Aliou Cissé recompose autour de lui l'ancienne défense de Metsu


Aliou Cissé, le sélectionneur national a, certainement par un simple hasard, reconstruit dans son staff, l’ancienne défense, à l’exception de Ferdinand Coly, de Bruno Metsu qui a qualifié le Sénégal à la CAN et au Mondial 2002.

Arrivé à la suite de Peter Schnittger, Metsu a travaillé en premier sur sa défense en titularisant Tony Sylva, actuel préparateur des gardiens de but de la sélection nationale, au poste de gardien de but à la place d’Oumar Diallo.

Pourtant, l’ancien gardien de but de Khourigba (élite marocaine) tenait bien à l’époque la baraque au moment où Tony Sylva avait du mal à s’imposer à l’AS Monaco (élite française) où de son propre aveu, il remplaçait ses séances d’entraînement par des matchs officiels.

Pour poser sa marque, feu Metsu qui a qualifié le Sénégal à sa première finale de CAN au Mali en 2002, n’a pas seulement changé de gardien de but, il a refait sa défense centrale avec Aliou Cissé et Lamine Diatta. Le dernier nommé avait toutefois joué son premier match en équipe nationale avec Peter Schnittger au poste d’arrière droit.

Dans l’axe défensif, le technicien allemand avait une défense à trois avec Cheikh Sidy Ba-Pape Malick Diop-Assane Ndiaye qui avait conduit le Sénégal en quart de finale de la CAN 2000. Les Lions étaient alors tombés les armes à la main contre le Nigeria (1-2 après prolongations).

Avec l’arrivée de Metsu, Aliou Cissé, milieu de terrain défensif de formation avait été reculé d’un cran et avec, en plus, le brassard de capitaine noué autour du bras.

Aux côtés de Lamine Diatta, ils avaient réussi des éliminatoires et une phase finale de CAN 2002 de très bon niveau.

Malgré des critiques acerbes déjà à l’époque, Bruno Metsu a maintenu sa confiance à son axe central et il a fallu attendre un match amical perdu 2-3 contre l’Arabie Saoudite après la phase finale de la CAN et à quelques encablures de la Coupe du monde pour l’amener à revoir son schéma défensif.

A partir de cette défaite, Aliou Cissé avec toujours son brassard va remonter d’un cran au milieu de terrain pour laisser la place à Pape Malick Diop qui va former un duo avec Diatta.

Omar Daf qui était en place depuis Schnittger et la CAN 2000, a dû changer de côté avec Metsu, partant de la droite vers la gauche.

Vieux Ousmane Diop qui était le latéral gauche de métier du technicien allemand, n’avait pas pu suivre l’évolution après la CAN 2000 et Ferdinand Coly qui commençait à faire son trou au RC Lens, avait fini de s’installer à droite laissant le côté gauche à Daf.

Omar Daf qui a glissé à sa retraite dans le staff technique et Diatta devenu agent de joueur et désormais, coordinateur de la Tanière, recompose cet attelage qui avait fait rêver les supporters sénégalais et a permis au Sénégal de faire partie des Nations qui comptent en football.

Avec à la clef une finale de CAN, la première de son histoire et un quart de finale de Coupe du monde pour une première participation.

Passé de l’autre côté, le quatuor (Aliou Cissé accompagné par Tony Sylva, Omar Daf et Lamine Diatta) est à la manœuvre et pour les quatre premiers matchs des éliminatoires, le résultat comptable ne souffre d’aucune contestation possible : quatre matchs, quatre victoires, 11 buts marqués et deux encaissés.

En attendant d’améliorer la qualité de jeu et de décrocher la qualification à Gabon 2017 qui n’est qu’à un tout petit point sur six possibles.
Mercredi 30 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :