Après Fada, Farba s’attaque à Oumar : Les dessous d’une guerre qui ne dit pas son nom...


Après Fada, Farba s’attaque à Oumar : Les dessous d’une guerre qui ne dit pas son nom...
Au début du second mandat de Abdoulaye Wade à la présidence de la République, Farba Senghor alors tout puissant, avait entamé la purge des anciens du PDS.
Idrissa SECK parti, il avait réussi, sans tambour ni trompette, à installer ses propres hommes dans plusieurs localités du Sénégal.
On se souvient encore des audiences/meeting au Palais, organisées par Farba. Parmi les hommes que Farba avait installés, certains étaient des transhumants, d’autres avaient perdu leur légitimité historique dans le parti.
Pour renforcer le PDS, qui avait perdu presque toutes les collectivités locales aux élections de 2009, Farba avait balayé tous les anciens du PDS et avec la bénédiction de Wade, imposé “ses hommes“.  
Frustrés, des leaders les vrais étaient partis voir ailleurs. Les hommes de Farba étaient devenus incontestablement des patrons du PDS dans la plupart des villes du Sénégal. Après la perte du pouvoir, Modou Diagne Fada et ses amis se sont en réalité rendu compte de l’énorme désorganisation qui prévaut au PDS par la seule faute de Farba.
Et le PDS avec la transhumance de ses transhumants commence à payer les pots cassés dans les villes du Sénégal. Qui parmi les frustrés pour revenir reprendre le flambeau ?  Il est vrai que le PDS gagnerait à se reconstruire, comme l’avait souhaité en son temps Fada et aujourd’hui exécuté par Omar Sarr. Et ce dernier est devenu la cible de Farba. On ne s’attaque pas aux intérêts de Farba Senghor.
En réinstallant les coordinations sur l’ensemble du territoire, c’est Farba qui en perdrait beaucoup et qui sera réduit à “sa plus simple expression“.
Ce dernier est sûr et certain qu’un renouvellement des instances du PDS mettra à nu ces nombreuses malversations et autres combines qui ont fait perdre le PDS.
Même si en grand manipulateur, Farba avait affirmé que « Omar est le grand responsable de la situation», tout le monde sait au PDS, sauf peut-être le naïf Wade, qui commence à ouvrir les yeux,  que Farba a fini de se servir du PDS. Tout ce tintamarre, n’est en fait que le dernier baroud d’honneur de Farba, qui joue sa carrière politique.
Mardi 7 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :