Abdoulaye Wade, le dernier des Mohicans


Abdoulaye Wade, le dernier des Mohicans
Et encore Abdoulaye Wade, le dernier des Mohicans. Et qu’en est-il de ses pairs comme Robert Mugabe ? Mais ce dernier est toujours aux commandes par rapport à Wade qui ne l’est plus. Reclus à Versailles, la cité des rois de France. Mais entre Wade et le Sénégal, existe une très vieille histoire, une vieille idylle faite de bric et de broc. Un amour jalonné par des hauts et des bas. Joies et trahisons. Qui aurait crû qu’Abdoulaye Wade, du haut de sa splendeur de jadis et quand il dirigeait ce pays lilliputien, ce Sénégal-là, féru de politique, aurait choisi comme lieu de retraite Versailles. Peu de sénégalais n’auraient même pas parié sur un kopeck. Beaucoup d’entre nous pensaient qu’il prendrait sa retraite dorée au Sénégal, précisément dans la ville sainte de Touba, fief de la puissante confrérie mouride dont il en est un éminent membre. Depuis 2012, année de sa débâcle électorale, Abdoulaye Wade ressasse ce passé cinglant et fatal. Ce passé qui lui a valu et lui vaut encore des déboires politiques et familiaux. En effet, Papy Wade fait de la résistance face à Macky Sall. Un jeu auquel il s’adonne et bon nombre de ses ouailles lui reconnaissent cette qualité-là. La fougue et la bravoure d’un guerrier mohican. Somme toute, il s’est toujours défini comme l’alpha et l’oméga de la politique locale. Au Sénégal, il n’y a pas de maître en la politique comme Abdoulaye Wade. Un baobab par rapport au flamboyant qu’est son successeur Macky Sall. L’élève qui a damé le pion au maître. Une impression de se dire que le résident de Versailles n’en a pas fini avec le régime qui l’a renvoyé à une retraite politique anticipée. Mais l’homme qui vient à peine de fêter ses 91 printemps, requinqué par les effluves d’une bonne santé, est prêt à en découdre avec Macky Sall qu’il qualifie de dictateur et de président instable. Bâillonnant et emprisonnant tout homme politique qui se met sur son chemin. La liste des opposants au gnouf est longue comme le filet du pêcheur à la recherche de son heure de gloire. De Karim Wade le fils unique à l’actuel maire de Dakar, Khalifa Sall. Ainsi va le Sénégal à vau-l’eau, dirigé d’une main de fer par Macky Sall. Ce contre quoi, Abdoulaye Wade entend lutter, clamant sur tous les toits du monde que les sénégalais ont baissé la garde. De sa vie d’homme politique, le pape du Sopi (Changement) en a toujours fait un combat. Vingt six ans dans l’opposition passant de Senghor à Abdou Diouf. Wade a toujours été un politique coriace. Un gladiateur aux dents bien acérées. Un éternel optimiste et se disant toujours qu’aussi difficile est le chemin il est un Sisyphe des temps modernes. Mais imaginons Wade encore heureux, gravissant la montagne contre vents et guet-apens. Et encore à 91 ans, le vieil homme désarçonne de par son intelligence. Dès qu’on parle de lui, les baromètres de sondage nichés au palais de l’avenue Roume s’affolent. Tout y est sens dessus dessous. Ainsi est Abdoulaye Wade. Cette bête politique. Ce dur à cuire. Cet homme que la politique a créé. N’eût été la politique, Wade n’aurait pas existé. Et le peuple sénégalais l’aurait in fine inventé. Face à Macky Sall, c’est le déluge et il ne reste que Wade, debout, dit une certaine presse. Et c’est depuis Versailles que le papy se plaît à redessiner la carte politique du Sénégal, entouré de sa garde rapprochée, communique avec son état-major resté au pays, distille des conseils à ses visiteurs tout en préparant les prochaines joutes électorales de juillet 2017 et de celles de 2019. En effet, il dit à tout va qu’il fera de la politique jusqu’à son dernier souffle. Un vrai damné. Dire à Wade de ne plus en faire et de prendre sa retraite, c’est porter un coup dur à son honneur dont il ne s’en remettra jamais. Mais son ultime combat, c’est de regagner l’estime et le cœur des sénégalais qui l’avaient porté au pinacle et de pouvoir œuvrer dans la continuité mais de quelle continuité parle-t-on ? Continuer dans son sillage vaille que vaille, per fas et nefas. Seul l’avenir nous le dira.
POUYE Ibra
Vendredi 9 Juin 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :