Application des mesures de gratuité par les banques : L’ACSIF demande aux chefs d’Etat de l’UEMOA un audit de la BCEAO


Application des mesures de gratuité par les banques : L’ACSIF demande aux chefs d’Etat de l’UEMOA un audit de la BCEAO
L'Association des clients et sociétaires des institutions financières demande aux chefs d’Etat de l’UEMOA de provoquer un audit complet de la BCEAO pour édifier les opinions publiques sur certaines questions.
Selon l’Association, le 1er octobre 2014 devait prendre effet l’application des 19 services déclarés gratuits. « Déjà dès les premières heures qui ont suivi la date, l’ACSIF avait attiré l’attention des autorités nationales de la BCEAO sur le refus délibéré des banques de se conformer. Alors aucune mise en demeure n’a été servie à une banque. Laxisme ou légèreté, nous pensons plutôt à la corruption » rappelle t-elle dans une note qui nous est parvenue. 
« C’est après plusieurs journées « banque morte » organisées par l’ACSIF sur l’ensemble du territoire national,  que la BCEAO a décidé d’activer la machine du contrôle et que par la suite son directeur national, lors d’une conférence de presse a reconnu que certaines banques n’étaient pas dans l’application. Mais comme pour minimiser les faits, il annonce dans l’hésitation le nombre de 4 ou 5 banques qui tardent à appliquer toutes les mesures de gratuité. Des chiffres que nous avions vivement contestés en sont temps » ajoute t-elle.
Aussi poursuit l’ASCIF, le directeur avait aussi annoncé des sanctions qui n’ont jamais vues le jour, du moins jamais été communiquées aux concernés ou aux clients par les associations qui les représentent. De même que la liste de ces 4 ou 5 banques citées n’a jamais été publiée.
A la lumière de toutes ces pratiques, l’ACSIF demandent donc aux chefs d’état de l’UEMOA de provoquer un audit complet de la BCEAO pour édifier les opinions publiques sur certaines questions.
Mercredi 16 Décembre 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :