminelle ayant comme fief le pourtour et les îles du lac Tchad », conclut l’expert sénégalais. Après avoir fait allégeance au groupe État islamique, Boko Haram vit donc ses premiers bouleversements sur le plan de la communication – et bientôt de la stratégie militaire ? Cela ne fait aucun doute, pour Romain Caillet : « En discutant avec un certain nombre de journalistes, ils m’ont dit que, quand on parle à des militaires, souvent des militaires tchadiens, ils disent qu’il y a des Blancs maintenant avec Boko Haram. Alors peut-être éventuellement que, pour ces Africains, les Blancs, ce sont des Arabes. Donc je n’écarte pas l’hypothèse qu’il y ait carrément des cadres de l’État islamique venus du territoire syro-irakien qui sont actuellement avec Boko Haram ou l’EI en Afrique de l’Ouest », a-t-il affirmé sur Radio France Internationale.

Même si la présidence nigériane avait annoncé en décembre dernier que Boko Haram était « techniquement vaincu » et que le groupe avait perdu une large partie de ses fiefs dans le nord-est du Nigeria, la situation reste extrêmement préoccupante. Les 2,6 millions de déplacés du conflit ne peuvent toujours pas rentrer chez eux. Fin juillet, Médecins sans frontières (MSF) a alerté sur « un désastre humanitaire » en cours dans la région du lac Tchad. Aujourd’hui, Boko Haram est divisé en plusieurs groupes, certains proches de l’EI, d’autres d’Ansaru – faction dissidente de Boko Haram – et de la mouvance d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « Boko Haram est moins en perte de vitesse que l’EI ne l’est en Irak », affirme Romain Caillet.

Samedi 6 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :