Après avoir déplacé le mur de clôture en catimini : des spéculateurs fonciers délestent l’aéroport de 26.000 mètres carrés

​N’eût été la visite inopinée que le ministre du Tourisme et des Transports aériens a effectuée hier, sur le périmètre de l’aéroport, en compagnie du Préfet de Dakar et des services tels que l’Urbanisme, le Cadastre, l’Anacim etc., le déplacement du mur de l’aéroport Léopold Sédar Senghor par des spéculateurs fonciers, à l’insu de l’Agence des aéroports du Sénégal (Ads), ne serait jamais découvert. Pour éviter que ces bandits à col blanc ne récidivent, Abdoulaye Diouf Sarr a porté plainte contre X et ordonné la reconstruction du mur en question pour que l’aéroport recouvre les 26.000 mètres carrés qui lui ont été délestés.


Après avoir déplacé le mur de clôture en catimini : des spéculateurs fonciers délestent l’aéroport de 26.000 mètres carrés
Le transfèrement prochain de l’Aéroport international Léopold Sédar Senghor (Ailss) vers l’Aéroport international Blaise Diagne (Aidb) pousse-t-il les spéculateurs fonciers à vouloir vaille que vaille s’emparer des terres de Yoff ? Tout porte à le croire, au vu du rythme des constructions illégales notées sur l’emprise du Vor de l’Ails.
Pour preuve, Libération souligne que du cimetière Saint-Lazare à Ouest-Foire en passant par la cité Tobago, les constructions poussent comme des champignons sans que les propriétaires ne disposent de documents leur attribuant légalement ces terres. 
A Ouest-Foire, première étape de la visite, où des engins et des camions sont en train de manœuvrer, le Préfet de Dakar, Alyoune Badara Diop, notifie au ministre avoir déjà organisé sur les lieux des opérations de nettoyage. Et, poursuit-il, pour sécuriser les lieux et éviter que les charretiers n’y déversent des ordures, une entreprise de Btp a été autorisée à occuper le site. Mais, le vrombissement du moteur des engins qui, en réalité, se trouvent sur l’emprise du Vor (Ndlr : Abréviation de l’anglais ‘’very high frequency omnidirectional range’’ qui permet de connaître la route magnétique depuis une station au sol et par déduction, il permet de suivre n’importe quelle route passant par la station) de l’aéroport influe sur le champ magnétique, selon le Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim), Magaye Ndao. Mais, les constructions illégales constituent le principal décor. 
De quoi soulever la colère du ministre du Tourisme et des Transports aériens qui interpelle le gendarme qui représente le Dg de la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation des sols (Descos). «Pourquoi n’avez-vous pas arrêté ces constructions illégales» ? «Je viens nouvellement d’être affecté à la Descos», répond le gendarme. «Il faut démolir ces constructions», ordonne Abdoulaye Diouf Sarr. Mais, le gendarme lui rétorque que la Descos n’a même pas de véhicule. Aussitôt, le ministre demande au Préfet si l’entreprise basée sur les lieux peut leur prêter des engins pour raser les constructions illégales. 
«Sans problème, nous verrons avec eux», répond le Préfet. Pis, à quelques jets de pierres, les vendeurs de moutons, chassés sur les lieux, reviennent au compte goutte avec leur cheptel. Une situation préoccupante, selon le Préfet de Dakar, qui révèle que si les bêtes sont immobilisées et conduites à la fourrière, les propriétaires se présentent dans les minutes qui suivent pour payer les taxes.
Que faire alors ? Peut- être que les autorités trouveront des solutions, mais pour Abdoulaye Diouf Sarr il faut faire preuve de fermeté, quitte à arrêter les propriétaires.

Une plainte contre X déposée

Deuxième étape de la tournée du ministre, les abords du cimetière Saint-Lazare ont permis à Abdoulaye Diouf Sarr de constater l’énormité de la spéculation foncière. A quelques jets de pierre de la piste, Libération révèle que les fondements sortent de terre avec des terrains sous forme de triangle, de trapèze, de losange etc. «Les propriétaires ont-ils l’autorisation leur permettant d’y construire», se demande le non moins maire de Yoff. «Non ! Cette zone est non aedificandi, car faisant partie de l’emprise du Vor», répond un technicien. «Donc, il faut les démolir», ordonne Abdoulaye Diouf Sarr, s’adressant au Directeur général des Ads, Pape Maël Diop, qui se dit disposé à passer à l’acte, dès aujourd’hui, sous l’encadrement de la force publique, c’est-à-dire les gendarmes. Mieux, Mr. Diop de dire : «Monsieur le ministre, vous tomberez des nues si vous connaissiez les propriétaires de ces constructions».
Quant au Préfet de Dakar, il a préconisé l’arrêt des travaux et la mise en place d’un Comité chargé de travailler sur la question. «En attendant, il faut prendre des mesures d’urgence pour arrêter ce banditisme foncier», recommande le ministre du Tourisme et des Transports aériens stupéfait.
Ensuite, cap derrière la cité Tobago où une cinquantaine d’ouvriers s’active sur les lieux. Ici, le constat est effarant car, c’est le mur de l’aéroport, formant une aile, qui a été déplacé par les spéculateurs fonciers. 
Ainsi, ils ont délesté l’aéroport de 26.000 mètres carrés, érigé sur les lieux soixante-dix lotissements et reconstruit un mur linéaire de près de 200 mètres. Comment ont-ils pu construire ce mur sans être inquiétés ? Où ont-ils trouvé des badges pour entrer dans l’enceinte de l’aéroport où il faut montrer patte blanche ? Ont-ils bénéficié de la complicité des services de l’Etat ? Autant de questions qui restent, pour le moment, sans réponse et que l’enquête en cours tentera d’élucider.
Toutefois, Abdoulaye Diouf Sarr a donné des instructions on ne peut plus ferme au Dg des Ads : «Comment peut-on déplacer le mur de l’aéroport sans que personne ne soit au courant. Pape Maël Diop, il faut mener une enquête pour situer les responsabilités parce que c’est inadmissible, ce qui s’est passé. D’ailleurs, il faut, tout de suite, déposer une plainte contre X et le ministère fera de même». Quoi qu’il en soit, il est évident que des complices, tapis dans les services de l’Etat, ont , d’une manière ou d’une autre, joué un rôle dans ce qu’il convient d’appeler un banditisme foncier. Reste à savoir jusqu’où les autorités iront pour débusquer les auteurs et prendre des sanctions exemplaires. 
Mercredi 27 Mai 2015
Dakaractu




1.Posté par kombiko le 27/05/2015 13:16
Bonjour ,
J’ai un grand plaisir de vous présenter notre fameuse société de service :
Présentation de la société DHS club TUNISIE
• Société de Service internationale,crée en 1997 à FLORIDA existe dans plus que 67 pays du monde , son 2ème bureau était implanté en Tunisie depuis 2010 par Mme Thouraya Shili , enregistrée au Journal Officiel de la République Tunisienne ( JORT ) .
• Elle offre à plus que 5300 commerçants partenaires la publicité gratuite à l'échelle mondiale et un portefeuille clientèle d’environ 6 de millions d’adhérons ( membres , affiliés et partenaires ) au club Shop rewards
• Le travail avec la société est à temps libre (max 2h/j) sur PC connecté à internet
• Aucun niveau ni documents exigés
• Inscription partenaire en essai et formation gratuites pour un mois
• Dès votre inscription vous pourrez commencer à construire votre propre entreprise .


Vous pouvez rejoindre notre société gratuitement et sans engagement en
remplissant ce formulaire
https://www.clubshop.com/cgi/appx/SF5856667/tp
Après inscription contrôler votre boite et cliquer sur le lien contenu
dans le message de confirmation envoyé par la société mère .
Cordialement
Samba Fall

2.Posté par CEFOPAD le 27/05/2015 15:22
Même constat au niveau de l'ex centre de formation Air Afrique qui était destiné à l'erection d'une ecole sous regionale de l'aeronautique et qui est occupé presentement par un anonyme qui y a même installé ses quartiers.

Affaire à suivre ....

3.Posté par CEFOPAD le 27/05/2015 15:23
Même constat au niveau de l'ex centre de formation Air Afrique qui était destiné à l'erection d'une ecole sous regionale de l'aeronautique et qui est occupé presentement par un anonyme qui y a même installé ses quartiers.
Ce terrain est une propriété de l'ANACIM.

Affaire à suivre ....

4.Posté par CEFOPAD le 27/05/2015 15:45
Même constat au niveau de l'ex centre de formation Air Afrique qui était destiné à l'erection d'une ecole sous regionale de l'aeronautique et qui est occupé presentement par un anonyme qui y a même installé ses quartiers.
Ce terrain est une propriété de l'ANACIM.
Allez-y jeter un coup d'oeil

Affaire à suivre ....

5.Posté par Alioune Gueye le 27/05/2015 16:14
ON NE TROUVE CE GENRE DE PRATIQUE QUE DANS LES PAYS BANANIAS HEUREUSEMENT QUE LE MINISTRE A RÉAGIT COMME IL LE FALLAIT ..


SUIVONS AVEC INTERET LA SUITE .

6.Posté par wkamois le 27/05/2015 18:46
mr le ministre bin bin sinon tu vas coffrer beaucoup de tes notables yoffois

7.Posté par DIOUF le 27/05/2015 22:31
IL FAUT FAIRE UN TOUR APRES LE LYCÉE SE TROUVANT EN FACE DU STADE LEOPOLD SENGHOR , EN FACE DE LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE MIXTA , UN MONSIEUR EN PLUS DE SA MAISON A CLÔTURÉ LA RUE POUR L’INCORPORER DANS LE PÉRIMÈTRE DE SA MAISON . COMME PERSONNE NE DIT RIEN , LA SOCIÉTÉ MIXTA A CLÔTURÉ LE RESTANT DE LA RUE PAR DES ZINCS EN ATTENDANT D'Y ÉDIFIER UN MUR.
POUR ALLER A LA CITE KEUR DAMEL OU AUX PARCELLES ASSAINIES , IL FAUT PASSER PAR UN LABYRINTHE. UN RÉEL DANGER PLANE SUR LES ÉLÈVES DU LYCÉE ET TOUS PASSANTS QUI Y PASSENT . LES AUTORITÉS VONT ATTENDRE QU'ON Y AGRESSE OU TUE QUELQU'UN POUR RÉAGIR . MÉDECIN APRES LA MORT.
JE ME DEMANDE SI NOUS AVONS DES DIRIGEANTS DANS CE PAYS , LE CAS DES CHARRETTES EST PATENT ET PERSONNE NE DIT RIEN. VOUS TROUVEZ DES CHARRETTES JUSQU’À
L'AVENUE MALICK SY , SI RIEN N'EST FAIT ELLES IRONT JUSQU'A LA PLACE DE L’INDÉPENDANCE PUISQU'ELLES ENTREPRENNENT LE PÉAGE MAINTENANT.



Dans la même rubrique :