« Aucun leader lucide n’a intérêt à hériter d'un pays en lambeaux » ( BABACAR NDAW ,Ministre chargé des Eco-villages )


« Aucun leader lucide n’a intérêt à hériter d'un pays en lambeaux » ( BABACAR NDAW ,Ministre chargé des Eco-villages )
HALTE A LA VIOLENCE, PLACE AUX URNES !

« Aucun leader lucide n’a intérêt à hériter d'un pays en lambeaux »

L'annonce de la candidature du Président Wade en septembre 2009, avait surpris l'opposition au point que celle n'a soufflé un seul mot pendant presque un an. Il a fallu attendre juin 2010 pour que celle ci commence à en parler en termes conflictuels.
C'est qu'en réalité, l'opposition n'avait jamais intégré, dans son schéma, la candidature de Me Wade, croyant naïvement que c'est son fils qui allait se présenter.
Mal lui en a pris quand elle s'est rendu compte que son unité réalisée autour de Benno Siggil Sénégal durant les locales de 2009, ne pouvait plus se prospérer, du fait du choc des ambitions présidentielles de ses différents leaders et des suspicions et frustrations nées des élections et de la gestion des collectivités locales dont elle a la charge.
Dès lors, pour éviter un éclatement fatal pour les échéances présidentielles, il fallait trouver un prétexte préfabriqué qui pouvait servir de ciment à une unité d'actions nécessaire pour leur combat politique. Voilà l'explication politique du faux problème de la recevabilité de la candidature du Président Wade.
C’est à se demander pourquoi la candidature de Wade fait-elle peur à l'opposition au point de susciter autant d'ostracisme ! Quelques éléments de réponses semblent plausibles :
-Son bilan : jamais, de mémoire de Sénégalais, un chef d'Etat de ce pays n'a fait autant de réalisations en un temps record et dans tous les domaines dans un contexte de crise économique mondiale défavorable.
-Sa vision du pays et ses ambitions radieuses pour un Sénégal émergeant.
-Son intelligence politique, son courage légendaire et ses convictions fermes dans les valeurs de libertés, de justice, de paix, de démocratie et de progrès.
-Son charisme et son leadership incontestable au Sénégal , en Afrique et dans le Monde sur les questions du Panafricanisme, de développement, de la défense des intérêts de l'Afrique et des pays du Sud, des droits de l'Homme et de libertés, du genre, etc.
Tous ces atouts sont autant d'arguments qu'on ne peut trouver dans aucun des candidats qui lui font face. Il est évident que devant une personnalité de l'envergure de Maître Abdoulaye Wade, les leaders de l'opposition n'ont aucune chance devant lui dans le cadre d'une compétition électorale transparente et apaisée. Par conséquent, à défaut de boycotter cette échéance - ce qui serait fatale pour elle - , il faut empêcher sa candidature à tout prix, quitte à créer une situation chaotique, quasi insurrectionnelle, qui pourrait être propice à des forces aventuristes. Une telle perspective n'honore pas une opposition qui avant 2000 était citée en exemple pour son caractère républicain et son sens des responsabilités. Qu'est-il arrivé à cette opposition pour qu’elle soit déjà à bout de souffle, en onze ans seulement, au point de sombrer dans des dérives inqualifiables, à la limite suicidaires.
Une analyse lucide de leur nature différenciée renseigne sur l'option suicidaire qui ressemble à bien des égards à la tactique du "Tout ou rien".
-Il y a le camp des candidats socialo-communistes regroupés autour de Tanor Dieng ou Moustapha Niasse, dont la position n'a d'égale que leur impatience à retrouver un pouvoir qu'ils ont perdu dans des conditions surprenantes et amères. En plus, ces leaders jouant leurs dernières cartes (et donc leur avenir politique) sont prêts à TOUT pour revenir au pouvoir.
-Il y a le camp des libéraux déshérités : Idrissa Seck, Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio. Lequel camp caractérisé par la frustration et l’impatience de ceux qui l’incarnent à succéder au père à TOUT prix. Chacun d'eux se croit investi d'un destin national et pense que son heure a sonné. Leur trait commun est leur haine à l'égard du fils biologique qu'ils accusent à tord d'être le dauphin attitré.
- Il y a enfin le camp des prétendus "messies" qui pensent pouvoir tirer profit d’un chaos imaginaire. En espérant porter la tenue de pompier, ces pyromanes comptent effectuer leur sale besogne : allumer le feu !
Des hommes de ce genre peuvent-ils être dignes de confiance au point de prétendre mériter que notre peuple leur confie son destin ? Oh que non ! Le Sénégal a atteint un niveau de maturité et démocratie ainsi qu’une aura internationale incontestable tels qu'on ne peut pas le confier à n'importe qui.
Des gens qui ont pris fait et cause pour la violence à tout prix pour accéder au pouvoir ne sont pas dignes de diriger ce pays dont les valeurs suprêmes sont la Téranga et la stabilité. Où est la démocratie quand, ceux qui aspirent à diriger ce pays ne sont pas prêts à accepter une décision, parce qu’en leur défaveur ? Une attitude d’autant plus ridicule qu’elle vient d'une instance qu’ils n’ont récusé que des années après l’installation de ses membres et, surtout, dont ils attendent une décision favorable, faute que de quoi ils lui nieraient ses prérogatives !
Combien de fois pendant vingt six ans d'opposition Maitre Abdoulaye Wade a t-il subi le camouflet des instances de régulation et de contrôle ? N'a-t-il pas été emprisonné avant même la proclamation de résultats des élections ? N'a-t-il pas été brimé et réprimé mainte fois avec ses alliés. Pour autant, tout cela ne l'a pas poussé à opter pour la violence. Sa célèbre phrase est devenue culte : "Je ne marcherai pas sur des cadavres pour accéder au pouvoir". Pourtant, ce ne sont pas les pressions de la rue, de forces obscures et de jeunes désoeuvrés en quête d’un mieux-être qui manquaient.
Mais la qualité d'un leader éclairé que fut Me Wade c’est sa capacité à décrypter les signaux, à discerner l'apparent et le réel, à transcender les contingences au profit d'un idéal qui ne peut se réaliser que dans la paix et la quiétude. Encore que ceux qui lui font face aujourd'hui n'ont subi ni ostracisme, ni brimades de la part de son régime. Patiemment, intelligemment, il s'est battu dans le respect des Institutions républicaines pour accéder au pouvoir dans la paix et la stabilité. Puisse son exemple inspirer le camp de ses adversaires, afin que le Sénégal puisse sortir grandi de cette échéance présidentielle qui nous attend dans les jours à venir.
Dans le cadre d'une démocratie républicaine, le seul mode d'accès au pouvoir est l'élection. C'est une base consensuelle à laquelle personne ne doit déroger au risque d'être disqualifié.
Il faut savoir raison garder. L’opposition, fût-elle en manque de leader et de repères, ne peut pas être juge et partie. En démocratie il faut toujours un arbitre, et après l'avis du conseil constitutionnel le peuple souverain constitue le seul arbitre valable. Il s'exprimera à travers les urnes et non dans la rue par des méthodes « anarcho-émeutières » dignes de l'époque stalinienne.
Aujourd’hui, toute la classe politique nationale doit avoir à coeur que ce pays nous appartient à tous, et pour assouvir nos ambitions personnelles, nous ne devons pas jouer sur les sentiments de frustrations d'une partie de la jeunesse pour le mettre à feu et à sang. Ce serait irresponsable et anti-patriotique. Ceux qui attisent le feu doivent prendre la juste mesure de leur responsabilité et arrêter pendant qu'il est encore temps. Il faut laisser le peuple souverain qui est le seul juge en définitive l'occasion d'exprimer, dans le calme, son verdict le 26 Février 2012. Il y va de la crédibilité de la classe politique sénégalaise qui ne doit pas prendre le peuple en otage.

BABACAR NDAW
Ministre chargé des Eco-villages,
des Bassins de rétention,
es Lacs artificiels et de la Pisciculture
Responsable politique à Grand-Yoff
Lundi 30 Janvier 2012
BABACAR NDAW




1.Posté par revolutionnaire le 30/01/2012 20:07
En tout cas il ne faut rien attendre des marabouts de quelque bord qu'ils se trouvent. Chanque fois qu'on dit que serigne yi dagnu wara wax ax abdoulaye wade ils se taisent et kan le peuple veut manifester ils disent JAMM JAMM na talié yi tokk seen kerr. Je vous jure que ce ne sont pas les marabouts qui vont regler les probemes des senegalais. ON VA SORTIR DES MAISONS DESCENDRE DANS LA RUE ET JE DONNE UN CONSEIL A TOUT LE MONDE. FINI LES PAROLES. ILS FAUT S ARMER DE COUPE COUPE PREPARER DES COKTAILS MOLOTOVS ET CASSER LA GUEULE A CES ENCULES DE FLICS. gnoom gnep,ay tapétt lagnu. Je me souviens des evenements de 1988 et des evenements des policiers tués sur l avenue genrale de gaulle. Apres je les ai vus ces salauds qui tabassaient les citoyens courir comme des femmes avec leurs armes di joyy kom xalé.... Dagnu katt séén ndeye bu baax ce jour là. Et il faut refaire la meme chose. Les gens sont desarmés manifestent pacifiquement et ils leurs tirent dessus. Deux morts a podor et partout isl utilisent leurs armes contre le peuple. NAGNU KATT SEEN NDEYE GNOOM GNEPP... IL FAUT S ARMER DE COUP COUP DE BARRE DE FER ET PREPARER LE MAXIMUM DE COKTAILS MOLOTOVS... Un autre ordre a faire passer .... des que vus attrapez un policier en civil il faut lui couper les bras. Ils faut invstir les maisons des responsables du pouvoir et les bruler. Ils faut violer leurs femmes et leurs enfants car c'est le seul langage qu ils comprennent...Tous les hommes qui ont passé des années sans baiser remuez vos queue et ^rearez vous a baisez les femmes teint clair du pds GRATUITEMENT....C est fini puisque c est ainsi ouil pour oil dent pour dent... Demain ku nekk na preparé C EST LE JIHAD ET CEUX QUI MOURRONT IRONT AU PARADIS..

2.Posté par bien dit le 30/01/2012 20:14
Bien dit. Dommage que la plupart des leaders du pouvoirs comme de l'opposition n'aient pas cette hauteur d'esprit

3.Posté par La tigresse le 30/01/2012 20:21
Bien dit cher camarade beussou dé cou dounde do goor on est prèt à mourir pour la patrie. vers les chemins de la liberté !

4.Posté par dembele le 30/01/2012 20:37
Il est vrai que la dénomination de votre ministère vous oblige à vous comporter en chiwawa à l'égard de votre dévoué maître, je vous invite tout de même à garder un peu de votre salive pour votre défense quand vous serez amené au tribunal pour expliquer au peuple sénégalais comment vous vous êtes enrichi. A bientôt Monsieur le ministre qui n'a pas d'homologue dans le monde. C'est vraiment triste

5.Posté par paul camara le 30/01/2012 20:55
MAIS MR DAW , VOUS AVEZ VOULU BRULLER GRAND YOFF QUAND VOUS AVEZ ETE DEMIO DE L'ONAS
MR DAW vous etes un militant du ventre, s'il vous plait taisez vouds ,vous navez pas droit à la parole le peuple lutte pour sa liberté
HIER POUR VOS PROPRES AMBITIONS VOUS AVIEZ BRULLE DES PNEUNS DANS GRAND YOFF ALORS FERMEZ LA ! ! ! ! !

VIVE LE M23 CHER CAMARADE LA LUTTE CONTINUE CE VEILLARD DOIT PARTIR TOUS AU R.V DE DEMAIN A LA PLACE DE LOBELISQUE

6.Posté par ancien jambar le 30/01/2012 21:06
Babacar Ndaw depuis quand as tu trouvé autant de vertus à Wade. Dans l'opposition Wade était le diable aujourd'hui tu lui trouves toutes les qualités. Les opposants actuels n'ont fait ni ne dit pire que Wade opposant. Il avait toujours récusé le Conseil constitutionnel et le HCA et souvent appelé l'armée à prendre le pouvoir.

Certainement tu as compris qu'avec Wade il faut toujours donner des gages de fidélité pour garder le fromage. La tactique est bien assimilée et pour cela bravo!

7.Posté par ancien jambar le 30/01/2012 21:06
Babacar Ndaw depuis quand as tu trouvé autant de vertus à Wade. Dans l'opposition Wade était le diable aujourd'hui tu lui trouves toutes les qualités. Les opposants actuels n'ont fait ni ne dit pire que Wade opposant. Il avait toujours récusé le Conseil constitutionnel et le HCA et souvent appelé l'armée à prendre le pouvoir.

Certainement tu as compris qu'avec Wade il faut toujours donner des gages de fidélité pour garder le fromage. La tactique est bien assimilée et pour cela bravo!

8.Posté par @ancien diambar le 30/01/2012 21:49
Babacar NDaw a toujours été du même côté que Wade. Même du temps de l'opposition où il était à la LD

9.Posté par BeugSamaRew le 31/01/2012 11:52
A Monsieur le Ministre chargé des Eco-villages, des Bassins de rétention, des Lacs artificiels et de la Pisciculture qui n'a pas d'homologue dans ce bas monde , j'aimerais apporter quelques éléments de réponse sur les qualités de son mentor citées plus haut :
- SON BILAN : bateau le Diola, Réalisations jamais auditées (ANOCI, Autoroute à péage, Monument de la renaissance...) Université du Futur africain en construction depuis belle lurette, bacheliers non orientés, cherté du niveau de vie (gaz à 1800 en 2000 passe à 4300 en 2012...), nouveaux milliardaires (C Amar, Farba, Awa Coudou, Fada, SNN....)
- SA VISION : 50 ans de règne pour le PDS, Président élu avec 25% des suffrages, Train à grand écartement, Vente d'électricité dans la sous-région...
SON INTELLIGENCE : tous ceux qui font de l'ombre à son fils expulsés ( I. Seck, Macky...)du parti, s'entourer de bénis oui-oui ignares et stupides et de transhumants sans vergogne (Farba, Fada, Serign Mb. Ndiaye, Sada Nd, Djibo, iba der, Decroix, Me Seye , toi même....), Contournement de la loi (Elections législatives de 2002), Modifications de la Constitution selon son bon vouloir...
- PAIX : " kou khadiamal sama thiéré ma dame sa lokho", "l'opposition est poltrone", " policiers bou léne sandi grenades nguéne dorko thiénou vélo" disait ton mentor pour ne citer que ces quelques extraits de ses discours
- JUSTICE et LIBERTE : Meurtres impunies (Me SEYE, Lamine BA, B Gaye, le Diola ....) Attaques de la presse et de journalistes sans conséquence, Incarcérations arbitraires, Impunité délibérée ( affaires de Talla Sylla, Alioune Tine...)
- CHARISME : Non respect de la parole donnée ( le fameux WAkh Wakhète,"les promesses n'engagent que ceux qui y croient")



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016