Aliou Sall égratigne Khalifa Sall : « Il n’y a pas de mérite exceptionnelle à ce que sa collectivité ne soit pas endettée vis à vis de l’Etat »


Aliou Sall égratigne Khalifa Sall : « Il n’y a pas de mérite exceptionnelle à ce que sa collectivité ne soit pas endettée vis à vis de l’Etat »
Dans le cadre du Precol, presque toutes les grandes communes du Sénégal doivent à l’agence de développement municipal de l’argent. Seule la mairie de Dakar, dirigée par Khalifa Sall est à jour comme l’a rappelé la presse ce matin. Mais pour Aliou Sall, le maire de Guédiawaye et Président de l’Association des maires du Sénégal, « il n’y a pas de mérite exceptionnelle à ce que cette collectivité ne soit pas endettée vis à vis de l’Etat. » Et pour cause indique t-il, « dans des communes comme Guédiawaye nos ressources propres tournent autour de 50 millions par mois, et notre masse salariale 46 millions de francs CFA. Au même moment une ville comme celle de Dakar se retrouve avec un excédent de ressources dues aux patentes. »
« En retour, ces taxes étant versées à une seule collectivité qui est déchargée de l’essentiel de ses compétences, il n’y a donc pas de surprise qu’une telle collectivité soit en mesure de rembourser ses dettes. Et donc il n’y a pas de mérite exceptionnel à ce qu’une telle collectivité ne soit pas endettée vis à vis de l’Etat », ajoutera t-il.
 L’évaluation doit donc prendre compte l’équilibre dans la distribution des ressources finira par dire le frère du Chef de l’Etat.
Le ministre en charge du secteur des collectivités locales, Abdoulaye Diouf Sarr, sur ce sujet dira être de ceux qui pensent que dans les approches futures, il faudra mettre en bandoulière l’équité. « Dans la perspective de mettre en place un système financier stable pour les collectivités locales, il est important que la question de l’équité soit mise en place et dans nos stratégies, qu’on travaille pour mettre en place l’équité. C’est cela qui permet de comparer les collectivités locales sur une base scientifique. »
 A partir de 2016, a promis Aliou Sall, les communes vont consacrer plus de 90% de leurs ressources d’investissement au remboursement progressif de cette dette due à l’ADM, mais aussi d’autres types d’endettement à divers programmes. « Et nous engagerons les collectivités locales qui sont concernées à faire de cette affaire une priorité. On ne peut pas continuer à réclamer davantage d’investissement quant on ne peut pas assumer nos responsabilités. »
Le deuxième axe souligné par le maire de Guédiawaye est l’importance des démarches d’intercommunalité et de mutualisation. « Il y a quelques initiatives, nous sommes en rapport avec l’ADM, en train de développer un programme de sensibilisation, de préparation et de formation des élus pour qu’ils comprennent l’utilité à mutualiser nos ressources, mais aussi à procéder à des intercommunalités en vue d’avoir des projets structurants. »
Jeudi 14 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :