Arrêtés au Sénégal : Ce que risquent les deux présumés combattants de l'Ei en Algérie


Arrêtés au Sénégal : Ce que risquent les deux présumés combattants de l'Ei en Algérie
Pour en avoir vu de toutes les couleurs avec les djihadistes, l'Algérie ne joue pas avec le terrorisme. Le pays de Bouteflika semble opter pour la tolérance zéro avec les "fous de Dieu" et ne leur concède rien. La preuve, lors de l'attaque d'In Amenas menée par les “signataires par le Sang” du “Ben Laden du Sahara” Mokhtar Belmokhtar, les forces de sécurité algériennes ont, au bout de trois jours, donné l'assaut alors que des otages étaient encore entre les mains des djihadistes. En tout, 37 otages et 30 djihadistes ont péri dans l'attaque survenu en 2013.

L'Algérie a essuyé de critiques de la communauté internationale en raison de la manière dont elle a géré cette crise. Mais pour les autorités algériennes, il ne faut pas négocier avec des "terroristes" quitte à faire des mécontents du côté de l'Hexagone. Cette position radicale de l'État algérien n'a pas connu une évolution depuis lors et toute velléité de le remettre en question est réprimé sans aucune forme de procès. C'est ainsi que le groupe “Jund al Khilafa” qui avait prêté allégeance à l'Etat islamique a été complètement démantelé, selon les services algériens. Ce groupe a été rendu célèbre par la décapitation du français Hervé Gourdel kidnappé le 21 septembre 2014 en Kabylie. Une traque a suivi l'assassinat du touriste français et a occasionné la mort du chef de “Jund al khilafa”, Abdelmalik Gouri alias Khaled Abou Selmane en décembre 2014.

Dans le même sillage, 157 djihadistes ont été tués en 2015, selon l'armée algérienne. Pas plus tard que dimanche 8 octobre dernier, trois (03) Oranais ont été condamnés par contumace à 20 ans de réclusion criminelle pour adhésion à un groupe terroriste activant à l'étranger. Il est en effet reproché à Z. Oussama, à son frère Abderrahman et à K. Hocine de s'être rendu en Turquie en 2015 pour grossir les rangs de l'Etat islamique. Ce n'est qu'en 2016 que la justice algérienne a ouvert une instruction contre les trois jeunes algériens qui, en leur absence, ont été condamnés à 20 ans de prison malgré la tentative de leurs pères de les disculper.

Sans aucun doute, c'est le même sort qui attend les deux algériens arrêtés au Sénégal d'autant plus que leur extradition serait réclamée par Alger, si l'on en croit Walfadjri. Rappelons que les deux présumés combattants de l'Etat islamiques font l'objet d'une traque internationale. Un mandat d'arrêt international a été émis contre eux pour appartenance à un groupe terroriste s'activant à l’étranger et l'un des deux visé par une notice rouge de la police des polices, Interpol. Maintenant qu'ils sont aux entre les mains de la justice sénégalaise leur extradition risque d'être une question de semaines pour ne pas dire de jours.
Vendredi 13 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :