Affaire Ndiaga Diouf : Retour sur la fusillade devant la mairie de Mermoz/Sacré-Coeur


Affaire Ndiaga Diouf : Retour sur la fusillade devant la mairie de Mermoz/Sacré-Coeur
C'est ce matin que Barth Dias est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Dakar dans l'affaire de la fusillade devant la mairie de Mermoz/Sacré-Coeur. Ce qui avait coûté la vie à un nervi du nom de Ndiaga Diouf. Cette affaire qui date de 5 ans avait même valu au responsable socialiste un séjour carcéral. Il avait bénéficié d'une liberté provisoire le 22 mai 2012. La réactivation de ce dossier obéit-elle à des règlements de comptes politiques, au vu de la radicalisation de Dias-fils contre le régime de Macky Sall.  Que s'était-il passé ? Dans la matinée du 22 décembre 2011, dans un contexte très tendu et lourd de dangers, où l'opposition et la société civile, regroupés dans le Mouvement du 23 juin (M23), s'étaient ligués, pour faire face au régime de Wade, la mairie de Barth Dias avait été attaquée par des nervis, armés jusqu'aux dents, et qui étaient à bord de cinq véhicules 4X4 L200. Ces nervis - loin d'être des enfants de coeur - seraient partis du siège du Pds, et avaient même visité les domiciles du Pr Abdoulaye Bathily et de Moustapha Niasse. Ils avaient saccagé la mairie de Mermoz/Sacré- Coeur. Pour défendre sa mairie et sa vie, Barth Dias, en compagnie de ses gardes du corps, avait organisé la résistance. Des coups de feu ont été tirés de part et d'autre. C'est sur ces entrefaites, que le nervi Ndiaga Diouf a été atteint d'une balle. Il succombera, lors de son acheminement à l'hôpital de Fann. Réagissant à l'attaque de sa mairie, le fils de Jean-Paul avait pointé du doigt les libéraux. « Ce sont des nervis envoyés par le Pds qui se sont attaqués à ma mairie et qui ont voulu s’attaquer à mon domicile pour y mettre le feu. Je suis sorti, je me suis mis devant la mairie. Nous nous sommes regardés en chiens de faïence pendant quelques instants, et puis, à un moment donné, nous avons déclenché les hostilités», avait clairement déclaré Dias-fils, soulignant être en position de légitime défense. Il avait défié le « pape du Sopi » en ces termes : « Comme Wade a dit oeil pour oeil, dent pour dent, je lui souhaite la bienvenue au Far West ». Après la liberté provisoire accordée à Barth, le Ps avait à l'époque, par la voix de Wilane, annoncé qu'il allait se battre pour un non lieu. Aujourd'hui, Barth sera devant la barre, avec certains de ses gardes du corps. Mais il a échappé aux assises après que le juge d’instruction a rendu une ordonnance de disqualification des faits qui le renvoie devant le tribunal correctionnel pour des faits de coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Ce qu’on appelle communément des coups mortels. Mais dans tout ça : Et les commanditaires de l'attaque contre sa mairie ? Et les nervis qui ont été formellement identifiés ? Vont-ils également comparaître ce matin ? A tout  à l'heure..
Le Populaire
Jeudi 20 Octobre 2016
Dakaractu




1.Posté par Atypico le 20/10/2016 11:57
jamais vu dans un roman ou dans un film de fiction un garde du corps encourager son leader à aller tirer sur les assaillants ! c'est pourtant ce que l'on a vu et que l'on peut revoir ici filmé aux actualités !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :