Affaire des mendiants handicapés arrêtées : Le procureur requiert 10 jours assortis de sursis

L’affaire des mendiants handicapés a été appelée ce mercredi à la barre du tribunal de Dakar. Au cours des débats, la défense a tout simplement dénoncé l'Etat du Sénégal de n'apporter aucune aide à ces personnes vulnérables qui ont été arrêtés devant l'hôtel des députés le vendredi 22 Juillet dernier.


Affaire des mendiants handicapés arrêtées : Le procureur requiert 10 jours assortis de sursis
Il s’agit, en effet, de  Ami Kébé 30 ans, Awa Fall 34 ans, Ami Ngingue 30 ans, Khoudia Lèye 30 ans et Awa Seck, etc. La représente du parquet a, lors de son réquisitoire, expliqué que l'article 245 du code pénal interdit la mendicité  sauf le vendredi. Continuant, le procureur affirme en cas de mendicité pour le jour du vendredi, seul les mosquées sont les lieux autorités.  Après avoir rappelé la loi condamnant la mendicité, le Procureur de la République a déclaré coupable les prévenus mendiants et demande une condamnation de 10 jours d'emprisonnement assortis de sursis.  
Pour l'avocat de la défense, les mendiants ne sont pas coupable au contraire c'est l'Etat qui est responsable de cette situation.  Pointant du doigt le gouvernement, Me Jacques N'diaye a estimé que de Senghor à nos jours, aucun gouvernement ne s'est jamais soucié des handicapés.  Pour la robe noire, la carte d'égalité des chances n'est qu'une simple formalité et rien d'autre. Il dénonce aussi la condition de détention de ces mendiants handicapés qui était d'une extrême gravité. Ainsi Me Souleymane Ndéné Ndiaye qui était aussi de la défense, atteste l'article du code pénal n'est pas établi sur ces faits. Car, soutient-il, ces derniers n'étaient pas en train de mendier, même s’ils en ont le droit, parce que ne pouvant pas travailler du fait de leur handicap.  
Selon Me El Hadji Diouf qui est venu, dit il, en tant que député du peuple, il a plaidé pour la relaxe pure et simple de ses clients. 
Mercredi 27 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :