Attentat chez "Charlie Hebdo" : 11 morts, dont 2 policiers

Le siège du journal satirique a été la cible d'un "attentat terroriste" mercredi matin, selon les mots de François Hollande. Charb serait touché.


 Attentat chez "Charlie Hebdo" : 11 morts, dont 2 policiers
La rédaction de Charlie Hebdo a été victime d'un véritable carnage, mercredi 7 janvier.
La fusillade à Charlie Hebdo a fait 11 morts et 5 blessés, selon la préfecture de police de Paris et le parquet de Paris. François Hollande a évoqué sur place 4 blessés en situation d'urgence absolue. "Nous punirons les agresseurs", a déclaré le chef de l'État. "Vers 11 h 30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquettes ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le 11e arrondissement de Paris. Un échange de coups de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a expliqué une source policière à l'AFP. Un salarié joint par 20 Minutes évoque "un véritable massacre".
 
Selon nos informations, le journaliste et dessinateur Charb, directeur de la publication, serait blessé.
 
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est arrivé sur place, ainsi que la maire de Paris, Anne Hidalgo et le président de la région Ile de France, Jean-Paul Huchon. Une réunion de crise est prévue à l'Élysée cet après-midi à 14 heures. Matignon a annoncé le relèvement du plan Vigipirate au niveau "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile-de-France.
 
Selon nos informations, une chasse à l'homme est en cours dans Paris, la brigade anticriminalité (BAC) du 11e arrondissement serait à la poursuite de deux hommes lourdement armés. Deux policiers ont été abattus. Les locaux du journal satirique, situés derrière le boulevard Richard-Lenoir, faisaient déjà l'objet d'une protection policière depuis l'affaire des caricatures de Mahomet et Charia Hebdo.
 
Un témoin que nous avons pu contacter était présent devant le bâtiment au moment des faits. Il a entendu des coups de feu. Deux hommes cagoulés sont sortis en trombe du bâtiment. L'un avait une mitraillette, peut-être une Kalashnikov. L'un a enlevé sa cagoule. Il était de type maghrébin. Le témoin s'est retourné car il a eu peur. Mais il a eu le temps de voir une voiture avec une vitre brisée "foncer". Ils ont invectivé une voiture devant eux au feu rouge pour qu'elle dégage. Et le témoin a vu une voiture de police se lancer à la poursuite des meurtriers. Il est revenu pour voir et a vu un homme mort gisant au sol, probablement un policier.
 
Selon l'agence Reuters, une trentaine de coups de feu ont été tirés, deux hommes seraient en fuite. Sur France Info, un témoin évoque la présence de "deux hommes qui auraient lancé : On va venger le Prophète". Le commando aurait commencé à tirer dans le hall, puis serait monté dans les étages. Les deux braqueurs ont renversé un piéton à Pantin en prenant la fuite avec une voiture, selon BFM TV.
Le Point
Mercredi 7 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :