Amy Sarr Fall, Directrice générale de Intelligences Magazine : " L'Afrique ne doit pas fonder plus d'espoir sur Trump que sur elle-même! "

Suite à la victoire de Donald Trump, nous avons sollicité Mme Amy Sarr Fall, Directrice d’Intelligences magazine, par ailleurs spécialiste en communication internationale, pour donner son point de vue sur les vraies raisons qui auront conduit à la défaite inattendue d’Hillary Clinton.
Dans cet entretien exclusif réalisé tout juste au lendemain du verdict des urnes, celle qui avait été citée par le New York Times dans le cadre de la campagne de Barack Obama donne des indications précises et pertinentes sur les erreurs de stratégie et de communication qui auront conduit à la défaite de la candidate démocrate. Militante de la promotion du leadership féminin et très active dans la promotion de l’éducation, Amy Sarr Fall dit regretter la défaite d’Hillary Clinton tout en se projetant dans l’avenir avec l’espoir que le candidat Trump sera différent du Président. Quant aux attentes du continent africain sur le nouveau locataire de la Maison Blanche, elle déconseille toute forme d’attentisme et appelle plutôt l’Afrique à rompre avec la politique de la main tendue qui, selon elle, prend en otage notre indépendance. Entretien...


Amy Sarr Fall, vous êtes la directrice d’Intelligences magazine, très active dans la promotion du leadership féminin. Êtes-vous déçue par la défaite d’Hillary ?

Naturellement, je regrette que cette tentative inédite et exaltante d’assister à l’élection de la première Présidente des États-Unis ait échoué mais, en bonne croyante, j’estime que ce sont les méandres du destin. Hillary Clinton a consacré sa vie à se battre pour les droits de l’homme, car comme elle a été la première à le dire lors du congrès de Beijing en 1995 en tant que First Lady, « Women’s rights are human rights », les droits des femmes s’inscrivent dans les droits fondamentaux, les droits universels, les droits humains. Hillary Clinton a  largement contribué au progrès social des femmes à travers le monde. Elle a su porter de façon courageuse et déterminée cette candidature historique et il y a eu des erreurs et des réalités qui ont fragilisé ses chances. En fait, je suis plus habitée par un sentiment de gratitude que de déception à son égard pour l’avoir vu oser un pari ambitieux avec la vision juste et nécessaire qu’aucune limite ne doit freiner l’aspiration des femmes à un monde plus égalitaire et inclusif. Son discours de concession a été particulièrement émouvant à suivre, mais elle a été forte jusqu’au bout et mérite nos félicitations pour sa remarquable campagne politique. Dans tous les cas, elle a toute mon admiration. 

Comment interprétez-vous cette défaite? Pensez-vous que ce soit le signe d’une Amérique devenue plus raciste ? 

Oui et non. Nous sommes nombreux à constater que l’un des revers de la crise du terrorisme aujourd’hui est bien l’islamophobie manifeste en Occident. Je me suis souvent indignée de voir la presse internationale présenter des terroristes comme des islamistes, et cette nuance, à mon avis, est à blâmer pour les préjudices et les crimes dont sont victimes continuellement des millions de musulmans à travers le monde. J’espère que Donald Trump qui a appelé à l’unité dans son discours de victoire veillera à ce que le droit constitutionnel à la liberté de croyance soit protégé aux Etats-Unis en condamnant toute tentative de dépeindre les musulmans comme des terroristes. Le terrorisme n’est pas une religion. Quand les pères fondateurs donnent comme devise à ce pays, In God we trust (ndlr en Dieu Nous croyons), il doit alors en toute cohérence respecter et même protéger toutes les créatures de Dieu. Ne sommes nous pas tous des créatures de Dieu ? Par contre, je ne suis pas de ceux qui résument cette élection à une seule consécration d'une vision raciste ou xénophobe. L’Amérique est tellement particulière dans sa diversité que juger de façon globale sa mentalité ne serait pas très juste. Faudrait quand même pas oublier que c'est dans cette Amérique qui a élu Trump que Barack Obama a été élu, à quelques variations près. Vous savez, quand des Etats comme la Pennsylvanie ou le Wisconsin habituellement démocrates décident de se détourner d'une des figures les plus emblématiques du Parti, c'est parce qu'il y a des raisons bien plus profondes. Les démocrates avaient toutes les raisons de gagner, mais je pense que l’essentiel subsistait au niveau des mentalités, mais surtout de la communication. 

Comment la spécialiste en communication internationale que vous êtes, aborde cette communication de la campagne d’Hillary ? 

D’abord, vous savez, les sondages ont donné à Hillary plus de 97% de probabilité de victoire, et comme on pouvait s’y attendre, cela a dopé les partisans de Trump qui se sont largement mobilisés pour éviter une défaite humiliante à leur candidat. Il a su renforcer chez  eux ce sentiment d’être seul contre un gouvernement et des médias qui ne respectaient pas leurs convictions. D’ailleurs, quand Hillary a traité ses opposants de « déplorables », Trump s’est immédiatement emparé de cette erreur de communication pour attiser un sentiment d’aliénation. Vous savez, on ne peut pas destituer facilement un candidat du cœur de ceux qui l’ont porté au sommet, mais on peut les orienter vers de nouvelles perspectives alléchantes et sécurisantes. Faudrait-il d’abord qu’ils puissent s’identifier à vous. Malheureusement les propos d’Hillary ont été jugés condescendants par les partisans de Trump et bien sûr, ils se sont sentis insultés et leurs convictions rejetées. La suite on la connaît, ils ont fait bloc et sont sortis massivement voter dans une Amérique de plus en plus en déphasage avec leurs convictions conservatrices et valeurs familiales.

Imaginez, le multi milliardaire de droite qu’il est a réussi à se positionner comme le champion des ouvriers blancs et de la classe moyenne! Face à une Hillary qu’on a décrite comme la candidate la plus qualifiée de l’histoire contemporaine des Etats-Unis, Trump a été bien conseillé de rappeler constamment qu’il n’appartenait ni au passé ni à l’establishment de Washington. En quelque sorte, sa victoire montre aussi que les Américains ont un peu tourné le dos à leurs politiciens, puisque le Parti Républicain, on le sait, n’a pas soutenu Trump. Il s’est positionné comme le challenger et fait de son manque d’expérience une force, aidé bien sûr par les scandales de corruption et de manque de transparence qui ont mis Hillary sur la défensive tout au long de la campagne. Et puis, n’oublions pas le voyage de Trump au Mexique qui l’a beaucoup aidé, car cela a donné un aperçu de ce que serait le Président Trump aux électeurs républicains qui hésitaient (pas de dérapage, beaucoup de retenue..). On pourrait analyser tout cela de façon plus détaillée, mais pour l’essentiel, je dirai que les démocrates ont manqué une occasion en or de creuser la différence dans le vote des minorités. Malgré tout ce que Trump a dit sur les hispaniques, ces derniers ont été plus nombreux à voter pour Obama que pour Hillary, idem pour les noirs. 
Je dirai enfin que notre chère Hillary a été un peu trop perfectionniste au cours de cette campagne. Son ennemi majeur a été plus le manque d’éducation de certaines communautés, et donc d’ouverture d’esprit. D’ailleurs cela se reflète bien sur les résultats puisque depuis 1972, aucun Républicain n’a eu le score de Trump dans le segment des électeurs blancs sans diplôme. C’est un record. Mais Hillary a quand même remporté le vote populaire et surtout celui des Américains intellectuels, une cible sur laquelle sa campagne s’est trop focalisée au détriment de ceux du « Rust Belt », où se concentre cette classe ouvrière qui continue à critiquer Bill Clinton pour le NAFTA, le traité de libre échange qu’ils accusent de leur avoir fait perdre des millions d’emplois. Et pourtant durant les primaires républicaines, Donald Trump avait déjà prouvé son emprise auprès des ouvriers blancs et de la classe moyenne. Le Parti Démocrate devait tout faire pour lui éviter de renouveler ce succès à l'échelle de l'élection présidentielle. C’est là où la campagne d’Hillary aurait pu mieux faire à mon avis et éviter de perdre l’Ohio, la Pennsylvanie et le Michigan remportés par Obama dans le passé. Fallait davantage fédérer. Hillary devait davantage s’adresser à l’Amérique dans son ensemble et pas à une cible démocrate déjà acquise. Ils ont malheureusement trop été sur la défensive à cause du scandale des emails. Enfin, malgré tout cela, je suis fière de sa candidature, elle a marqué l’histoire à jamais et son courage aura un impact considérable sur le leadership féminin, à travers le monde. Quant à Trump, reconnaissons lui d’avoir su révéler ses faiblesses.

L’Amérique était-elle prête à élire une femme au pouvoir ?

Les femmes, mises à part celles âgées entre 18 et 29 ans, qui ont été plus de 60% à voter pour Hillary contre un peu moins de 20% pour Trump, ne l’ont pas vraiment soutenue. Sa campagne a passé trop de temps à dénigrer Trump plutôt que de montrer comment Hillary aurait pu changer leurs vies et celles de leurs filles. De plus, Trump a veillé à ce que la question du genre n’aille pas au détriment de sa campagne en rappelant le passé de Bill Clinton et allant même jusqu’à railler la complicité d’Hillary…. Je pense que les Américains ont préféré tolérer des propos maladroits de Trump que pardonner à Hillary des erreurs commises au cours de sa carrière, en particulier durant sa fonction de Secrétaire d’Etat. Et comme elle même l’a dit, ce sera très difficile de briser le plafond de verre dans une Amérique puritaine et encore très conservatrice. 

Quelle valeur donnez-vous à la victoire de Trump ? 

Ce n'est probablement pas un référendum contre la personne d’Obama puisqu'il est un des rares présidents à bénéficier d'une cote de popularité supérieure à 54pc au bout de deux mandats. Mais peut-être contre certaines réformes sociales que l’Amérique puritaine profondément conservatrice a du mal à digérer. L'Amérique est certes divisée mais encore très attachée à ses valeurs familiales et la nette victoire des Républicains au Sénat et Congrès montre que la nomination pendante d’un prochain Juge à la Cour Suprême suite au décès du Juge Antonin Scalia est au cœur des préoccupations. Encore une fois, je ne résumerai pas cela qu’à du racisme puisqu’Obama a mieux fait qu’Hillary auprès de la communauté blanche sans diplômes. Il avait récolté le tiers, elle a eu le quart. Trump a su bien profiter d’erreurs de son adversaire. Peu d'entres nous ont apprécié la rhétorique extrémiste de Trump durant cette campagne, espérons que le Président sera plus fédérateur que le candidat. 

Y a t-il quelque chose que vous appréciez chez Trump?  

Disons que j’ai apprécié l’humilité exprimée dans son discours dans lequel il appelle ceux qui se sont opposés à lui à le soutenir et même à le conseiller. Une ouverture d’esprit qui laisse optimiste. Il a beaucoup investi dans son pays, et même s’il a hérité de l’argent de son père, il a largement fructifié l’empire Trump à travers le monde. Il s’est fait connaître avant de devenir Président et ça l’a beaucoup aidé. Il a cru en lui jusqu’au bout et il a réussi quand même à devenir le Président des Etats Unis. Je respecte cela. Ce que j’apprécie surtout c’est la hauteur d’esprit d’Hillary Clinton qui a appelé à soutenir Trump, désormais le Président de tous les Américains, et l’appel de Barack Obama à panser les maux de l’Amérique en aidant Trump à réussir sa mission. Cet esprit fair-play est à saluer ! 

Pensez-vous que Trump aidera l’Afrique ? 

Je ne sais pas et sincèrement j’avoue que je suis plus soucieuse de ce que l’Afrique fera pour elle même et par elle même, par l’engagement de ses dirigeants à véritablement accompagner sa jeunesse. Qu’est ce que les Etats-Unis ou la France peuvent faire pour l’Afrique qu’ils n’ont pas déjà fait ? Combien de milliards ont été investis dans notre continent en termes d’aide et d’annulation de la dette ? Qu’est ce que cela nous a concrètement apporté, et qu’est ce que cela nous a réellement coûté ? Je crois qu’il est temps d’aspirer à un véritable changement, et cela passera par des leaders visionnaires et énergiques qui refuseront la politique de la main tendue, qui prend en otage notre indépendance. On ne peut pas revendiquer une indépendance et tendre la main. Cessons de fonder notre espoir sur ce que d’autres feront pour nous, mais plutôt sur ce que 54 états peuvent faire les uns pour les autres. Demandons plutôt ce que les milliards de dollars de ressources naturelles qui dorment dans les terres et mers africaines pourront apporter à Donald Trump dans un rapport gagnant gagnant et aider l’Amérique à se remettre définitivement de la crise économique. Il faut tout simplement qu’on se rende à l’évidence, que l’on reconnaisse une bonne fois pour toute que c’est le système éducatif et la politique d’intégration des jeunes qu’il faut réformer en Afrique. Ça va de pair avec les infrastructures, c’est même plus important parce que sinon l’expertise sera toujours importée et les ressources financières pour l’acheter, exportées.  L’Afrique ne doit pas fonder plus d’espoir sur Trump que sur elle-même.   
Vendredi 11 Novembre 2016




1.Posté par PUEL le 12/11/2016 22:25
Vous aviez besoin de prêts d'argent entre particuliers pour faire face aux difficultés financières que vous avez pour enfin sortir de l'impasse que provoquent les banques, par le rejet de vos dossiers de demande de crédits .Je suis un particulier en mesure de vous faire un prêt au montant dont vous avez besoin et avec des conditions très abordables qui vous faciliteront la vie. Voici les domaines dans lesquels je peux vous aider: * Financier * Prêt immobilier * Prêt à l'investissement * Dette de consolidation * Marge de crédit * Deuxième hypothèque * Rachat de crédit * Prêt personnel Vous êtes fichés, interdits bancaires et vous n'avez pas la faveur des banques ou mieux vous avez un projet et besoin de financement, un mauvais dossier de crédit ou besoin d'argent pour payer des factures, loyer,fonds à investir sur les entreprises. Alors si vous avez besoin de prêt d'argent n'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur mes conditions bien favorable. Avec mon prêt vous avez la solution de vos problèmes financier et une garantie bien étudier. Pour plus d'informations je reste a votre disposition. NB / Contacter moi par mail: yvettespuel@gmail.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016