Attentat à Bamako : 5 morts, dont un Français, le parquet de Paris ouvre une enquête


Attentat à Bamako : 5 morts, dont un Français, le parquet de Paris ouvre une enquête

Cinq personnes dont un Français et un Belge qui travaillait pour l'Union européenne ont été abattues dans la nuit de vendredi à samedi par un commando armé qui a attaqué un restaurant d'une rue très animée de Bamako. Le parquet de Paris a ouvert ce samedi matin une enquête.

Elle a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (Sdat). 

A Paris, François Hollande a dénoncé «avec la plus grande force le lâche attentat». Par ailleurs, le président de la République «va s'entretenir avec le président du Mali Ibrahim Boubakar Keïta pour lui témoigner sa sympathie, son amitié et lui offrir l'aide de laFrance.» Manuel Valls s'est dit «horrifié devant l'abjecte attaque terroriste.» En Belgique, Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères a lui aussi dénoncé un attentat «lâche et ignoble.» «Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour aider les autorités maliennes à ramener le calme. C'est désastreux de voir que dans très nombreux endroits du monde cette terreur continue de frapper lâchement», a-t-il poursuivi. 

Des coups de feu dans un bar branché de Bamako 

Selon des témoins, vers minuit, plusieurs hommes cagoulés, ont lancé des grenades dans la rue Princesse, fréquentée par de nombreux expatriés avant de faire irruption à La Terrasse, un bar-restaurant et boîte de nuit de la capitale malienne. «Armés de grenades et de fusils automatiques », ils auraient « ouvert le feu, tuant sur le coup un ressortissant français », explique RFI. 

Un témoin de l'attentat (France Info)

«C'est une attaque terroriste, même si nous attendons des précisions. Selon un bilan provisoire, il y a cinq morts: un Français, un Belge et deux Maliens dont un policier et le gardien d'un domicile privé. La nationalité d'une autre victime n'a pas été communiquée. En outre, huit autres personnes auraient été blessées, selon des sources hospitalières. «Il n'y aurait pas de Français en revanche parmi les blessés mais des vérifications sont en cours», précise-t-on à l'Elysée. Selon le journal Le Matin, deux militaires Suisses ont été blessés «dans un état stable mais critique.»

Le quartier de Bamako a été bouclé après l'attentat 

Alors que les agresseurs qui seraient au nombre de quatre selon BBC sont parvenus à prendre la fuite dans une voiture berline allemande noire et sur une moto, des dizaines de policiers ont bouclé le secteur. Selon l'un des responsables des renseignements maliens, deux suspects dont ni l'identité ni la nationalité n'ont été précisées, ont été interpellés. Selon les enquêteurs, ils auraient commencer à fournir des informations «intéressantes». 

L'ambassade de France à Bamako qui a constitué une cellule de crise a adressé un message conseillant «la prudence» à tous les ressortissants français vivant dans la capitale malienne. 

Un pays déchiré par l'insurrection islamiste

Depuis 2012, le pays  est déchiré par  des rivalités ethniques et une insurrection islamiste. Les jihadistes liés à Al Qaïda ont contrôlé la zone désertique au nord du pays pendant plus de neuf mois jusqu'à l'intervention militaire dirigée par les Français en 2013. 

Jusqu'à présent, la ville de Bamako avec ses 1,8 millions d'habitants était relativement épargnée par les actes terroristes. 

Plusieurs français ont été victimes dans ce pays. Michel Germaneau, un ingénieur français à la retraite qui avait té enlevé dans le nord du Niger et au Mali a été assassiné par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en 2010 après un raid franco-mauritanien qui avait échoué pour le libérer.

Philippe Verdon, lui, a été enlevé en 2011 de son hôtel à Hombori dans le nord du Mali. Deux ans plus tard AQMI a dit qu'il l'avait tué en réponse à l'intervention militaire de la France. AQMI a également revendiqué la responsabilité en 2013 des meurtres de deux journalistes français (Ghislaine Dupont et Claude Verlon) abattus dans le désert à Kidal. 

Cet attentat intervient aussi alors qu'un accord de paix a été signé avec certains groupes armés du Nord. 

Samedi 7 Mars 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016