Affaire “boy djinné“ : Et si notre justice était sa vraie complice ?


Le recordman mondial des évasions de prison n’en finit pas d’écrire les pages de son histoire. Et plus le temps avance, plus il s’attire la sympathie des Sénégalais, de plus en plus séduits par ses “exploits“. Modou Fall, alias “Boy Djinné“ fait le “Buzz“ comme on dit. 

Mais la question non encore élucidée reste de savoir sur qui s’appuie t-il ? Qui l’aide à réussir ses coups ? Surtout si l’on sait que lors de sa dernière arrestation et son transfèrement à la très célèbre prison de Diourbel, le juge Barry, lui avait interdit tout contact avec l’extérieur, parce qu’étant sûr et certain que le fugitif le plus célèbre du Sénégal, a des contacts dans et à l’extérieur des prisons. S’il réussit à s’échapper, c’est parce qu’il est aidé à des niveaux parfois insoupçonnés. 

La seule explication valable jusque là fournie est que notre “Boy Djinné“ national est riche, même très riche et c’est son très célèbre avocat, Me Babou qui file l’info. Il posséderait des camions, des voitures de luxe, du matériel de sonorisation…. Ce qui étonne est que cela étonne les Sénégalais. Un voleur riche ne devrait en aucun cas surprendre surtout un voleur très intelligent, qui s’est attaché les services de Me Babou, qui d’ailleurs a affirmé qu’il « le défendra contre vents et marées. » Et on se demande encore ce qu’il a fait des quarante deux millions (42 000 000) de francs, volés à la SODIDA. Donc “Boy Djinné“ est un cas d’enrichissement illicite avéré. C’est parce que « très liquide » pour reprendre les mots de son avocat, qu’il réussit à s’échapper de nos prison. 

Si notre justice dans son ensemble, (magistrats, CREI…) et nos organismes de lutte contre la corruption tels que l’OFNAC, avaient coupé le robinet de “Boy Djinné“, aucune de ses évasions ne serait rendue possible. Si notre justice avait saisi l’ensemble de ses biens, acquis illicitement, Modou n’aurait pas eu les moyens de corrompre qui que se soit. Si notre justice avait saisi les biens supposés appartenir à “Boy Djinné“, ses victimes seraient rentrées dans leurs fonds, pour que justice soit faite. Il ne dépend donc, en réalité, que de notre justice pour mettre hors d’état de nuire l’ennemi public numéro 1 !
Samedi 23 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :