Asile humanitaire de deux prisonniers libyens : Les craintes et questions de Babacar Ba du Forum du justiciable


Face à la presse, Babacar Ba du Forum du Justiciable a démontré ses contraintes sur l'asile humanitaire que le Sénégal a accordé à deux prisonniers de Guantanamo. Il a déclaré " Je voudrais d'emblée exprimer ma vive gratitude a vous tous qui avez voulu répondre favorablement à notre invitation pour partager avec nous, nos inquiétudes sur l'affaire des détenus de Guantanamo bénéficiant d'un asile humanitaire au Sénégal. Comme vous le savez, dans un communiqué diffusé le lundi 4 avril 2016, le département de la Défense américain a annoncé le transfèrement de Salam Abdoul Salam et Oumar Khalif Mouhamed Abu Bakr Oumar du centre de détention de la B de Guantanamo au Gouvernement du Sénégal. Deux Libyens détenus à Guantanamo sans procès depuis 14 ans, pratiquement depuis l'ouverture de cette prison en Janvier 2002 pour accueillir des suspects des attentats du 11 septembre 2001. Ces deux libyens âgés respectivement de de 55 ans et 44 ans, nous dit le New York Times, avaient des liens avec Al Qaida et un groupe libyen de combattants islamiques. Aujourd'hui, les USA se disent reconnaissants à l'égard du Gouvernement du Sénégal pour son geste humanitaire et sa volonté de soutenir les efforts américains de fermer la prison de Guantanamo. Promesse exprimée par le Président Barack Obama durant sa campagne présidentielle en 2008. Le Sénégal est certes un pays de la "Téranga" mais cela ne justifie nullement le fait d'accorder l'asile humanitaire à d'anciens combattants de guerre d'Afghanistan et présumés spécialistes de la fabrication de bombe et d'autres explosifs et surtout qu'ils ont été détenus pendant 14 ans dans un centre de détention réputé d'accueillir les personnes qualifiées de combattant illégal, capturées par l'armée américaine dans les différentes opérations qu'elle mène à l'étranger en Afghanistan, Iraq etc.
Contre des militants et terroristes islamiques. D'ailleurs, pour rappel, le Président Obama avait soutenu après sa première investiture à la présidence en 2009, qu'il est insensé de dépenser 3 millions de dollars par prisonnier pour conserver une prison que le monde condamne et que les terroristes utilisent pour recruter. Donc, le président Obama, au delà des charges financières jugées énormes que leur coûte Guantanamo, reconnait lui-même que cette prison constitue une menace pour la sécurité interne des Américains. En ce sens qu'il sert de base de recrutement des terroristes. C'est certainement ce qui a poussé le Congrès américain à s'opposer à plusieurs reprises à la fermeture de Guantanamo. Le Congrès américain n'a jamais accepté que ces présumés terroristes retournent sur le sol américain. Pour dire vrai, l'octroi de l'asile humanitaire à ces deux libyens suscite de nombreuses interrogations de la part des Sénégalais. Pourquoi l'Etat du Sénégal a accepté d'accorder l'asile humanitaire à des présumés terroristes? Qu'est ce qui justifie aujourd'hui l'opportunité d'une telle décision? Pourquoi ils ne sont pas transférés vers leur pays d'origine ou vers les USA qui les avaient emprisonnés? Si les Américains lâchent ces anciens détenus dans la nature après 14 ans de détention qui ne s'appuieraient pas sur des preuves tangibles, pourquoi nous les refile-t-on sous prétexte d'un asile humanitaire? Pourquoi mettre le peuple sénégalais devant le fait accompli? Existe t-il une contre-partie ou des dividendes contre cet asile humanitaire? Qui de l'Etat du Sénégal ou les USA leur prendra en charge? Autant de questions que le peuple sénégalais se posent en dépit des tentatives laborieuses d'explications voire de justifications improvisées par le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba et son homologue de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. 
Aujourd'hui, rien ne justifie cette décision unilatérale prise par le président de la République et approuvée par les membres de son Gouvernement. Une décision prise dans un contexte où nos voisins de la sous-région, la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, jadis éloignés des foyers terroristes, viennent d'être frappés en plein fouet par des attaques inhumaines et atroces que rien ne justifie. 
Alors, monsieur le Président de la République, nous ne pensons pas que l'asile humanitaire accordé aux présumés spécialistes de la fabrication de bombe et d'autres explosifs, contribuera à relever le défi sécuritaire dont nous faisons face."
Samedi 9 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016