Analyse de la situation actuelle du Sénégal

Les violences actuelles sont plus sociales que politiques


Analyse de la situation actuelle du Sénégal
« La paix a ses victoires non moins célèbres k celles de la guerre ».
Mais la paix véritable ne peut se fonder que sur la justice et la vérité. On ne pourra jamais bâtir la paix sur le mensonge et l'injustice.
Les violences actuelles doivent plus être analysées du point de vue sociale que politique, même si les politiciens ont tendance à en faire une récupération.
Il faut analyser le discours des émeutiers pour s'en rendre compte :
Les termes « Y’en a marre », « Rak ba naw » et j’en passe … traduisent un certains crie du cœur d’un peuple qui est toujours en attente de satisfaction de la demande sociale.
J'estime que s'il n'y a pas de réponse concrète à la demande sociale, le pays sera ingouvernable quelque soit le vainqueur des élections.
Il pourrait y avoir une période de grâce pour un nouveau arrivant au Palais, mais cette période de grâce ne sera jamais pareille à celle dont a bénéficié Wade en 2000 et même pourrait ne durer que le temps d’une lune de miel. Ventre qui crie n’a point d’oreille ; et le peuple a faim de justice et de vérité. C’est l’instinct de survie !
Ce peuple qui manifeste c’est moins les partisans d’un Moustapha Niasse ou les fans de Youssou Ndour, mais les jeunes de la banlieue qui attendent depuis des années que se réalise les promesses de travail, les candidats à l’émigration refoulés au pays avec un sandwich et 10000F CFA, les paysans qui ne peuvent plus s’en sortir avec les multiples plans agricoles qui ont fini de montrer leurs carences, les élèves et étudiants qui ont la nostalgie des classes, etc. (la liste est exhaustive).
Il faut une réponse sociale pour régler le problème du pays. Et cette réponse doit être fondée sur la justice et la vérité. A défaut de cela, nous irons vers l'escalade de la violence qui va finir par devenir incontrôlable (simple euphémisme). Il faut des réponses précises et c’est nous qui devons les apporter. Ne nous laissons pas divertir par les politiques.
La lutte ne peut plus continuer à endormir le peuple ainsi que les films et autres danses passés à longueur de journée à travers les médias.
Et pendant ce temps, une infime partie nargue le peuple en roulant sur un luxe insolent.
On se trompe de guerre !
La vraie guerre ce n'est pas Abdoulaye Wade, car Wade est déjà fini ! Et dans sa retraite il va amener avec lui beaucoup de leaders politiques. Il restera le peuple.
La vraie guerre c’est le peuple qui a faim de justice et de vérité et qui attend avec impatience.
S'il doit y avoir dialogue c’est tout le pays qui doit se parler. Car nous ne pourrons plus continuer à vivre ensemble sur des contre valeurs : la recherche permanente de profits personnels, la valorisation à outrance de l'argent et du confort, le détournement de deniers publics, etc qui sont maintenant valorisés.
Quelque soit celui qui vas nous gouverner si on ne règle pas la demande sociale en se fondant sur la justice et la vérité, il n'y aura jamais de paix véritable.
Vendredi 3 Février 2012
Léon Michel Ndione




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016