Attaque du cantonnement militaire de Kameubeul : Idrissa Seck parle de l’échec du gouvernement actuel


Attaque du cantonnement militaire de Kameubeul : Idrissa Seck parle de l’échec du gouvernement actuel
Je voudrais exprimer toute mon indignation suite aux évènements tragiques survenus hier en Casamance, et notamment l’attaque armée de forces rebelles d’un cantonnement militaire à Kameubeul, dans la Communauté rurale de Diacounda, qui a fait plusieurs blessés et de nombreux militaires portés disparus.

Le 21 novembre dernier, on se rappelle encore que onze civils avaient été lâchement tués dans une attaque près de la localité de Diagnon.

En dépit de l'annonce d'une paix définitive joyeusement et pompeusement fêtée en 2004, la persistance de cette crise et la recrudescence des attaques rebelles illustrent, à elles seules, l’échec du Gouvernement actuel.

C’est pour rompre avec cette situation inadmissible que j’ai fait de la résolution de la crise casamançaise la priorité de mon programme de candidat à l’élection présidentielle de 2012, et surtout un préalable pour amorcer une véritable politique de développement de notre pays.

Je préconise, une fois élu, un élan nouveau et une démarche participative qui inclut activement toutes les parties prenantes, y compris les pays voisins comme la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée qui seront associés pleinement dans la recherche d’une solution durable à ce conflit.

Que Dieu bénisse notre cher pays.


Fait à Dakar, le 14 décembre 2011

Idrissa Seck
Ancien Premier Ministre
Maire de Thiés
Candidat à la présidentielle
Jeudi 15 Décembre 2011




1.Posté par Jambar le 14/12/2011 23:31
Wow, superbe communiqué ! Idy est le meilleur. Je vote Seck. J'attends avec impatience que ce brillant candidat nous dévoile son programme et les grandes ambitions qu'il nourrit pour notre cher pays.

2.Posté par Samoura le 15/12/2011 01:12
Le Président Idrissa Seck fait de la crise casamançaise une réelle priorité dans son programme de redressement national. C'est une très bonne chose.
Vive IDY4PRESIDENT !!!

www.idy4president.com

3.Posté par ndjol le 15/12/2011 01:57
C'est vrai que Seck a une longueur d'avance sur ses concurrents. La Casamance doit être la priorité de tous les Sénégalais.

4.Posté par Papy1 le 15/12/2011 03:38
L'heure n'est plus aux promesses politiciennes en ce qui concerne les pertes de vies en Casamance. Les populations de toute la nation doivent tous se mobiliser en un jour de greve nationale et demander a l'Armee d'en decoudre une fois pour toute avec cette rebellion qui a couter la vie de plus 3000 personnes depuis 1982 et qui trouve sa source de replit et de ravitaillent en armes et nourriture chez un seul chef qui s'appelle Yaya Jammeh le chasseur de sorciers et le guerrisseur de Sida. Sans base de replit ces rebelles ne tiendrons pas 24 heures face a l'Armee Nationale. Le peuple authentique gambien qui souffre depuis 17 ans de terreur avec ce fou de dictateur qui defit le monde entier en vendant la drogue et les armes aux terroristes de toute la sous region sous nos nez et qui se prend pour l'homme fort de la sous region. Ce fou a tenter d'assassiner Alpha Conde President de la Guinee, ce fou heberge les les Charles Ble Goude, les Salif Sadio les dessidents de Bissau le Hezbolla, les vendeurs de drogue les terroristes internationaux et j'en passe. Chaque jour que DIEU fait ce fou de president reforce sa menace et sa puissance de frappe sous regionale controlant un territoire ou personne n'ose dire un mot de peur d'etre eliminer sans recours. Yaya Diame est une menace reel de la PAIX sous regionale. Il faut en finir avec cet energumene car le monde ne pourrait qu'en retrouver une esperance de vie meilleure.

5.Posté par Senegalais le 15/12/2011 05:18
IL FAUT ARMER LES POPULATIONS. C'EST LA SOLUTION!

6.Posté par DEFAL le 15/12/2011 08:42
President Idrissa seck on est derriere toi ...je pense tu es le meilleur candidat en 2012 ...bonne chance

7.Posté par pasteur le 15/12/2011 12:18
koi idy jamais il è tres ingènieux en matière de combines il ne m'inspire aucune confiance è comme le diorai ladage tel pere tel fils .mw je verrai plutot un tanor par sa constance et par sa decicionsd'appliquer les solutions des assises nationales alors votons tanooooooooooooooooooorrrr

8.Posté par Mouhamed le 15/12/2011 15:57
Au moment de sa sortie du gouvernement, la paix été annoncée en casamance, malheureusement ses successeurs n'ont pas su maintenir la dynamique.
idy est top en avance sur les autres. C'est un fait réél.

9.Posté par ibrahima DIENG le 16/12/2011 00:14
tu nous emmerde Idy
tu ne crois pas a la Casamance et jamais tu n'a cru à cette pari du pays et on se souvient quand le joola a chaviré quand il était question d'indemniser les familles victimes de la lâcheté du gouvernement dans le quel tu y etait en qualité de directeur de cabinet du président tu était opposé a l'octroi des 10millions pour chaque victime
Idy le problème Casamance nous refusons qu'elle soit utilisée sur fonds propagandiste électoral idy un peu de respect toi tu n'a jamais cru a ce pays ni au valeur intrinsèques de l'humanité idy tu n'a jamais cru à la nation sinon tu n'aurai pas du loué un logis pour les étudiants de thies sur les deniers public idy tu n'est qu'un griot qui use de la grandiloquence et ce qui est interdit par le Seigneur idy tu a intérêt a te taire car on te connait et on sait ce que tu as fais et c'est sur et aussi sur que le soleil montant tu vas rendre compte et que tes mains vont bruler a l’enfer

10.Posté par Abdoulaye FALL, Coordonnateur de l''ARFPI THIES - SENEGAL le 22/12/2011 11:34
MR le Président du parti REWMI parle- nous d'abord du camp de Thiaroye en 1945 au sénégal, avant de nous proposer d'autres choses et bonne chance


CONTRIBUTION POUR l’EVENEMENT DU CAMP DE THIAROYE DU 1ère DECEMBRE 1944 AU SENEGAL

MISE EN SITUATION A LA RECHERCHE DE SOLUTIONS

Nous sommes un groupe de personnes issu des forces officielles dénommées : l’Alliance des Ressortissants des Forces Publique! Nous sommes dans l’obligation de porter quelques rappels à la république française
Cher peuple français nous sommes conscients que la tragédie du camp de Thiaroye est tellement douloureuse, qu’elle est restée gravée dans nos mémoires, cet évènement du camp de Thiaroye persiste à demeurer dans notre Mémoire collective.

Depuis plus de 47 ans déjà, la nation française a imposé à nos grands pères le service obligatoire sans contrainte dans l’armée française.

A vrai dire, ils auraient aimé de rester au pays et d’aider leur famille, mais la situation de l’obligation et du forcing ne les autorisait guère d’opposer un refus catégorique.

Nos vaillants citoyens ont été presque désorientés par des promesses de motivations non encore tenues et, l’état français avait promis de leur payer leurs salaires et droits dés le retour au bercail.

Si nous nous référons aux écrits d’un grand écrivain camerounais Mongo BETY, dans son livre intitulé « LE TEMPS DE TAMBAGO » (Thiaroye Terre Rouge) et d’autres témoins descendant des victimes.

Jusqu’à présent, les causes, les motifs, les fautes n’ont pas été justifiées et même les circonstances dans lesquelles elles se sont encore présentes dans les esprits et les cœurs des africains dans leur ensemble

Comme nous voyons que la cause du mal poursuit son chemin dans les esprits des français, nous devons de porter les faits devant les représentations de la république française de leur faire comprendre que les poursuites judiciaires peuvent être déclenchées à tout moment contre les autorités françaises pour crimes contre l’humanité.
Le 1ère décembre 1944 dénommé : THIAROYE 44 est un drame causé aux peuples africains noirs par la puissance coloniale française qui agissait de façon déshonorable en massacrant des soldats africains mandatés pour défendre l’intégrité de la république française qui leur devait leurs pécules. Par contre, nos citoyens imposés soldats étaient des plus dignes, des plus aptes physiquement et moralement pour libérer la république française

Cette chose faite, ils ont vécus des moments horribles et sombres pire que l’extermination du peuple juif par les nazis.

Malgré toutes les démarches entreprises pour la légalité des esprits des peuples, cette république par circonstance persiste dans sa position colonialiste : il n’y a toujours pas de concordance égalitaire en vue. Pourtant, à maintes reprises, nous avons tenté d’éradiquer ce mal, mais en vain.

Chaque fois, que nous espérons le petit coup de pouce nécessaire pour obtenir une solution, les citoyens français font en sorte que ce mal soi revu à nouveau.

Pourtant nous nous sommes sentis humiliés. Il est très difficile de pouvoir devenir autonome, d’exercer ses aptitudes et de réaliser ses aspirations devant pareil comportement.

Il est encore plus difficile de nous convaincre que ce n’est pas de leur propre gré de servir par la force, de défendre l’intégrité du territoire français.

Nous nous sommes sentis de plus en plus découragés, nous comprenons mal qu’un grand pays comme la France qui se devait de regretter ses erreurs du passé commis contre l’humanité, laisse son peuple soi - disant libre aujourd’hui et oublie les années 1914-1918 et 1939 -1945, durant lesquelles son histoire s’inscrivait dans la mémoire collective des français mais aussi des tirailleurs sénégalais plongés de force dans une guerre qui n’était pourtant pas la leur.

Cette puissance coloniale a vite oublié l’exil forcé au Gabon de plus de 07 années de Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE, déporté pour avoir défendu sa religion, La bataille de PAOSKOTO, motivée pour détruire le CAYOR et de son jeune Damel Lat dior DIOP. La puissance française qui tâtonnait dans l’obscurité, procédait avec hésitation et sans méthode, ni objectivité.

Elle ne devait pas oublier non plus la disparition de notre JAMBAAR Cheikhou Omar TALL dans les falaises de BANDIAGARA ainsi que les ports et les comptoirs de négoce segmentés dans tous les territoires du pays pour l’exportation de nos ressources humaines, physiques, minières et mêmes économiques vers l’Europe.

Comme le cas de Sophie MALIGO, journaliste de son état qui tentait de déstabiliser la tranquillité de notre pays, mais le Ministre de l’intérieur Maître Ousmane NGOM et ses services compétents ont tôt fait en sorte que l’envoyé du mal ait échoué sa mission.

Progressivement, nous sommes persuadés qu’il y a quelque chose de fondamentalement injuste dans l’esprit de certains citoyens français et que c’est l’ensemble du système de liberté qu’il faut changer. Nous savons aussi que la situation que vivaient nos grands pères touche un nombre croissant de personnes d’autres pays noirs, et que la solution du problème doit être collective et globale.

Nous cherchons d’abord à satisfaire nos besoins de légalité mais, nous rencontrons la résistance naturelle de cette puissance qui ne produit même pas tout ce dont nous avons besoin. Pour vaincre cette résistance, nous tentons de mettre en œuvre toutes nos capacités physiques, intellectuelles et morales.

Nous savons que la satisfaction de nos besoins ne se fait pas sans luttes. Nous sommes conscients que la présence d’obstacles naturels rend nécessaire l’organisation, la planification et l’innovation dans les idées positives de certains français

Nos besoins, comme tout ceux de tout être humain à cause de leur multiplicité, de la diversité des aptitudes et des talents individuels ne peuvent être comblés que s’il y a collaboration dans la vie et le partage des idées nécessaires à la vie, nous savons que la satisfaction des besoins de liberté humaine est donc une affaire collective.

Dans la production des nations humaines, l’individu agit en tant que membre de la communauté humaine, il ne produit pas seulement ce dont il a immédiatement besoin, mais il assume une participation à la production des idées nécessaire à la communauté.

La satisfaction des besoins collectifs dépend de la participation de chacun à l’effort de production ; le bien fondé, et le bien-être de chacun dépend de l’effort de production collectif. La liberté de pensé manifeste la nature sociale de l’être humain qui est sa nature véritable.

Nous croyons avoir une perception parfaite de la France de sa spécificité pour l’être humain et de ses possibilités d’action concrète nous inquiètent. Les idées qui nous viennent à l’esprit à la suite de nos expériences correspondent à quelques-unes des lignes de force dans les pages de l’histoire que nous avons toujours rêvée d’effacer de la mémoire de nos enfants.

Cette reconnaissance, de la France en vers nos peuples infirme la spirale de l’exclusion. C’est pourquoi nous devons lutter contre tout acte de barbarie ou mal fondé qui peut semer le désordre de toutes sortes.

Certains français en font leurs choux gras, avec des comportements de plus en plus démagogiques ; il est enfin grand temps de regarder les choses en face et de trouver des solutions idoines.

Il faut une réelle volonté politique et associative pour faire face à des idiologies nazies et antisémites que prônent certains français face à la montée inéluctable des cas précités. Il faut traiter les maux à leurs sources et ne pas se contenter de traiter les symptômes, il est bien plus efficace de se prémunir contre la maladie que de la guérir.

En définitive, il nous revient de droit et de prudence pour le grand bonheur, nos fils africains : de capitaliser, de codifier, et de réglementer pour apporter des grandes orientations en vue d’éviter le retour des idées hitlériennes.


LA LIBERTE: c’est la combinaison de l’esprit et de l’effort dans tout mouvement.







Fait le 23 décembre 2011




Coordonnateur
Abdoulaye Fall



Alliance des Ressortissants des Forces Publiques Intégrées : Numéro récépissé : 093/ GRT/AS –NINEA : 30722202F9- D.E : 0012667/IRTS - Quartier Mbour1, Face à l’hôpital Barthimée BP : 14 22 Thiès Sénégal Tel : 33 954 22 89/ 30 107 20 56 6 IGO : 76 587 78 47 – ORANGE : 77 655 56 73 E-mail : arfpi@yahoo.fr



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016