Appui de 12 milliards aux fermes « Natangué » : Un objectif de 30.000 emplois d’ici 2017


Appui de 12 milliards aux fermes « Natangué » : Un objectif de 30.000 emplois d’ici 2017
Le ministre de l’agriculture a reçu ce matin Joaquin Ducray, ambassadeur de l’Union Européenne, l’ambassadeur d’Italie Francesco     Paolo Venier et celui de la République d’Espagne Alberto Virella dans le cadre d’un appui de 20 millions d’Euros (plus de 12 milliards FCFA) concernant les fermes « Natangué » et pour la création d’emplois ruraux dans les zones défavorisées.
L’objectif pour ces fermes, dira le ministre de l’agriculture Pape Abdoulaye Seck, est de créer plus de 30.000 emplois d’ici 2017.
« L’emploi des jeunes est une préoccupation dans tous les pays. Au Sénégal on mise sur une agriculture forte en vue d’une réelle prise en charge de l’équation liée à l’emploi des jeunes. C’est pour cela que cette rencontre s’inscrit en droite ligne des préoccupations fondamentales de la République du Sénégal.
Durant la première phase des fermes « Natangué », on s’est rendu compte que les jeunes restent dans leurs localités et ont des revenus stables. On veut réduire à néant l’exode rural et favoriser l’exode urbain. »  
Selon le ministre toujours,  l’agriculture sénégalaise est en train de se transformer « et nous estimons qu’elle doit être porteuse de beaucoup d’emplois, de revenus et un cadre d’épanouissement de l’homme. Notre ambition est de créer plus de 30.000 emplois d’ici 2017. On fait un appel à tous nos partenaires au développement ce qui nous permettra de dépasser même ce chiffre. »
M. Ducray qui a pris la parole au nom de ses collègues, a fait savoir que ce projet devra être perçu comme une collaboration entre l’UE et le Sénégal.
« L’intérêt de ce programme est d’exploiter convenablement la terre. On pense que l’agriculture est pour les gens sans revenus, ce n’est pas le cas, il faut redonner la valeur à l’agriculteur, aux paysans, aux personnes qui travaillent la terre. La contribution est de 20 millions d’euros, mais nous comptons aussi sur le Sénégal, ce n’est pas seulement une contribution européenne, le Sénégal va contribuer et cela sera perçu comme une collaboration entre l’UE et ce pays, dans l’intérêt du Sénégal et de ses citoyens ».
Ce projet piste les zones du Sud-Est : Kolda Sédhiou et Kédougou, mais aussi la zone Centre et le bassin arachidier Kaolack, Fatick, Tamba Diourbel et Louga...
Vendredi 10 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :