Attentat à Barcelone : 13 morts et plus de 50 blessés

D'après les médias locaux, au moins treize personnes auraient été tuées, et plus de 50 blessées, lorsqu'une camionnette a percuté la foule en plein après-midi au cours d'une "attaque terroriste" sur l'avenue la plus touristique de la capitale de la région espagnole de Catalogne. Un suspect a été arrêté par la police.


Attentat à Barcelone : 13 morts et plus de 50 blessés
"Nous avons arrêté un homme et nous traitons cela comme une attaque terroriste", annoncent les Mossos d'Esquadra sur Twitter, ajoutant qu'il n'y avait "aucune personne retranchée dans un bar du centre de Barcelone", contrairement à ce qu'avaient avancé plus tôt des sources policières.

Le journal El Païs diffuse la photo d'un homme suspecté d'avoir loué la camionnette ayant foncé dans la foule. Il s'agirait de Driss Oukabir. Son profil Facebook, supprimé depuis, indique qu'il vit à Marseille. Son passeport aurait été retrouvé dans la camionnette. La police n'a pas confirmée que l'homme était impliqué dans l'attaque.

Le véhicule, de marque Fiat et de couleur blanche, a été loué à Santa Perpetua de la Mogoda, à 25 km au nord de Barcelone, rapporte la télévision publique RTVE sur base de sources policières. Différents médias espagnols indiquent que le passeport de l'un des deux suspects a été retrouvé dans la camionnette.

Le bilan officiel est "d'un mort et 32 blessés dont plusieurs graves", a annoncé à la presse le responsable de l'Intérieur du gouvernement catalan, Joaquim Forn, ajoutant que le bilan pourrait s'aggraver. La police catalane a précisé dans un tweet que dix des blessés étaient dans un état grave. Des médias locaux font quant à eux état d'au moins 13 morts et plus de 50 blessés.

Un témoin de la scène a rapporté sur les antennes de la TVE que la camionnette roulait à "au moins 80 km/h" lorsqu'elle a foncé dans la foule. Selon plusieurs médias, le conducteur de la camionnette a quitté son véhicule et pris la fuite à pied. A 18H30 (HB), la police était toujours à sa recherche. Les autorités recommandent d'éviter la zone. 

Toujours selon certains médias locaux, deux hommes armés se seraient retranchés dans un bar-restaurant du centre-ville.

"Collision massive"
Des agents repoussaient la foule au delà de la grande place de Catalunya, en criant "attaque terroriste". La zone a été bouclée par un cordon de sécurité et cinq ambulances et une vingtaine de véhicules de police se trouvaient sur place, a constaté un correspondant de l'AFP. Des blessés ont été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaine Corte Ingles, apparemment pour recevoir les premiers secours, a-t-il ajouté. 

Les stations de métro et de chemin de fer ont été fermées, ont annoncé sur Twitter les services des urgences de la ville.

Témoignages
"Tout à coup, j'ai entendu un bruit de collision et toute la rue s'est mise à courir en criant", a raconté un témoin, Amer Anwar, à la chaîne de télévision Sky News. "Il y a eu comme une mini-bousculade", a renchéri Ethan Spibey, un vacancier, sur la même chaîne. 

"Folie meurtrière"
"La folie meurtrière des terroristes frappe à Barcelone", a twitté jeudi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, après qu'une camionnette a percuté la foule sur les ramblas, l'avenue la plus touristique, de la ville catalane. "Nous sommes à nouveau solidaires et pensons aux victimes et à leurs proches", a-t-il ajouté. Le ministre a twitté ce message en français, néerlandais et espagnol.

Les vices-premiers ministres Kris Peeters (CD&V) et Jan Jambon (N-VA) ont également publié des messages sur le réseau social de microblogging. "L'horreur a encore frappé aujourd'hui. Nous sommes en pensées avec nos amis catalans", a notamment indiqué M. Jambon.

"Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches", a pour sa part écrit M. Peeters.

Washington propose son aide
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a assuré que les Etats-Unis étaient "prêts à assister" les autorités espagnoles après l'attentat qui a frappé jeudi Barcelone.

"Les terroristes à travers le monde doivent savoir que les Etats-Unis et leurs alliés sont déterminés à les trouver et les traduire en justice", a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec son homologue japonais Taro Kono et les ministres de la Défense des deux pays.
Jeudi 17 Août 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :