Accusations d'Aida Mbodj : «Fada a scanné nos signatures de 2012»

Aïda Mbodj, tout comme les plus hauts responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds), ne comptent reculer d’un iota dans leur combat contre Modou Diagne Fada. D’ailleurs, celle qui été choisie pour devenir la présidente du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates, élargi à des partis de l’opposition, ont accusé leur frère d’avoir scanné leurs signatures qui datent de 2012, année de démarrage de la douzième législature. Un fait qui a poussé Mme Mbodj à défendre qu’elle va ester en justice contre le chef de file des frondeurs pour faux et usage de faux.


La bataille pour le contrôle du groupe parlementaire des libéraux et démocrates se poursuit entre Modou Diagne Fada et ses camarades du Parti démocratique sénégalais (Pds). Dénonçant avec vigueur l’attitude du chef de file des frondeurs, Aïda Mbodj, présidente désignée par Me Wade, a frontalement accusé celui qui est par ailleurs président du Conseil départemental de Kébémer de faux et usage de faux.
«La vérité est toute simple. Numériquement, Modou Diagne Fada ne peut pas avoir autant de signatures, puisque la majorité des députés de notre parti sont avec nous. Cela est certain. S’il a pu déposer une liste dans laquelle on retrouve nos noms et nos signatures, c’est parce qu’il scanné nos signatures qui datent de 2012 pour pouvoir faire une copie et tout déposer auprès du président de l’Assemblée nationale.»
«En tout cas, nous ne nous laisserons pas faire. En ce qui me concerne, j’ai décidé d’ester en justice et le constat a déjà été fait», promet la présidente du conseil départemental de Bambey. 
Poursuivant, Mme Mbodj de dire, lors d’une conférence de presse tenue, hier, à leur permanence nationale, qu’en tant que présidente de groupe désignée par leur Secrétaire général, elle a la légitimité de parler au nom de leur cadre qui est élargi à l’opposition. Elevant le ton, elle note que «tous les présidents de groupe sont désignés par les chefs de partis. C’est ce qu’a fait Me Wade m’a désigné pour remplacer Modou Diagne Fada à la tête de notre groupe. D’ail- leurs, c’est pourquoi j’ai accepté neuf nouvelles adhésions des députés qui sont de Rewmi, d’Aj-Pads, de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs) ou encore de la Convergence démocratique Bokk Gis-Gis.»
Faisant remarquer qu’il est facile d’arbitrer ce qui est un «fait inédit», elle indique qu’il n’est pas question «de laisser passer une pure forfaiture, une décision et une démarche politique pour soutenir une personne dont le parti, le Secrétaire général et les militants ne veulent plus comme président de notre groupe parlementaire.»
Vendredi 16 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :