Affaire Souleymane Diawara : la chambre d’instruction rendra sa décision, aujourd’hui


Affaire Souleymane Diawara : la chambre d’instruction rendra sa décision, aujourd’hui
Le parquet général de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a requis, hier, la confirmation du placement en détention provisoire du défenseur sénégalais de Nice, Souleymane Diawara. Le gars a été mis en examen pour extorsion et tentative d’extorsion au préjudice d’un vendeur de voitures de luxe. La chambre d’instruction rendra sa décision, aujourd’hui, ainsi que celle concernant la détention provisoire d’Adama Diawara, son frère cadet, et de trois autres complices présumés. L’accusation a invoqué des risques de fuite et de représailles. Lors de l’audience à huis clos, les avocats du défenseur de l’Ogc Nice ont plaidé en faveur d’une remise en liberté, éventuellement accompagnée d’un contrôle judiciaire.
Selon Mes Grégory Bensadoun et Christian Saint-Palais, un éventuel placement sous surveillance électronique apparaît difficilement compatible avec l’activité de joueur professionnel de football. «Souleymane Diawara présente des garanties de représentation (en justice) parfaites. Compte tenu des dé- positions et des constatations opérées, on n’a pas besoin de le laisser en détention», avait déclaré Me Saint-Palais avant l’audience.
Le 19 mars dernier, Adama Diawara et quatre hommes se rendent dans la soirée au domicile de la victime, à Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence), afin de réclamer le remboursement d’une somme de 49.800 euros, montant versé en liquide, en 2013, par Souleymane Diawara pour l’acquisition d'une Porsche Cayenne.
Ce véhicule ayant été volé, le footballeur n’aurait cessé d’en réclamer au vendeur le remboursement. En janvier, Souleymane Diawara l’aurait relancé dans un Sms livré aux enquêteurs : «Si j’avais voulu être méchant, je t’aurais déjà envoyé des gens depuis longtemps. Donne-moi ce que tu peux. T’inquiète pas je sais que c’est pas facile de me donner tout d’un coup. Donc voilà en tout cas, tu ne me fais pas venir pour rien». Dans ses déclarations, le vendeur de véhicules, un ancien militaire âgé de 36 ans, assure
avoir été «serré» dans un coin de sa cuisine par Adama Diawara et un prénommé Karim, trois autres hommes restant dans le jardin de la villa. Un des cinq membres de cette expédition n’a pas été interpellé.
Au téléphone, Souleymane Diawara se serait entretenu avec le vendeur auquel un véhicule Bmw série 7 a finalement été dérobé en gage avec sa carte grise barrée et un certificat de cession. «J’entendais donc clairement Souleymane Diawara donner ses ordres à son frère et me menacer : ‘’Tu vas payer sale escroc’’», a déclaré le vendeur de voitures aux enquêteurs. Les auteurs de cette opération commando assurent n’avoir usé d’aucune violence, ne portant aucune arme. La victime fait état d’un coup sur la nuque l’ayant fait trébucher et évoque des gestes de ses agresseurs suggérant que l’un d’eux portait une arme dans sa poche. Ces menaces auraient été proférées alors que l’épouse et les enfants de la victime se trouvaient dans le salon mitoyen.
Vendredi 17 Avril 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :