«Agonie du secteur touristique» : Racine SY et ses collaborateurs tirent sur la sonnette d’alarme


 «Agonie du secteur touristique» : Racine SY et ses collaborateurs tirent sur la sonnette d’alarme
Les acteurs du tourisme ont organisé une conférence de presse ce jeudi à Dakar pour faire l’état des lieux du secteur et interpeller «l’ensemble des forces vives du pays pour que les uns et les autres puissent prendre conscience de l’ampleur des dégâts». Mr Mamadou Racine SY a exprimé ainsi leur désarroi : «nous sommes arrivés à un stade où on peut parler d’agonie pour le secteur du tourisme; nous n’avons jamais été confrontés depuis l’indépendance, à une aussi catastrophique situation qui ne manquera d’avoir des effets difficiles à quantifier sur le plan économique, mais aussi sur le plan social».   


«Cela aurait été une société, j’aurais pu dire que nous sommes en état de quasi faillite, juste pour dire que la situation est grave. Elle touche aussi bien l’hôtellerie d’affaires qui a vu son chiffre d’affaires baisser, que le tourisme de loisirs qui aujourd’hui pense plutôt à diminuer les emplois», a indiqué Mr SY. «Si nous vous avons appelé, c’est pour tirer sur la sonnette d’alarme», a-t-il insisté.
 
La rencontre avec les journalistes a été animée par les principaux responsables des Organisations Patronales, des Syndicats d'Initiative régionaux de tourisme et des Organisations des travailleurs du secteur, sur le thème de la situation dramatique du secteur touristique du Sénégal et de la problématique du plan d'urgence de relance de la Destination.
 
Le président de la Fédération des organisations régionales du secteur du tourisme, Mr Racine SY avait à ses côtés Mr Mamadou Sow délégué de FRAM, Mr Ibrahima Sarr du Comité des stations de Saly Portudal, à sa droite des secrétaires généraux des syndicats des travailleurs; Mr Mamadou Diouf de la CNTS, Malick Diop de l’UNSAS et El Hadj N'diaye de la CNTS FC.    
  
Les professionnelles du tourisme ont soutenu qu’ils n'ont jamais connuà une situation aussi chaotique. Ils ont senti un certain blocage vis-à-vis de l’Agence sénégalaise de promotion touristique (ASPT) qui a été créée suite à une décision du Président de la République, Macky Sall. «Mais il est malheureux aujourd’hui de constater que les moyens n’ont pas été mis à la disposition de l’agence pour son fonctionnement», a laissé entendre Mr Mamadou Sow, le patron de Sénégal Découvertes. Il a fait état des causes profondes de ce marasme dû essentiellement aux taxes, à l’absence d’une véritable politique de promotion du secteur touristique et à l’absence d’une politique de libération du tourisme.
 
Mécaniquement, il n’y a plus de cas d’agression de touristes dans les journaux, parce qu’on agresse ce qu’on voit, a-t- il souligné; «pourtant le Sénégal est un pays à vocation touristique». Dans cette situation de marasme total, de morosité, a-t- il ajouté, dans la majorité des zones touristiques, le taux d’occupation n'st guère réjouissant.   
Les professionnels du tourisme demandent à l’Etat du Sénégal, la suppression pure et simple du Visa et souhaitent la généralisation de la TVA dans l’espace UEMOA... 
 
 
Vendredi 13 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par Toutyre le 13/02/2015 15:04
Dommage , ce qui ne vous convient pas , vous l'effacez : je viens de poster un billet et hop ca a disparu

2.Posté par biabahp le 14/02/2015 12:00
Ya aucune démocracie chez dakaractu vous étes pas le seul.

3.Posté par dom le 18/02/2015 10:51
Si je ne me trompe pas la principale mesure demande par les pros du secteur du tourisme était la suppression du visa
Il y a peu de temps le ministre du tourisme a déjà annoncé quelques mesures mais je n’ai pas encore vu la profession applaudir des « deux mains » à ces dernières.
J’ai d’ailleurs bien peur que cesdernières n’auront que très peu d’efficacité, au moins à court terme. Au mieux la venue des touristes continuera à stagner au niveau actuel (effectivement catastrophique pour la saison 2014/2015) au pire voir encore régresser sur 2015/2017.
En effet les mesures financières tel que celle de la tva, celles de prêts hôtelier, ou de revalorisation du site de saly n’auront des effets qu’à moyens et longs termes. Entre le moment de la décision d’investir et le moment de la réalisation, il y a des délais incompressibles (minimum de 24 à 48 mois). De plus il faudra ensuite que, par le « bouche à oreille », l’image du tourisme Sénégalais redevienne positif….C’est pas gagné !..
Bien sur il y a Ebola mais il faut maintenant y ajouter des images passées sur les principales chaines de tv aux heures de grandes écoutes montrant un drapeau français brûlé à Dakar (90% des tourismes qui venaient et viendront au Sénégal sont « des Charlie » ). Heureusement que les touristes potentiels n’ont pas eu connaissance des propos du porte parole du Khalife général des Mourides qui a dit que les attentats de Paris ne seront rien de plus qu’une « vengeance de légitime des Musulman » ( lu dans le POP du 18 janvier 2015).
Je doute aussi que cela soit positif pour inciter et faire venir d’importants investisseurs et rassurer les grands tours opérateurs qui observent avec attention ce qui se dit dans les pays qu’il cible pour envoyer des touristes.
Il est aussi assez négatif de dire que l’on renforce la police touristique car cela suggère que le danger existe (agression, terrorisme etc…). Franchement cela est contre productif ( en France ont renforce le plan vigipirate car le risque est plus que jamais réel et cela est indispensable mais pas vraiment une bonne chose pour le tourisme Parisien)….Il faut, bien sur, renforcer la sécurité sur les sites touristique mais ne pas en faire un axe de communication ! Il serait d’ailleurs bien plus efficace pour les tourismes de faire interdire la mendicité et les talibés .
Les seules mesures fortes psychologiquement et financièrement pour sauver les saisons touristiques des 3 ou 4 années prochaines auraient été la suppression des visas et la baisse conséquente des taxes aéroportuaires !... Cela aurait permit, en partie, de contrer l’effet Ebola » en offrant un rapport qualité/prix concurrenciel
Les mesures prises ne sont sans doute pas inutiles mais certainement à très faible impact à court et moyen terme.
Hélas beaucoup de Sénégalais qui vivent du tourisme sur la petite côte et en Casamance vont continuer à souffrir



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016