Affaire Aïcha Diallo : L’État ouvre une enquête et promet des sanctions

L’affaire Aïcha Diallo, du nom de la fille décédée aux urgences de l’hôpital de Pikine, est prise très au sérieux par les autorités sanitaires. Le Ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, sort ses griffes et promet de prendre des mesures drastiques contre les négligences médicales.


‘’Errare humanum est, perseverare diabolicum’’. Les erreurs médicales font de plus en plus parler d’elles. Mais l’affaire Aicha Diallo est venue souffler sur les braises et raviver les flammes de l’injustice sociale où vit cette catégorie de citoyens qui n’a pas les moyens financiers de se soigner.
Cependant le Ministre de la Santé a décidé de prendre le taureau par les cornes. C’est dire que l’Hôpital de Pikine se trouve dans le collimateur des autorités sanitaires. Abdoulaye Diouf Sarr vient d’annoncer qu’une enquête est ouverte pour situer les responsabilités. Le Ministre de la Santé se dit ferme et catégorique : ‘’quel que soit le résultat de cette enquête, nous prendrons les dispositions qu’il faut et sans équivoque. Les auteurs seront sanctionnés s’ils sont coupables’’, a rassuré Abdoulaye Diouf Sarr. Avant d’en rajouter cette couche : ‘’Dans ce système de santé, il faut toujours se battre pour faire sortir les personnes qui n’ont pas la conscience de servir la santé ».
« Face à l’urgence, on ne peut pas mettre l’argent comme condition. La responsabilité de l’hôpital, c’est de prendre en charge le malade et de le soigner’’, enrage-t-il, la mort dans l’âme. Non sans insister : ‘’Ce que je peux vous dire tout de suite, c’est que l’enquête est en cours. Elle va être conduite de la manière la plus responsable et la plus diligente possible ».

À qui la faute ?

Avec les négligences médicales, une question demeure sans réponse. Est-ce la faute des médecins incompétents ou est-ce le résultat d’un système médical loin d’être efficace ? Pour ce médecin généraliste, exerçant dans le privé et dans un hôpital public, la mort d’un patient, même sans négligence médicale, est toujours un échec.
“Lorsqu’il prête le serment d’Hippocrate, un médecin promet de faire tout son possible”. Il souligne que les médecins du privé et ceux des hôpitaux ne travaillent pas dans les mêmes conditions.
À propos des cas de négligence médicale, il précise qu’on ne peut pas uniquement accuser le médecin car il faut souligner que c’est un travail d’équipe. Tout le monde, infirmier, aide-soignant et médecin, tient un rôle dans la vie d’un patient.
"Ce généraliste, qui officie dans un centre de santé, confie que c’est souvent à l’accueil du patient que les choses commencent à mal fonctionner. Après, tout s’enchaîne. Il suffit parfois d’une mauvaise interprétation, d’une mauvaise communication et des données erronées pour que les choses virent au drame. Les cas de négligence médicale doivent servir de leçon. Nous devons nous améliorer et accepter de nous remettre en question.”

Rewmi Quotidien
Mercredi 18 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :