Affaire élèves-maîtres : Le jury renouvelle à nouveau l'expulsion des fraudeurs


Affaire élèves-maîtres :  Le jury renouvelle à nouveau l'expulsion des fraudeurs
Suivant délibération en date du 11 mars 2014, le jury du concours de Recrutement des Elèves-Maîtres, session 2013, a déclaré admis deux mille cinq cent quarante-cinq (2545) candidats.
Dès le début de leur formation au niveau des Centres régionaux de Formation des personnels de l’Education (CRFPE), il a été constaté que certains de ces élèves-maîtres présentaient un niveau particulièrement faible et, au même moment, circulaient des informations concordantes relatives à des candidats qui auraient acheté leur admission.
Le Ministre de l’Education nationale, saisi de cette situation, a, en tant que garant de la qualité de l’Education et conformément à sa lettre de mission, diligenté une enquête à l’effet de procéder à l’analyse de l’ensemble du processus de correction des épreuves et de délibération.
Cette enquête effectuée par l’Inspecteur des Affaires administratives et financières (IAAF) du Ministère, du 03 juin au 18 juillet 2014, a permis de constater que les notes de six cent quatre vingt dix (690) candidats admis avaient été délibérément revues à la hausse ; ce qui a conduit le jury d’examen à se prononcer sur des bases erronées.
Identifié, l’auteur de ces falsifications a signé un procès-verbal d’audition dans lequel il reconnait les faits.
Par décision n°003816 du 24 juillet 2014, le Ministre de l’Education nationale a procédé à l’annulation de ces admissions ; ce qui a conduit à leur exclusion des CRFPE.
Saisi d’un recours en annulation par un collectif de ces exclus de la formation, la Cour suprême a, par l’arrêt n°061 du 23 septembre 2015, prononcé l’annulation de la décision ministérielle du 24 juillet 2014 au motif, entre autres, que « le jury est seul habilité à tirer des conséquences de l’erreur ou de la fraude commise lors des délibérations du concours et à procéder aux corrections nécessaires ».
Tirant les conséquences de cette décision de la Cour suprême et pour s’y conformer, le jury s’est à nouveau réuni le 27 janvier 2016, sous la présidence de Abdoulaye DIATTA, ancien Directeur de la Formation et de la Communication. pour examiner le cas des six cent quatre-vingt-dix (690) candidats.
Au cours de cette séance, les membres du jury ont comparé les notes attribuées par les correcteurs de même que les relevés généraux aux notes saisies dans l’ordinateur du correspondant en informatique et ayant servi de base aux délibérations. Ils ont ainsi constaté, pour tous les 690 candidats, les majorations opérées.
Lecture a été également donnée du procès-verbal d’audition de l’agent ayant procédé aux falsifications ; lequel, présent à la réunion, a confirmé sa responsabilité dans la manipulation des notes.
Compte tenu de la matérialité des faits, donc de l’existence de la fraude, le jury a décidé, à l’unanimité, de prononcer l’annulation de l’admission dans les CRFPE de six cent quatre vingt dix (690) candidats dont les notes ont été falsifiées lors du Concours de Recrutement des Elèves-Maîtres, session 2013 ; un procès-verbal signé par tous ses membres a été établi à cet effet et en fait foi.
 
 La Porte-parole du ministère de l’Education nationale
Mme Marie SIBY
 
Dimanche 21 Février 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :