Atelier de partage du plan stratégique de développement de l'agence nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout petits : Discours de la directrice Thérèse Faye Diouf


Atelier de partage du plan stratégique de développement de l'agence nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout petits : Discours de la directrice Thérèse Faye Diouf

Madame le Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance,

Messieurs les Directeurs Généraux,

Madame, Messieurs les Directeurs et chefs de services ;

Monsieur le Secrétaire Général de l’ANPECTP,

Mesdames et Messieurs les Directeurs et présidents de fondations et des ONGS ;

Mesdames et Messieurs les Coordonnateurs de Cellules et programmes

Monsieur le Président de l’UAEL 

Messieurs les Maires

Mesdames, Messieurs les représentants des partenaires techniques et financiers,

Mesdames, Messieurs les Représentants des élus locaux,

Madame la Représentante résidente de l’Unicef

Madame la Directrice exécutive de l’UNESCO/Breda 

Mesdames et Messieurs les représentants des agences de coopération internationale

Messieurs les présidents des fondations

Monsieur l’Inspecteur d’Académie de Dakar, 

Messieurs les Coordonnateurs régionaux ;

Mesdames, Messieurs les Partenaires sociaux,

Mesdames et Messieurs les agents de l’ANPECTP,

Chers participants,

Chers invités, 

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi, à l’entame de mon propos, de remercier toutes les autorités, les partenaires techniques et financiers, les élus locaux, la société civile ainsi que le secteur privé, pour avoir bien voulu répondre à notre invitation.

L’objet de l’atelier d’aujourd’hui est de partager le Plan stratégique de développement 2016-2020 de l’Agence nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout-petits.

Ce document stratégique indique la vision et les stratégies que l’ANPECTP  va mettre en œuvre pour le développement de la petite enfance durant les cinq prochaines années.

Mesdames, Messieurs,

Il me plaît de rappeler que le Plan stratégique de Développement de l’ANPECTP s’inscrit  dans un contexte marqué par la mise en œuvre : 

  • du quatrième Objectif de Développement Durable : « Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous », et dans les cibles correspondantes. Il s’agit, dorénavant, de s’orienter résolument vers une perspective sectorielle « d’apprentissage tout au long de la vie, mettant l’accent sur l’accès et les résultats, l’égalité et la qualité pour tous – enfants, jeunes et adultes – de l’éducation et de la protection de la petite enfance à l’enseignement supérieur et l’apprentissage des adultes, et dans les cadres d’apprentissage formels, non formels et informels ».

 

  • de la Stratégie continentale d’éducation pour l’Afrique 2016-2025, a pour objectif majeur «…………d’offrir au continent africain des ressources humaines performantes adaptées aux valeurs communes africaines et donc aptes à la réalisation de la vision et des ambitions de l’Union africaine ». 

 

  • de la première recommandation du Programme d’Analyse des Systèmes Educatifs de la CONFEMEN (PASEC) 2014 sur l’importance du DIPE qui stipule que : « L’accès au préscolaire pour tous les enfants est un facteur d’amélioration de l’efficacité et d’équité du système éducatif et il permet aux enfants de se familiariser avec l’apprentissage de la langue d’enseignement avant l’entrée au primaire ».

 

Mesdames, Messieurs

 

Vous conviendrez avec moi que tout cela ne serait possible que par une prise en charge de qualité de la petite enfance.

Au Sénégal, des réflexions et études ont été entreprises durant ces dernières années, pour favoriser le développement intégré de la petite enfance qui demeure le premier palier de notre système éducatif. 

Il s’agit, entre autres, des Assises de l’Education et de la Formation, de l’approfondissement de la stratégie de prise en charge de la petite et du cadrage à moyen terme, du bilan des compétences de l’enfant à l’entrée au primaire, etc. 

Tous ces efforts de réflexion sont couronnés par la directive édictée par le Président de la République, son Excellence M. Macky Sall, le 6 août 2015, lors du Conseil présidentiel sur les Assises de l’Education et de la Formation consistant à « généraliser la prise en charge de la petite enfance ».

Mesdames, Messieurs 

La généralisation de la prise en charge de la petite enfance ne serait possible qu’avec la participation accrue des collectivités locales, des organisations non gouvernementales, des partenaires techniques et financiers, de la société civile, en termes d’investissements, la promotion des initiatives communautaires, la contribution effective du secteur privé en faveur de la petite enfance.

Toutes ces actions combinées permettront de démocratiser, de diversifier, d’adapter et d’améliorer l’offre de prise en charge de la petite enfance, gages d’un développement harmonieux et de la réussite de l’enfant ultérieurement. 

C’est l’une des raisons qui a poussé le Président de la République à dire : je le cite : « Outre les efforts financiers importants de l’Etat et la contribution des partenaires au développement, j’invite les collectivités locales, le secteur privé et les organisations de la société civile à explorer des mécanismes de financement innovants, pour une éducation ouverte et de qualité ».

C’est dire que le développement de la petite enfance ne saurait être le fait d’initiatives isolées ou de l’Etat simplement. De la même manière, la réalisation de ce Plan stratégique de Développement 2016-2020 de l’ANPECTP doit être menée de manière participative et inclusive, impliquant aussi bien l’Etat, les Collectivités locales, les Communautés, les Familles, la Société civile, le secteur privé ainsi que les Partenaires au Développement. 

Mesdames, Messieurs,

Je suis convaincue que le meilleur investissement pour un développement durable c’est celui orienté vers la petite enfance car les taux de retour sur investissement les plus élevés sont générés par les programmes qui ciblent la petite enfance. 

C’est la raison pour laquelle, il nous faut, Mesdames et Messieurs les acteurs et partenaires de la petite enfance, réserver au sous secteur l’attention et l’intérêt politique et stratégique qui s’imposent.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Mercredi 21 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :