Affaire des 600 contrats fictifs signés par l’État : Le Doyen des juges a entendu les inculpés au fond


Le dossier relatif à l’affaire des marchés fictifs au ministère de l’Hydraulique est loin de dormir dans les tiroirs du bureau du Doyen des juges, même s’il est entouré de suspicion à cause du placement sous contrôle judiciaire de l’un des inculpés, peint comme un proche du Garde des Sceaux. En effet, l’instruction du dossier suit son cours. Il nous revient que le juge Samba Sall a déjà entendu au fond les inculpés. Il ne reste que les confrontations, si tant est qu’elles figurent dans le calendrier du magistrat instructeur. Par ailleurs, nos sources renseignent qu’une demande de liberté a été déposée pour le compte d’Abdoulaye Ndiaye, mais elle a été rejetée. Ce qui fait que le dossier est maintenant à la Cour d’appel, car les avocats du prévenu ont introduit un recours devant la Chambre d’accusation qui doit enrôler le dossier.
 
Ce dernier était le chef du Bureau administration et finance. Au moment de son inculpation, le 27 décembre, il avait été élargi quelques jours auparavant suite à une condamnation au sursis. Abdoulaye Ndiaye avait, en effet, été condamné à une peine de six mois assortie du sursis pour escroquerie et faux et usage de faux dans un document authentique. Il avait vendu deux marchés fictifs à l’opérateur économique Thierno Wade qui désirait acquérir des marchés dans le cadre du projet de construction de toilettes publiques géré par le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement.
 
A cet effet, le fonctionnaire lui avait cédé deux marchés de DRP (Demandes de renseignements et de prix) à 24 900 000 F CFA et à 24 785 360 F CFA en contrepartie d’une commission de 3 400 000 F CFA. Cependant, lorsque l’opérateur économique a voulu déclarer les contrats au niveau des Impôts et Domaines, on lui a fait savoir que les marchés étaient fictifs. Seulement, au lendemain de sa libération, précisément le samedi 24 décembre 2016, il a été arrêté par la Section de recherches de la gendarmerie, suite à une plainte de l’Agent judiciaire de l’Etat (AJE) déposée au niveau du parquet de Dakar. Car, lors du procès, l’AJE Cheikhna Hann avait laissé entendre que 600 autres contrats fictifs avaient été signés et que l’Etat avait subi un préjudice de plus 2 milliards de francs CFA. Sauf que cette fois-ci, Abdoulaye Ndiaye n’a pas été le seul à tomber, car il a été appréhendé avec le directeur de l’Assainissement, Arona Traoré, ainsi que quatre entrepreneurs. Ils ont été inculpés pour détournement de deniers publics, corruption, faux et usage de faux… Toutefois, seul Abdoulaye Ndiaye a été placé sous mandat de dépôt. Cette décision avait mis ses avocats dans tous leurs états, d’autant plus que les victimes, constituées en collectif composé de 70 membres environ, déclarent avoir versé l’argent à M. Traoré.
Enquete
Mercredi 24 Mai 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :