Assemblée nationale : Niasse officialise le rejet de la liste d’Aïda M'bodj sur la base de l'article 22 du règlement intérieur


Assemblée nationale : Niasse officialise le rejet de la liste d’Aïda M'bodj sur la base de l'article 22 du règlement intérieur
Dans un communiqué rendu public,  Moustapha Niasse, Président de l’Assemblée nationale, officialise le rejet de la liste déposée par Oumar Sarr, Coordinateur du PDS, pour la constitution d’un groupe parlementaire dirigée par Aïda M'bodj, se basant sur les dispositions du règlement intérieur, notamment son article 22. 
Le communiqué de rappeler que le mardi 13 octobre 2015, Oumar Sarr n° 1, député, membre du Groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates, a déposé une lettre et des documents relatifs à une décision de changer le titulaire du poste de Président dudit Groupe.
A la même date, Monsieur Modou Diagne Fada, Président du Groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates, a déposé une lettre et des documents indiquant que ce groupe faisait l’objet de modifications dans sa composition interne. Comme le prévoit l’article 22 du Règlement intérieur « les modifications apportées à la composition d’un groupe seront portées à la connaissance du Président de l’Assemblée nationale, sous la signature du député intéressé s’il s’agit d’une démission, sous la signature du Président du groupe s’il s’agit d’une radiation et sous la double signature du député et du Président du groupe s’il s’agit d’une adhésion ou d’un apparentement ».
Le  Bureau de l’Assemblée nationale, au terme de ses délibérations et en application des dispositions de l’article 22 du Règlement intérieur, a déclaré donc irrecevable la proposition déposée par le député Oumar Sarr n° 1.
 
 
Mercredi 14 Octobre 2015
Dakar actu




1.Posté par abdoulaye gaye le 15/10/2015 09:36
Quelle forfaiture, c'est honteux. Le tribunal de l'histoire jugera Moustapha Niass.

2.Posté par MR le 15/10/2015 10:40
LA GRANDE MAFIA DE ‘’MAWU RAHMATI’

En voulant se maintenir à la tête de la gestion de l’eau à Touba, Cheikh Aliou Mbacké a d’autres ambitions qui ne relèvent point du ‘’Ndiguel’’ donné par Serigne Saliou Mbacké et renouvelé par Serigne Barra Mbacké (???) et Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké.

Non content d’être un domaine très fructueux, le contrôle de l’eau lui assure une assise certaine dans la citė, assise qui va au delà de l’avènement des Khalif. Manipulateur et fin calculateur, ses armes sont la corruption, l’intimidation et le chantage envers quiconque se mettrait en travers ses projets maléfiques. Il n’a pas hésité dans le passé de fermer volontairement des forages pour ainsi provoquer des pénuries d’eau pendant le Grand Magal de Touba, pour que la faute soit imputée aux ministres et responsables de l’hydraulique, car simplement ces derniers ne s’accordaient pas avec lui sur sa gestion outrancière de l’eau de Touba. Ses accusations mensongères envers des fonctionnaires de l’Etat ont causé le départ de certains à la tête de leur direction, agents qui faisaient simplement leur travail, mais un travail qui allait en l’encontre de ses intérêts personnels.

Dans son élan de contrôle de l’eau de Touba, sous la couverture d’être investi par le Khalif Général, il règle des différends personnels avec les grandes familles religieuses en alimentant à sa guise les quartiers qu’il désire et en privant d’autres du liquide précieux quand cela lui chante.

Personnage hautain et hypocrite, il verse dans le mensonge sur l’origine et la continuation de l’organisation Mawu Rahmati qui s’appelait ‘’Aïnou Rahmati’’ au départ (???). Il a volontairement et consciencieusement détourné les objectifs désignés par Serigne Saliou, dépassé largement les prérogatives fixées au groupe, écarté au fur et mesure tous les fondateurs pour mettre en place un groupe restreint à sa solde, composé de Malik Badiane, de Moussa Moustapha Mbacké et de lui même. Je les surnomme les ‘’Sangsues de la Ville’’ car suçant sans vergogne le sang des habitants de Touba et de la communauté mouride toute entière. Tous les autres membres de l’organisation n’ont pas accès aux vrais chiffres et sont manipulés par ces trois sus cités qui les utilisent en cas de nécessité comme bouclier à leurs malversations.

Des contributions des talibés à travers l’Europe, l’Amérique, l’Afrique par point de collecte dans les dahira, contributions de 1000 à 2.000Frs de chaque domicile de famille vivant à Touba collectées par les chefs de quartiers ou de village, collecteurs ambulants jalonnant les rues de la cité sainte, branchement d’eau facturée a 25.000Frs, les facturation au compteur des banques, boulangeries, stations d’essence, stations de lavage de véhicules et autres commerces, les rentrées d’argent de Mawu Rahmati s’estiment à des centaines de millions. Il est clair que ces sommes ne sont pas injectées dans les travaux de Touba et ne sont connues que de Cheikh Aliou Mbacké et sa bande. Une gestion clairement nébuleuse.

En faisant main basse sur les unités de potabilisation de BSL Global Water Solution, Cheikh Aliou Mbacké a avoué dans le site dackaractu, qu’il faisait un profit de 1.200.000Frs par jour au lieu de trois millions dont l’ai accusé. Donc 36.000.000Frs par mois et 1.512.000.000Frs pendant les 42 mois d’exploitation.

OUI! Il a bien dit Un Milliard Cinq Cent Douze Millions de Francs !

Combien de forages peut-on bien réaliser avec une pareille somme ?

Quand je le regarde se vanter d’en avoir fait trois seulement au cours de ces dernières années, (forages fruits de donation de particuliers) alors qu’il est assis sur des milliards je me demande où est bien passé l’héritage de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimu-r-Rassul chez certains petits fils et talibé.

Peut-être bien que la CREI n’a pas compétence à Touba, mais le jugement de Dieu sera sans appel pour lui et ses complices ennemis de Serigne Touba.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016