Autoroute à péage : la hausse des tarifs va faire baisser le pouvoir d'achat (expert)


Autoroute à péage : la hausse des tarifs va faire baisser le pouvoir d'achat (expert)
La hausse annoncée des tarifs du péage va davantage contribuer à la baisse du pouvoir d'achat des Sénégalais en général, en particulier celui des transporteurs dont le porte-monnaie est déjà ponctionné par le prix exorbitant du carburant, affirme Mbaye Chimère Ndiaye, chef du département intelligence économique à la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Dakar (CCIAD). Dans un document dont l'APS a obtenu copie, M. Ndiaye estime que "cette augmentation des tarifs du péage est incompréhensible et reste incohérente avec le niveau de l'inflation dans notre pays, qui demeure bien maîtrisé ces derniers trimestres".

Il se demande si cette flambée des prix ne pousserait pas les transporteurs à boycotter l'autoroute à péage ou à répercuter ce surcoût sur le prix des transports en commun et par ricochet des marchandises et autres biens de consommation.

Les tarifs prévus pour l'accès à l'autoroute à péage Dakar-Diamniadio, dont l'ouverture officielle est prévue jeudi, sont ainsi fixés : véhicules légers : 1 400 FCFA, véhicules de transport en commun et minibus : 2 000 FCFA, poids lourds et cars : 2700 FCFA.

Avec les changements de tarification annoncés, relève Mbaye Chimère Ndiaye, "le tarif du tronçon entre Dakar et Pikine va passer de 200 à 300 FCFA (deux roues), de 400 à 500 FCFA (véhicule léger), de 600 à 800 FCFA (transport en commun et minibus) et de 800 à 1000 FCFA (poids lourd et car), soit une hausse respectivement de 50%, 25%, 33,33% et 25%".

Selon le directeur de l'Observatoire économique de la Chambre de commerce de Dakar, "comparés à certains pays africains comme la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso ou encore le Maroc où le niveau de vie moyen est plus élevé, les résultats sont comminatoires".

Il relève que "le prix par km de notre autoroute pour les véhicules légers est respectivement deux et quinze fois plus cher que ceux de Côte-d’Ivoire et du Burkina Faso", tandis que de Rabat à Casablanca, "le tarif moyen est fixé à 21 Dirhams (1 237 F CFA) pour 80 km, soit une différence de 28,3 FCFA/km par rapport au tarif moyen entre Dakar-Diamniadio".

"La comparaison avec les pays occidentaux fait ressortir le même constat. En effet, l'autoroute à péage Paris-Limoges qui, en moyenne, coûte 34 FCFA/km, est 1,5 fois moins chère que celle de Dakar-Diamniadio", note encore M. Ndiaye.
Dakaractu2




Jeudi 1 Août 2013
Notez


1.Posté par DEUG le 01/08/2013 15:23
Et que dites vous M. NDIAYE du carburant économisé naguère trop dépensé dans les embouteillages?
je crois aussi que les tarifs des véhicules de transport en commun peuvent ne pas augmenter du fait qu'ils pourront effectuer plus de trafics qu"avant

2.Posté par Aldo le 01/08/2013 15:40
C'est quoi cette histoire, il n' y a pas d'autoroute à péage au Burkina. Pour ceux qui n'ont jamais fait le Burkina, il faut comprendre que toutes les routes ou presque qui sortent des grandes villes sont considérées comme des "routes à péage". C'est comme si, pour aller à Kaolack vous devez payer pour emprunter la nationale 1.

Non je suis désolé faut comparer des choses comparables.

Ensuite, arrête l'auto flagelation; Depuis quand le niveau de vie au Burkina est plus élevé que celui du Sénégal?

3.Posté par tala le 01/08/2013 17:43
Ces prix sont simplement scandaleux pour une autoroute que les sénégalais ont payées. Le français SENAC va encaisser des milliards sur le dos des sénégalais et rapatrier l'argent en France. Les embouteilleges vont continuer car ces prix sont hors de portée. Imaginer quelqu'un qui quitte Thiès pour venir travailler à DAkar va en plus du carburant dépenser 2800 FCFA pour les péages. C'est inhumain. J'ai l'impression qu'on ne veut pas quelques parts que les sénégalais aspirent au confort. En plus qu'on nous dise où ira l'argent collecté par SENAC? après que le Sénégal ait réalisé ses investisements. Qui va payer les dettes? Il faut éclairer les sénégalais.

4.Posté par Bathie le 01/08/2013 20:21
Je crois que, comment l'a bien suggéré un compatriote sur un autre site, l'état doit explorer la possibilité de rembourser à Eiffage ses 60 milliards et procéder à un contrat d'affermage plus profitable pour les sénégalais. Les tarifs proposés par SENAC, même s'ils peuvent être acceptés pour les poids lourds qui sont pratiquement les seuls à contribuer à la dégradation de la chaussée, sont inacceptables pour les véhicules légers. Les travailleurs qui doivent l'emprunter tous les jours risquent d'y laisser leurs maigres salaires, ils ont des véhicules particulier. Seuls les transports en commun peuvent s'en sortir, car les hypothèses de prix de carburants ne tiennent plus depuis que le coût du litre caracole allègrement vers les 1000 francs CFA. Fraternellement.

5.Posté par Autoroute de la honte le 02/08/2013 02:25
C'est SCANDALEUX, INACCEPTABLE et HONTEUX que le Senegal ait tant dépensé (2/3 des couts globaux) et travaillé pour finalement confier l'exploitation de cette nouvelle infrastructure routière à une entreprise française pour les 30 ans a venir. Ce n'est pas sérieux et cela pue la corruption et la magouille de nos dirigeants politiques encore de connivance avec les sangsue de Frenchies. L'Afrique sera sucée jusqu'a la dernière goutte de sang tant que nous collaborerons avec et obéiront aux Frenchies. Après plus de cinquante année de prétendue "independance" nationale, il n'est pas normal que nous continuions à maintenir notre pays sous le joug, l'esclavage de la France. Le scenario de domination economique de notre pays par la France rappelle celui impose a la France sous l'occupation allemande pendant les premières années de la deuxième guerre mondiale: controle de la monnaie et de toute l'economie française par l'Allemagne. C'est kif-kif. Et le neocolonialisme français a encore de beaux jours a vivre du fait de la complicité de ses laquais que sont nos dirigeants politiques mus par leurs seuls interêts personnels, familiaux ou claniques. VIVE LE BOYCOTT DE CETTE NOUVELLE AUTOROUTE TANT QUE LES TARIFS DU PEAGE NE SERONT PAS RAMENES A DES NIVEAUX ACCEPTABLES!

6.Posté par Milckodiaz le 08/08/2013 13:39
Je suis tout a fait d'accord avec vous Monsieur NDIAYE, par votre raisonnement il ressort vous êtes un grand économiste des temps dont le Sénégal pourra compter.



Dans la même rubrique :
SALL CRASH !

SALL CRASH ! - 24/04/2014