Après la médiation controversée de Macky à Ouaga, Zida débarque à dakar : Il vient arrondir les angles

Dakar, qui dirige la présidence en exercice de la Cedeao, accueille aujourd’hui le Pm de la Transition au Burkina. Isaac Yacouba Zida arrive dans la capitale sénégalaise pour demander à Macky Sall de poursuivre sa médiation au Burkina. Un mois après ses propositions controversées de sortie de crise faites aux différents protagonistes du pays des Hommes intègres.


Le Premier ministre de la Transition au Burkina arrive à Dakar aujourd’hui. Isaac Yacouba Zida, indiquent des sources qui se sont confiées au journal Le Quo­tidien, sera accueilli à l’aéroport de Léopold Sédar Senghor à sa descente d’avion par son homologue sénégalais. Après l’échange d’accolades et de civilités avec Maham­med Boun Abdallah Dionne, il se rendra au palais de la République où il doit tenir une séance de travail avec Macky Sall, président en exercice de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et médiateur dans la crise au Burkina Faso. 

Pour un retour de Macky dans la médiation

Les échanges avec le premier des Sénégalais tourneront essentiellement autour d’un retour de Macky Sall dans la médiation avec son titre de médiateur principal. «Le Premier ministre Isaac Yacouba Zida vient demander au Pré­sident Macky Sall de continuer à s’occuper de la médiation au Burkina Faso», souffle-t-on en haut lieu, côté sénégalais. D’ail­leurs faut-il le rappeler, les propositions controversées de sortie de crise faites aux différents protagonistes par le président en exercice de la Cedeao au lendemain du coup d’Etat éphémère du Général Gilbert Diendéré, n’étaient pas du goût des autorités de la Transition au premier chef desquelles se trouve le Président de Transition, Michel Kafando. Ce dernier avait émis des réserves sur les propositions du médiateur de la Cedeao, Macky Sall. Kafando avait invoqué le fait qu’il n’ait pas été associé au processus de négociations, avant de présenter ses excuses aux autorités sénégalaises. Qui avaient démenti par le biais du ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, le Président Kafando. 
Un mois après le putsch avorté du Général Gilbert Diendéré, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Un retournement de situation s’est produit à Ouagadougou. Le Régi­ment de sécurité présidentielle (Rsp) a été dissous et ses membres redéployés au sein des différents corps de l’Armée locale, alors que Gilbert Diendéré, qui dirigeait naguère cette «crème» de la Gran­de muette burkinabè, se retrouve der­rière les barreaux avec le Général de gendarmerie et ancien chef de la diplomatie sous le Prés­i­dent Blaise Compaoré, Djibrill Bassolé, accusé d’appuyer les putschistes. De nombreux anciens dignitaires de l’ancien régime ont vu aussi la justice burkinabè geler leurs avoirs. 
Tous ces éléments, qui peuvent contribuer plus ou moins à exacerber la tension au pays des Hommes intègres, devraient être au cœur de la séance de travail que le chef du gouvernement de Transition du Faso aura avec le chef de l’Etat sénégalais. Qui ne manquera pas de réitérer ses vœux et souhaits de voir le Burkina retrouver ses esprits à travers une démarche des tenants de la Transition visant à aller dans le sens de la réconciliation, de la stabilité et de lendemains enchanteurs. 

Le Quotidien
Vendredi 16 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :