Apologie du terrorisme, incitation a l’intolerance religieuse : la Cour d’appel corse la peine d’Imam Sèye

Au lieu d’un an, l’ex-imam Ratib de Kolda, Ibrahima Sèye, va finalement purger 2 ans. Mardi passé, la 2ème Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Dakar a corsé la sanction que lui a infligée en première instance le Tribunal de grande instance de Kolda. Le juge d’instance avait déclaré le religieux coupable des délits d’apologie du terrorisme, d’incitation à la désobéissance militaire et d’intolérance religieuse. Dans leur verdict, les juges d’appel ont infirmé partiellement la décision en condamnant l’imam à 30 mois dont 24 mois ferme.


Apologie du terrorisme, incitation a l’intolerance religieuse : la Cour d’appel corse la peine d’Imam Sèye
Le parquet général avait requis trois ans ferme lors du procès. Un procès durant lequel le prévenu a assumé ses propos et n’a exprimé aucun regret. D’ailleurs, Imam Sèye n’a pas été trop prolixe. Aux différentes questions des juges, il se contentait de rétorquer : ‘’Je suis l’auteur des propos tenus dans la cassette.’’ En revanche, il a contesté avoir prôné les attentats suicides. ‘’Je n’ai jamais dit que je suis pour les attentats suicides car c’est contraire à l’islam, puisqu’une personne qui le fait ira en enfer si elle meurt’’, s’est-il défendu.
 
L’imam a été perdu par son sermon du vendredi 03 avril 2015. Ibrahima Sèye qui est également professeur d’histoire et de géographie s’est au cours de sa prêche attaqué au président de la République qu’il avait traité de ‘’mécréant profanateur’’. Il n’avait également pas épargné les confréries religieuses du pays, en estimant qu’elles sont en déphasage avec les préceptes et les valeurs de l’islam. Le professeur-Imam s’était ensuite attaqué au drapeau national qui, selon lui, n’est pas conforme aux valeurs de l’islam. Il avait évoqué l’envoi des troupes militaires sénégalais au Mali, au Darfour et au Yémen en martelant : ‘’Si ces militaires meurent au cours des combats, ils vont tous aller en enfer, parce qu’ils combattent leurs frères musulmans.‘’
 
D’après lui, il est dit dans le Coran : ‘’Aucun musulman n’a le droit de combattre son frère.’’ Il concluait que s’il y avait à choisir entre Bush et Ben Laden, il aurait choisi le dernier nommé. Seulement, le prédicateur ignorait que son sermon ‘’incendiaire’’ avait été enregistré par un fidèle qui ne partage pas ses idéologies. L’enregistrement a ainsi été remis aux autorités policières qui, dès lors, avaient décidé de mettre l’imam ratib sous surveillance. Après des mois d’enquête, Ibrahima Sèye a été arrêté. L’homme avait émis des regrets et demandé pardon aux autorités judiciaires. Malgré tout, il a été jugé le 11 mai 2016. Ce jour-là, le procureur avait requis 5 ans d’emprisonnement ferme contre l’imam qui avait assumé tous ses propos devant les juges. Mais dans leur délibéré, ces derniers l’avaient condamné à un an ferme. Le parquet, non satisfait de la décision, avait fait appel.
Enquete
Mardi 18 Octobre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :