Accusation de recul démocratique : « Que vaut la démocratie, s’il n’y a pas de loi » Mouhamed Dionne


Avec l’emprisonnement de nombreux opposants au Sénégal, le Gouvernement Macky Sall est accusé d’être « casseur d’opposants ». Un recul démocratique selon même certains. Mais pour le Premier ministre la question qui mérite d’être posée c’est « que vaut la démocratie, s’il n’y a pas de loi, s’il y a rupture entre les citoyens ?»
« Le Sénégal c’est le pays du 19 mars 2000, du 23 Juin etc. Le peuple n’a pas changé c’est le  même et il donne tous les jours une leçon de modestie aux dirigeants de ce pays pour qu’ils apprennent à servir et non se servir. Et le Gouvernement du Président Macky Sall a inscrit son action dans la promotion de la paix civique. On n'a été jamais aussi proche de la paix civique en Casamance. Proche d’une entente fraternelle entre le peuples Sénégalais et Gambien frères. Maintenant la société civile elle est dans son rôle. Elle appelle à plus de convenance dans les débats publics. Nous ne sommes pas des va-t’en guerre, mais nous sommes pour la loi, rien que la loi. L’égalité de tous devant la loi. Pas d’exception » a martelé le Premier ministre.
« Pourquoi un ministre, un maire ou un député qui fait dans la mal gouvernance devrait être libre de faire tout ce qu’il veut. Le Sénégal sous Macy Sall, ce n’est pas cela, c’est la loi pour tous. On est loin du recul démocratique, que vaut la démocratie, s’il n’y a pas de loi, s’il y a rupture entre les citoyens. Nous ne voulons pas de cette démocratie » a-t-il clamé. 
Jeudi 23 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :