Au moins sept morts vendredi dans deux attaques dans le nord et le centre du Mali


Au moins sept morts vendredi dans deux attaques dans le nord et le centre du Mali
 Deux soldats et un paramilitaire maliens ont péri vendredi dans deux attaques distinctes dans le nord et le centre du Mali lancées par des hommes armés, dont au moins quatre ont été tués, selon des bilans communiqués par le gouvernement et des sources au sein de l'armée.

La première attaque a été perpétrée vendredi matin dans une localité à environ 80 km de Tombouctou (nord-ouest), chef-lieu de la région du même nom, contre une mission d'escorte des forces armées maliennes (Fama), selon un communiqué du ministre malien de la Défense, Tièman Hubert Coulibaly.

La seconde attaque a visé la localité de Dioura, selon la gendarmerie locale et un responsable de l'armée malienne.

Vendredi matin, les Fama escortaient des vivres et du matériel destinés aux réfugiés venus de la Mauritanie quand elles ont été prises pour cibles par des hommes en armes à une vingtaine de km de la ville de Goundam, a expliqué le ministre de la Défense. Goundam est située à environ 100 km au sud de Tombouctou.

Au cours de cet accrochage, les Fama ont perdu deux hommes et comptent trois blessés. Un de leurs véhicules a été aussi enlevé. En ripostant vigoureusement, les Fama ont tué quatre terroristes et blessé trois d'entre eux, a ajouté M. Coulibaly, sans se prononcer sur l'identité des assaillants.

Auparavant, une source militaire et une source de sécurité maliennes avaient fait état d'une embuscade ayant visé des soldats maliens dans la même zone, et évoqué un bilan de deux militaires tués et deux assaillants abattus.

Nous avons très rapidement répondu aux assaillants dont nous ne connaissons pas encore exactement l'identité, avait affirmé la source militaire. Indiquant de son côté que l'attaque s'était produite dans la localité de Wanna, la source de sécurité avait ajouté qu'un assaillant avait été fait prisonnier, en plus des deux tués.

Vendredi soir, une source au sein de l'armée malienne a annoncé une nouvelle attaque d'hommes armés contre des participants à un marché hebdomadaire dans la ville de Dioura, dans la région de Mopti (centre), sans être en mesure de fournir un bilan et de communiquer l'identité des assaillants.

Jointe par téléphone depuis Bamako, la gendarmerie locale a expliqué des hommes armés enturbannés ont fait irruption dans la ville. Ils ont tiré en l'air avant d'aller tuer un agent des Eaux et Forêts (paramilitaire) de Dioura, a-t-elle indiqué. Ce sont des islamistes armés qui ont fait ça. Ils criaient Allah Akbar ! (Dieu est le plus grand), a-t-elle ajouté.

En janvier 2015, des islamistes avaient déjà pris pour cibles la mairie de Dioura (également orthographiée Djoura), qui avait été incendiée. Dans leur repli en direction de la Mauritanie, ils avaient tué un civil, selon des sources municipales et militaires.

La région de Mopti se situe à la frontière d'une zone où opèrent les groupes armés, dans le vaste Nord ayant été contrôlé pendant près de dix mois - entre 2012 et début 2013 - par divers mouvements dont certains liés à Al-Qaïda.

Les jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de Paris, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre, puis le sud du Mali.
Samedi 16 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :