Abus de confiance portant sur l’Ipm : Les travailleurs de Ddd réclament à leur ancien directeur 500 millions de francs


Abus de confiance portant sur l’Ipm : Les travailleurs de Ddd réclament à leur ancien directeur 500 millions de francs
L’ancien directeur de la société de transport Dakar Dem Dikk a comparu hier devant le Tribunal correctionnel pour abus de confiance. Il a été cité devant cette juridiction par l’Ipm du personnel de ladite société représenté par Ismaila Diop. La partie civile reproche ainsi à Dame Diop de n’avoir pas reversé les cotisations sociales des employés prélevées sur les salaires. Cette situation a fait que les travailleurs de Ddd ne pouvaient plus bénéficier de médicaments dans les pharmacies et d’hospitalisation dans les structures sanitaires de la place, selon leur avocat.

Mais, le patron de Dakar Dem Dikk s’inscrit en faux contre de telles accusations. «J’ai été directeur de la société d’octobre 2012 à août 2014. A mon arrivée, j’ai trouvé que la société était lourdement endettée par rapport à l’Imp», a-t-il indiqué tout en précisant que cette dette est bien antérieure à sa nomination. A l’en croire, le passif était de 423 millions de francs à son arrivée à la tête de Dakar Dem Dikk. «J’ai essayé de d’éponger cette dette et quand je quittais, elle n’était que de 345 millions de francs», s’est-il glorifié. Pour l’avocat de la partie civile, ce montant reconnu par le prévenu confirme le préjudice causé aux employés qui avaient mis en place cette Imp pour permettre aux travailleurs de se soigner. Malheureusement, se désole la robe noire, l’argent a été détourné. En prenant la gestion de cette société, le prévenu doit accepter le passif et l’actif, mais qu’il ne vienne pas dire que cette dette est antérieure à sa nomination au poste de directeur de Ddd, a dit l’avocat.  Estimant que les faits sont établis, il a réclamé la somme de 500  millions de francs en guise de dommages et intérêts. 
Les avocats de la défense ne voient pas les choses de cette manière. Selon Me Tandian, la partie civile veut créer la confusion en citant Dame Diop afin de régler des problèmes personnels.  Car pour lui, il n’ya pas de réunion d’assemblée générale sur cette question au sein de l’entreprise. Il trouve aussi qu’il n’y a pas eu de documents de comptabilité de cette société qui peuvent attester que les sommes indiquées sont détournées. Ce qui l’amène à dire qu’on est bien loin des soubassements de cette procédure avant d’en déduire que cette citation a été murie dans le but d’atteindre la personne de l’ancien directeur qui était devenu indésirable. Car, il voulait assainir la gestion en supprimant les heures supplémentaires et en envoyant à la retraite des employés qui avaient atteint l’âge et qui continuaient à travailler. Malheureusement, il s’est attiré la colère des employés qui ont tenté de lui trouver la petite bête, a-t-il expliqué. Me Tandian pense que c’est la société qui n’a pas honoré ses engagements. Et ceci est lié au mauvais comportement des travailleurs et des syndicats qui se croyaient tout permis dans cette boîte. 
Selon Me Bamba Cissé, la preuve de la remise et du détournement n’a pas été rapportée. Et que leur client n’a pas personnellement reçu l’argent des em­ployés. Mieux, remarque-t-il, les bulletins de salaire n’ont pas été versés au dossier pour établir la comptabilité. Suffisant pour la défense de plaider la relaxe en demandant de débouter la partie civile de sa demande. L’affaire sera vidée le 12 juillet prochain.

Le Quotidien
Mercredi 15 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :