Aïcha Bâ, Miss Sénégal Espagne 2014 : « Sans-papiers, j’ai été exploitée et traitée de sale négresse»


Aïcha Bâ, Miss Sénégal Espagne 2014 : « Sans-papiers, j’ai été exploitée et traitée de sale négresse»

C’est l’une des ambassadrices de la beauté sénégalaise dans la diaspora. Elle se nomme Aïcha Bâ et c’est la nouvelle Miss Sénégal Espagne où elle vit depuis cinq (5) ans. Mannequin et actrice, elle a réussi à se construire une notoriété au pays de Don Quichotte, où on la surnomme « la niña de Rajoy » mais la vie n’a pas toujours été tendre avec elle. De l’infortune, elle s’est hissée vers la gloire.

 

« Au début, c’était assez difficile et j’ai beaucoup souffert. J’ai vécu des situations très laborieuses, j’avais du mal à assurer ma survie. Sans-papiers, j’ai été exploitée par des employeurs qui profitaient bien de la situation. Je gardais des enfants et parfois je faisais du lave-vaisselle dans des restaurants pendant toute la nuit. Le matin, je nettoyais les bureaux. Il m’arrivait aussi de faire le tour des plages pour tresser des Blanches, comme beaucoup de sénégalaises le font. Les Sénégalais eux, vendaient des sacs de contrefaçon, toujours sur les plages », raconte-t-elle.

 

« Une fois j’ai été menacée et humiliée par les forces de l’ordre. Ils nous interdisaient d’embêter les touristes sur la plage, mais nous n’avions pas le choix. Nous étions là, avec nos photos à importuner les Blanches pour leur montrer des modèles de tresses, histoire de les convaincre. Quelquefois, c’était elles-mêmes qui nous insultaient et qui nous envoyaient balader, en nous traitant de sales négresses », confesse-elle. De cette période de traversée du désert, elle garde de douloureux souvenirs.

 

« Je rentrais alors bredouille, après une journée passée à chercher des clientes, sans rien à me mettre sous la dent. Le lendemain, je retournais tenter ma chance, je n’avais pas le choix. C’était mieux que de me vendre, de voler ou de tendre la main. Bon nombre de Sénégalais sont dans cette situation à l’étranger où ils galèrent et triment sang et eau pour s’en sortir ».

 

« Aujourd’hui je défile pas mal et je n’ai jamais pensé que je pourrais travailler un jour avec des grandes marques de l’industrie de la mode : Gucci, Salvatore Feragamo, Escara, Lili Chotti. Mais ce dont j’étais le plus fier, c’est avoir défilé pour  les plus grands spécialistes de robes de mariée, comme Rosa Clara. J’ai participé au plus grand podium de mode en Espagne (Gaudi novias). Tous les mannequins en rêvent et j’étais la seule noire à l’avoir fait. C’était une très grande fierté et je rends grâce à Dieu d’avoir pu en arriver là ».

L'Observateur


Aïcha Bâ, Miss Sénégal Espagne 2014 : « Sans-papiers, j’ai été exploitée et traitée de sale négresse»
Vendredi 29 Août 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :