Alé Lô démissionne: le Parti démocratique sénégalais (Pds) se vide de son sang.


Alé Lô démissionne: le Parti démocratique sénégalais (Pds) se vide de son sang.
DAKARACTU.COM  Hier, lors du séminaire d'orientation budgétaire des collectivités locales, Alé Lô a annoncé son départ du Parti démocratique sénégalais (Pds). Dans la foulée, il a fait savoir qu'il comptait, avec  les 200 Pcr de son association, créer un parti politique. A cet effet, une conférence de presse est prévue aujourd'hui. Alé Lô a également saisi l'occasion pour inviter les Sénégalais à boycotter les listes du Pds le 1er juillet.
Jeudi 10 Mai 2012




1.Posté par fall le 10/05/2012 14:48
monsieur ALE LO est un truand on ne peut changer de parti comme on change de slip ce monsieur prend les sénégalais ^pour des cons il n a qu à se faire foutre trop c est trop

2.Posté par migui le 10/05/2012 15:18
les senegalais ne pardenerons jamais a MACKY davoir accepter des transhumants .
la transhumance est une pratique animale qui appartient aux moutons , vaches et autres chevres .

nous voulons un senegal des gens avec une culture d etique et de morale , mais pas des gens qui se comportent comme des mouches .

3.Posté par mamadou ndiaye le 10/05/2012 16:15
liberté de la presse / responsabilitéet citoyenneté de la presse

...........les transhumants, ces politiciens du ventre ( qui migrent d’une formation politique à l’autre à la faveur d’un changement de régime ou de majorité et sous fonds de reniements , de parjures et de trahisons ) n’apportent rien aux Sénégalais .La presse rendrait véritablement service à ce pays si elle permettait à ceux qui l’écoutent, la lisent ou la regardent de faire connaissance avec le parcours ou le vécu quotidien de ceux qui sont partis de peu, de très peu de choses mais qui- se sont faits seuls à la force du poignet, La presse rendrait véritablement service à ce pays si elle permettait à ceux qui l’écoutent, la lisent ou la regardent de faire connaissance avec le parcours ou le vécu quotidien de faire connaissance avec ceux qui -sous le chaud soleil dans les champs , dans les villes , dans la pénombre des ateliers et autres bureaux austères, ont choisi de ne mériter que ce que leur intelligence et leur force leur auront donné . La presse rendrait véritablement service à ce pays si elle permettait à ceux qui l’écoutent, la lisent ou la regardent de s’inspirer de ceux-là.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016