Abdoulaye Wade déroule son jeu, le M23 peine à trouver ses repères (Mamadou MBENGUE)


Abdoulaye Wade déroule son jeu, le M23 peine à trouver ses repères (Mamadou MBENGUE)
Plus de deux semaines après la validation de la candidature certes anticonstitutionnelle du pape du sopi, aujourd’hui force est de reconnaître que Wade joue sur un autre tableau. Celui de sa réélection au premier tour. Son équipe s’y attelle d’arrache pied et prépare déjà l’opinion à une victoire sans appel. La machine libérale bat campagne, elle sillonne le pays, elle présente son programme et exhibe ses réalisations au cours de ces douze dernières années. Après avoir allumé la mèche dans le Baol, l’opposition s’est contentée de contester les images que nous a montrées la Rts mais ça reste inefficace comme réplique. Ce qui est fait est fait. A Mbacké, les libéraux sont quand même sortis massivement et ont scandé le nom du pape du sopi. Le même scénario s’est répété dans les artères de la ville de Dakar. Même son de cloche aussi à Thiès, une ville pourtant réputée bastion de l’opposition si on a encore souvenance des débâcles lamentables du parti socialiste et même de Wade dans cette localité. L’armada libérale sera cette semaine l’hôte de la région du fleuve. Qu’on ne soit pas encore surpris de voir la machine bleue réussir une mobilisation XXL faute d’adversité coriace et sérieuse sur son chemin.

Au même moment, les sénégalais épris du départ définitif du pds du paysage décisionnel du pays, restent médusés face à la posture apathique du mouvement des forces vives du 23 juin. Osons le dire haut et fort. Ce mouvement n’est que l’ombre de lui même. Il patauge dans les marécages du tâtonnement, de la division et bref de l’infiltration au grand profit du pds. Les leadeurs qui prétendent l’incarner sont victimes de leur égo. De Macky Sall à Idrissa Seck, en passant par Tanor, Niasse et autres, les motivations restent les mêmes. S’approprier du cri du peuple dont l’écho a terrorisé Abdoulaye Wade un 23 juin pour une finalité personnelle. Celle d’être uniquement président de la république du Sénégal.

Jusqu’ici, on note qu’il n y a pas photo entre la manière de manifester des oppositions tunisienne et égyptienne et celle de notre M23. Pourtant l’essence de notre révolution est plus noble car il s’agit d’une violation manifeste de notre constitution, notre soupape de sécurité. Toutes les révolutions ayant porté leurs fruits, se sont faites dans la cohérence, la constance, l’endurance et surtout l’unité. En fait, si l’opposition tunisienne a obtenu gain de cause, c’est parce que l’unité était au rendez-vous. Si pour Hosni Moubarak le glas a sonné, l’endurance a prêté main forte. Au cuba aussi, Castro et Ernesto Guevara ont fait fi de leur égo pour réussir quelque chose. Jamais la place Tahrir ne s’est vidée de ses manifestants avant le départ du despote. On a vu des leadeurs dormir à la belle étoile avec les manifestants. Contrairement à ce qui se passe chez nous, on assiste à des manifestations souffrant d’un manque criard de continuité dont les leadeurs détalent les premiers quand la police intervient.

L’heure de se démarquer de ces leadeurs politiques tous riches comme Crésus a sonné. Ne les laissons plus continuer à s’accaparer de notre travail en amont pour le départ de Wade qu’ils tiennent aujourd’hui en otage. En otage, oui ! Cogitons juste sur deux faits. Macky Sall, tout en se réclamant du M23 fait cavalier tout seul. Il est dans une logique d’en découdre avec le pds par les urnes. N’est ce pas une manière de cautionner la candidature de Wade qui est contraire à la constitution? Les dernières informations nous enseignent que Moustapha Niasse aussi fera la même chose car craignant que Macky ne lui ravisse la vedette. Que un de ces deux politiciens soit président est-il le but du M23 dont ils se disent ancrés ? Je pense que non.

Vaillant peuple, le mouvement du 23 juin nous appartient. Sa raison d’être se justifie par le refus qu’on bafoue les règles de notre démocratie acquise aux prix du sang de nos ancêtres. Reprenons le jalousement et rééditons l’exploit du 23 juin dernier pour enfin voir notre cher Sénégal se défaire définitivement de Abdoulaye Wade et de tous ses laquais qui pendant de longues années l’ont aidé à banaliser le socle de notre Etat pour leurs conforts personnels.
Mamadou MBENGUE
Dimanche 12 Février 2012
Mamadou MBENGUE




1.Posté par keuss le 12/02/2012 16:25
Il faut arrêter vos délires, je crois rêver comment on peut comparer la Tunisie, l'Egypte d'une manière générale les pays du Maghreb au Sénégal. Comment on peut passer notre temps à faire des recommencements, nous avons réussi à changer le PS sans violence. Je veux bien qu'on me dise qu'il y a des dérives au Sénégal, mais tout changement de régime doit passer par les urnes.
Il y a quelqu'un qui parlait de ndeup y a quelques années, mais je pense qu'il est vraiment temps. A écouter les gens du pouvoir et de l'opposition a l'impression qu'ils ont perdu la tête.
Moi je propose comme solution l'annulation des élections et des négociations pouvoir-opposition et société civile d'un moins ce qu'il en reste. Mais surtout les fumeurs de chanvre indien (non c'était trop tentant), je veux dire y'en a marristes doivent arrêter de jeter de l'huile sur le feux .

2.Posté par mokhtar le 12/02/2012 18:38
ce qui fait la differance du senegale et lesautre pays arabe est la democratie tous les persones qui ete à la place tahrir souffrait des meme problemes contrairement ici l,oppostition senegalais se composent des ancien qui ete au affaire il ya pas longtemps. mostapha l,ete de senghor à wade tanor de senghor à 2000.dansokhoete toujour avec wade gadio si ont le connait ce garage à wade idrissa paraille maky aussi ils ont tous enrichit par le pouvoire.c,est porquoi leur interets ne corrospondent pas au celle du peuple.donc leur luttes ne peut pas abouture parceque ils tirent pas dans la meme direction maintenent la solution c,est de retirer les cartes et aller voter . avent cela il faut bien suivre les candidats pour faire le meilleur chois posible car il ya forcement un qui sera meilleur sur les 14 candidats

3.Posté par Aldo le 12/02/2012 19:12
Bonne continuation cher homonyme, même si au demeurant, je ne partage pas certains points de ton analyse. Il serait difficile de calquer le combat du M23 sur les modèles égyptien et tunisien. Cela n'a rien à voir. Ni les motivations profondes, ni les ressorts socio-politiques ne sont comparables. Le M23 a structuré son action autour du respect de la Constitution. Le départ de Wade n'étant que la suite logique de ce respect de la loi fondamentale. Seulement, la validation de la candidature du président par le Conseil Constitutionnel est venue bouleverser les plans du M23. Ou bien il acceptait la forfaiture de Diakhaté et Cie. Ou bien il rejetait tout en bloc. Cette deuxième ouvrait la voie à l'insurrection et le schéma tunisien pouvait être envisagé dans ce cas.
Ma conviction est que l'opposition ne pouvait pas jouer sur les deux tableaux au risque de paraître inconséquente. Le début de la campagne électorale a ouvert une nouvelle séquence politique qu'il faut aborder avec des réponses politiques. Le M23 n'avait plus sa raison d'être. Il devait s'effacer au profit des candidats. Cela n'empêche nullement que "Y en a marre" continue son combat qui du reste est bien efficace.
Salaam

4.Posté par omzo le 12/02/2012 23:16
Que proposes tu? que l'opposition boycotte les élections? Penses-tu que Abdoulaye WADE ait assez de vergogne pour comprendre ce langage? Il va sans sourciller penser que l'opposition a peur de se mesurer à lui et va avec aisance occuper le pouvoir pendant 2 ans et ensuite par une alchimie légale dont il a le secret il va quitter le pouvoir et le confier au prince Karim Meissa le plus nul de sa génération du Cap au Caire.
J'ai en mémoire les dernières élections législatives boycottées par l'opposition. Ce boycott n'aura servi qu'à affaiblir davantage l'opposition ; Wade élissant allégrement ses affidés au niveau de l'Assemblée Nationale.
Et enfin une disgression, je vois sur la photo le Grand Tanor toujours égal à lui même toujours à côté des nymphes (Diouma bilahi Tanor Dioumoulo).

5.Posté par CRV WADE 2012 le 12/02/2012 23:52
Moi je conseillerai aux opposants d'économiser leurs sous car les Senegalais ne sont pas dupes,il veulent le developpement qui est incarné par Me WADE.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016