Accords du 17 Février : Le FUSE veut en finir avec les crises liées au protocole










Après le référendum du 20 mars dernier, Macky Sall n’a pas perdu de temps pour donner les contours de la dernière-née des institutions, le Haut Conseil des Collectivités territoriales (Hcct) dans un projet de loi organique riche de 67 articles.


Accords du 17 Février : Le FUSE veut en finir avec les crises liées au protocole
Le Front Unitaire des Syndicats de l’Enseignement (FUSE) en conférence de presse ce matin, concernant l’évaluation du niveau de mise en œuvre des accords du 17 février 2014, suite aux dernières décisions du Président de la République dans son discours du 3 Avril dernier, a noté avec intérêt les décisions du Président de la République quant aux mises en solde de maître et professeurs contractuels et au paiement des rappels d’intégration et d’avancement. Néanmoins, estime t-il, « ces avancées bien qu’importantes, n’épuisent pas la mise en œuvre des accords ».
En effet, pour le FUSE,  « il faut en finir avec les crises liées au protocole d’accord du 17 février 2014. C’est dans cet esprit que pour solder l’application intégrale de ce protocole d’accord, le FUSE a soumis au Gouvernement, un mémorandum qui énonce ses propositions pour une sortie de crise. Il s’agit de propositions réalistes et réalisables pour ramener durablement la paix et la stabilité dans l’espace scolaire, dans l’intérêt de tout le monde. Aussi désormais, la balle est le camp du Gouvernement!»
Concernant les élections aux CAP/CD, quant à la préparation de ces élections au niveau du Ministère de la Fonction publique, le FUSE fustige les nombreux dysfonctionnements et manquements constatés, tant au niveau central qu’au niveau déconcentré du commandement territorial. A titre d’illustrations, note le communiqué, des milliers d’enseignants ont été privés du droit de vote par omission et autres erreurs sur les listes électorales, d’autres, bien qu’inscrits ne pourront pas accomplir ce droit à cause des très longues distances qui les séparent de leur bureau de vote ».
Aussi, le Ministère de la Fonction publique portera t-il l’entière responsabilité de l’insignifiant taux de participation à ces élections professionnelles, si les corrections possibles ne sont pas apportées à la cartographie des bureaux de vote dans l’essentiel des départements administratifs du pays, conclut la note.
 
Mardi 12 Avril 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :