Abdoulaye Wade et Jeune Afrique : Hasard de calendrier ou commande payée ?


Abdoulaye Wade et Jeune Afrique : Hasard de calendrier ou commande payée ?
Depuis que Abdoulaye Wade a compris que le cas de Karim Wade était désormais scellé du sacro-saint principe juridique de l’autorité de la chose jugée, il est prêt à tout, on dit bien tout, pour faire sortir son fils de geôle. Evidemment, Abdoulaye Wade se sent lui même coupable d’avoir placé son fils au cœur des affaires de notre pays et par ricochet de l’avoir mis dans ces beaux draps. Ministre du ciel, de la terre et de la mer, Karim Wade ne l’a été que par le seul fait de son père et sous l’œil bienveillant de sa mère Viviane Wade qui savait bien qu’une telle chose n’aurait jamais été possible chez elle, en France. Abdoulaye Wade savait tout aussi bien que rien ne justifiait un tel accaparement, ni la morale, ni l’expérience de Karim Wade, ni sa formation académique, somme toute banale, encore moins un quelconque combat qu’il aurait mené pour le Sénégal ou pour les sénégalais. Les sénégalais ne l’ont connu qu’à l’arrivée de son père au pouvoir et pourtant, combien de jeunes de son âge ont à l’époque sacrifié leurs études pour la cause du Sopi? La justice sénégalaise a tenu un procès juste et équitable et a condamné définitivement Karim Wade. Les sénégalais épris d’objectivité et qui n’ont pas la mémoire courte se rappellent du train de vie princier que menait Karim Wade, train de vie certainement pas payé par son salaire de ministre, seul revenu qu’on lui connaissait en ce moment. La justice a découvert qu’il avait « patrimonalisé » des pans entiers de notre économie, en créant ses propres sociétés au niveau des secteurs les plus juteux, comme le port et l’aéroport. La justice a pu retracer les milliards de nos francs qui sont passés sur ses comptes à Monaco. Tout cela, Abdoulaye Wade le sait et certainement se mord les doigts de n’avoir pas tenu son fils à l’écart des affaires de l’Etat comme ses prédécesseurs, Senghor et Abdou Diouf. Pour sortir son fils de prison, Abdoulaye Wade est prêt à déstabiliser le régime de Macky Sall par tous les moyens. D’abord, des tentatives de mobilisation populaire qui au fil des programmations maigrirent comme peau de chagrin. Ensuite, ce fut des invectives jamais entendues de la bouche d’un ancien chef d’Etat. Puis, les demandes d’intervention intempestives auprès de nombreux présidents africains qui reviendront toutes insatisfaites. Et voilà que Abdoulaye Wade, l’homme qui a gracié les assassins de Maitre Sèye renoue avec ses bonnes vieilles méthodes. On apprend qu’il a remis en service un cabinet de lobbying parisien à l’époque chargé de son image pour s’occuper de faire exactement le contraire à l’encontre de son tombeur d’un certain 25 mars, à savoir salir l’image du Président Macky Sall.  Il s’agit de calomnier et de calomnier encore pour qu’il en reste toujours quelque chose. D’abord l’affaire Lamine Diack, un journal aussi sérieux que le Monde qui parle de financement de la campagne de Macky Sall pour ensuite se rétracter et présenter des excuses. Puis, dans la même semaine, c’est autour de Moustapha Niasse d’être faussement accusé à partir de Paris de deals douteux en Guinée Equatoriale. Et maintenant, Jeune Afrique propriété d’un Arabe bon teint qui ne peut ignorer nullement la gravité de l’affront de la caricature de Serigne Touba au Sénégal. Et encore une fois, de simples excuses quand le mal est déjà fait. Ceux qui connaissent bien le milieu de la presse afro-française n’ignorent point les très bonnes relations d’affaires qui existent entre Abdoulaye Wade et Béchir Ben Yahmed. Car Jeune Afrique, hélàs, c’est aussi un outil d’affaires pour son propriétaire, c’est bien connu. Les pays qui s’achètent régulièrement des publi-reportages y ont bonne presse quoiqu’ils fassent!  On est en droit de se demander comment se fait-il qu’un journal aussi expérimenté que Jeune Afrique appartenant à un tunisien d’origine ait pu publier une caricature infamante de Cheikh Ahmadou Bamba sans imaginer la réaction d’indignation que cela pourrait déclencher. Manifestement il y’a eu intention de nuire ! Et c’est à se demander s’il n’y’a pas eu commande grassement payée par quelqu’un qui cherche à déstabiliser le régime de Macky Sall, comme cherchât plusieurs fois à le faire Abdoulaye Wade. En tout cas, le hasard des évènements se fait bien trop précis pour qu’on ne cherche pas à savoir qui est derrière Jeune Afrique.

 

Asma Ibou Sène, Politologue

Rouen, France
Mardi 2 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par Baba le 03/02/2016 04:41
Wakhofi touss ! politologue n'est pas un métier ,vas chercherdu boulot.

2.Posté par le citoyen patriote le 03/02/2016 07:08
Vraiment le ridicule ne tue pas. Il ne manquait plus que ça ! Accuser Me Abdoulaye Wade, ancien président du Sénégal d'être derrière l'affaire Jeune Afrique, c'est voir dans tous les échecs cuisants de l'actuel régime son ombre... Alors dites-le donc ! c'est lui qui aurait sans doute conseillé au jeune chanteur Wally Seck d'adopter le look qui lui a valu être présenté comme icône de l'homosexualité au Sénégal ?
C'est lui qui serait encore derrière la mobilisation exceptionnelle des mourides et autres confréries confondues pour dénoncer la caricature déplacée de Jeune Afrique et, certainement, les quolibets et huées reçus par les représentants du pouvoir ? Enfin, c'est lui qui serait même derrière l'avis implacable du groupe de travail des Nations-unies sur la détention jugée arbitraire de son fils Karim Wade ?
Aussi, serait-il derrière le scandale dans lequel le ministre Mankeur Ndiaye est cité, avec des preuves irréfutables ?
Et pourquoi pas, pendant qu'on y est, derrière le bras de fer actuel entre le maire de Dakar, Khalifa Sall, et le gouvernement sur la question de l'aménagement de la place de l'Indépendance ?...
Il faut savoir raison garder et accepter de voir la réalité en face. Si Wade constitue encore un facteur de menace, voire de nuisance, pour un pouvoir expert dans la manipulation, c'est seulement parce qu'il n'a pas su faire oublier ses réalisations dont certaines attendent encore d'être inaugurées (aéroport de Diass, hôpital Dalal Jaam de Guédiawaye, Musée des Civilisations, etc)...

3.Posté par Annoushka le 03/02/2016 07:13
J'apporte un dementi total a ce texte concernant les relations entre Abdoulaye Wade et Bechir Ben Yahmed ou Jeune Afrique. Elles n'ont jamais ete bonnes.
Quand on ecrit on doit s'assurer de dire la verite mais pas inventer pour faire plaisir a qui que ce soit, fut-il un cer tain Macky Sall.
Et de grace n'inventez pas des choses qui n'existent pas sous pretexte de defendre Serigne Touba.
Adama Gaye
Journaliste, ancien de Jeune Afrique, et ancien Conseiller du President de Jeune Afrique (j'ai tenu a temoigner que les relations avec Wade n'ont jamais ete solides) et vous n'avez pas plus de legitimite que moi pour parler de Serigne Touba, notamment defendre sa cause...

4.Posté par tass yakar le 03/02/2016 07:41
Foutez nous la paix super mercenaire gerer l'argent de corruption que vous avez gagné en redigeant cet article et taisez vous

5.Posté par Xxxxx le 03/02/2016 08:06
C nul comme analyse

6.Posté par Mbacké bari le 03/02/2016 09:00
j'ai été deçu de votre texte,
pure charabia!!!
une démarche trés nulle
La raison ne conçoit pas bien votre idée
Chaque partie pouvait vous etre accordée, la justification de trois ministére tenus et non merité est tres pertinent
Mais à connaitre un mouride, il ne prendra jamais un quelconque cheikh, mm po une descendance pour atteindre quelcun qui l'est moin que lui;
je suis un Tidjane mais s'il ya quelque chose que japprecie bien sur terre c'est la foi des mourides et leur attachements à leur prochains, aux descendants et aux cheikh meme des descendants...
arreter de semer la terreur dans notre pays,
et de trouver des explications à tout, pour combien de temps voulez vous soutenir ce sujet qui est une honte pour la peau noire, l'islam, l'histoire, la politique, l'economie du pays,
dabord la faute au sac à la mode, apres waly seck la culture, et maintenant Wade abdoulaye politique, et demain QUOI? QUI?

7.Posté par Mbengue le 03/02/2016 09:01
Tu n'es pas un politologue mais un politicien mon cher, tu fais des analyses subjectives c'est décevant. En plus tu écris des mensongues

8.Posté par ridial le 03/02/2016 09:35
Ceci est vraiment l'analyse d'une personne qui deteste le Vieux Wade. Quoi que l'on puisse dire wade est un discipline de Bamba et pour rien au monde il ne peut etre le commanditaire de ses caricature s.

9.Posté par Diop le 03/02/2016 10:03
Un article bidon trop terre a terre ministre du ciel de la terre et de la mer tu devais nous dire quelles sont les resultats tu parles du train de vie de karim et des autres sans exclure l actuel president
TU ES NUL

10.Posté par Doff bi le 03/02/2016 10:26
Mr Sene, qui a intérêt à ternir l'image de nos illustres marabouts. C'est celui qui les considère et les déclare "citoyens ordinaires" ou celui qui les vénère.
La réalité est têtue

11.Posté par ndoye thierno le 03/02/2016 11:37
ça vol bas là....arrêtez de prendre les vessies pour des lanternes....

12.Posté par BARRY le 03/02/2016 12:28
Sil vous plait épargnez nous de ces position partisanes et diffamante des ces genres d articles.
On vous suit pour la rigueur dont vous avez toujours fait votre dans vos textes et reportages. Continuez sr ce chemin et refusez d etre a la solde de qui que ce soit et de tomber dans les travers de la mediocrité.

13.Posté par bari bagass le 03/02/2016 15:00
impertinence totale

14.Posté par SYLLA le 03/02/2016 15:24
Décidément même après sa mort, Wade ne cessera jamais de vous hanter.
Vous le voyez partout.

15.Posté par Sokhna le 03/02/2016 17:28
Ne vous fâchez pas il a dit vrai c est wade qui a sacrifié son fils

16.Posté par ZUDAPER le 03/02/2016 20:40
Quelle prétention de votre part, Monsieur l'auteur de cet article.quelle preuve pouvez vous brandir pour prouver que c'est Le Président WADE qui est derrirere? Travaillez au lieu de nous tympaniser avec ce genre de torchon

17.Posté par Nioux le 04/02/2016 01:33
L'analyse est très tirée par les cheveux et n'est pas digne même d'un apprentis politologue. Revoyez un peu le jeu de JA face à Wade durant les années de braises 2011, 2012. N'est ce pas JÀ le porte étendard de Jacques Foccart dans ses opérations francafricaines. Aujourd'hui seuls les intérêts des ces descendants francafricains sont défendus par Macky Sall et sa bande à savoir Bollore, Necotrans , Paribas, Francetelecom, Eiffage etc. Monsieur Revoyez vos cours d'analyse géopolitique

18.Posté par Selzo le 04/02/2016 11:29
Menteur et non politologue

19.Posté par Sada thiam le 04/02/2016 18:42
Au contraire, c'est toi "hibou"Sama qui est payé par le pouvoir incapable de Macky sall pour salir Me Wade. Tu es corrompu jusqu'aux fesses.



Dans la même rubrique :