Attaques de Wade contre Macky Sall à Touba et comportement de l'opposition à l'Assemblée nationale : Benno Bokk Yaakaar contre-attaque


Me Abdoulaye Wade a profité de sa présence à Touba pour les ziars pré–Magal pour encore tirer à boulets rouges sur le régime. Cette fois ci, l'ancien président de la République a déploré la hausse de la dette du Sénégal. Il a par ailleurs laissé entendre que le régime éprouve toutes les difficultés du monde pour payer les salaires des fonctionnaires. Des propos qui n'ont pas rencontré l'onction des partisans de Macky Sall. Le pole communication de Benno Bokk Yaakar s'est réuni cet après au siège de la coalition présidentielle sise à Sicap Liberté pour remettre les choses à l'endroit.
Selon Pape Mahawa Diouf qui animait la conférence de presse, en faisant cette sortie, Me Wade “accepte désormais que les réalisations du Président Macky Sall sont massives et sur toute l'étendue du territoire”. Le coordonnateur de la cellule de communication de BBY de poursuivre : “Il reconnait par ailleurs une croissance soutenue des exportations ce qui constitue un indicateur concret d'émergence”. 
“S'agissant de la dette, précise Pape Mahawa Diouf, notre pays est plus que jamais en deçà des critères de convergence de l'Uemoa qui stipulent qu'un pays peut emprunter jusqu'à 70% de son PIB sans dérégler son équilibre macroéconomique”. Estimant que les chiffres avancés par Me Wade, Pape Mahawa Diouf et son équipe de rappeler que le Sénégal a été très bien noté par les agences spécialisées telles que Moody's.
Dans le même ordre d'idées, la cellule de communication de magnifier les performances économiques qui ont valu au Sénégal d'être classé parmi les dix pays les réformateurs en Afrique. Pour clore ce chapitre, les communicants de Benno Bokk Yaakaar révèlent qu'”à ce jour, le solde du Sénégal se situe à plus de 165 milliards disponibles”. 
Cette page fermée, les voix officielles de Benno Bokk Yaakaar en ouvrent pour clouer le bec à l'opposition parlementaire. Pour Mahawa Diouf et sa suite, l'opposition était dans une dynamique de saboter la mise en place de la commission ad hoc devant statuer sur la levée ou non de l'immunité parlementaire du député Khalifa Sall. 
Répondant aux attaques dont le président de l'Assemblée nationale a fait l'objet à l'issue des travaux, Pape Mahawa Diouf trouve déplacés certains comportements et dit à qui veut l'entendre que la majorité n'a de lecon de morale à recevoir de qui que ce soit, surtout que, rappelle t il, les pas de danse de Doudou Wade lors de la mise en accusation d'Idrissa seck sont encore frais dans les mémoires. 
Lundi 6 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :