Abdoulaye Diouf Sarr devant le HCCT décline ses ambitions


Le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire  a fait face ce jeudi au haut conseil des collectivités territoriales HCCT. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de leur première session de l’année de 2017. Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr est donc le tout premier ministre à être auditionné par les membres du HCCT. Devant, les conseillers, le ministre a fait une présentation sur  « l’évaluation de l’Acte 3 de la décentralisation ». Dans sa communication, le ministre a présenté les grandes lignes de la réforme dite Acte 3 de la décentralisation. Une ambitieuse réforme selon le ministre qui estime que  « l’Acte 3 de la décentralisation est un moyen de territorialisation des trois piliers du Plan Sénégal Emergent PSE ». Abdoulaye Diouf Sarr estime que « l’Acte 3  contribue à l’atteinte des objectifs liés à la transformation structurelle de l’économie et de la croissance au travers des initiatives locales dans tous les secteurs de l’économie, à la valorisation du capital humain et à la gouvernance, donc au développement équilibré de l’ensemble du territoire national ». Le ministre n’a pas manqué de revenir sur les difficultés liées à cette réforme. Abdoulaye Diouf Sarr d’informer que des difficultés ont été notées dans le cadre de cette réforme. L’application du Code général des collectivités locales a révélé des difficultés de fonctionnement au sein de certaines collectivités locales informe Diouf Sarr. Selon lui cette situation a amené le Président de la République, lors du Conseil des Ministres du mercredi 1er juillet 2015, à « demander au Gouvernement de procéder à l’évaluation de la première phase de cette réforme majeure de l’action publique, et de partager avec les élus locaux et les populations, à travers des formats adéquats, les résultats, contraintes et enjeux de la nouvelle politique de décentralisation ».
Devant les hauts conseillers, le ministre de la Gouvernance locale, a fait part de la tenue prochaine d’un conseil interministériel sur la réforme de l’Acte 3.
A la suite de sa communication, les hauts conseillers n’ont pas manqué d’interpeller le ministre sur un certain nombre de questions liées au secteur de la décentralisation, tout en formulant des recommandations en vue d’améliorer la mise en œuvre de la réforme et atteindre les objectifs que le Chef de l’Etat lui a assignés.



Jeudi 23 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :