Abdoulaye Baldé, président sortant de l'AMS : "jamais notre association n'a eu une aussi grande visibilité à travers le monde"


Abdoulaye Baldé, président sortant de l'AMS :  "jamais notre association n'a eu une aussi grande visibilité à travers le monde"
"J'ai aujourd'hui fait mon bilan dans un premier temps. Je vais revenir après pour lire mon rapport moral qui sera plus complet. Je pense qu'on est à un tournant de la vie de l'association qui passe aujourd'hui de 172 membres à 557 membres. Nous allons adopter de nouveaux statuts, mais aussi donner de nouvelles orientations pour la marche de cette association. 

Accomplissement d'une mission confiée depuis 2009

Oui je crois qu'après que mes collègues ont montré des sentiments de satisfaction, je crois que c'est l'accomplissement d'une mission confiée. Le bilan que nous avons réalisé aussi bien sur le plan financier de la gouvernance de notre association que la prise en charge des intérêts moraux, mais aussi de la représentation internationale...
Je pense que jamais notre association n'a vu une aussi grande visibilité à travers le monde. Cela ne dépend pas seulement de moi, mais de l'ensemble des membres qui m'ont accompagné, mais aussi de la complicité qui a existé entre le maire de Dakar Khalifa Sall et moi-même. Parce qu'au niveau de ces instances internationales de collectivités locales, l'association nationale a le même poids que la ville capitale. Donc il fallait comprendre cela et faire preuve de générosité et de dépassement pour mener à bien la mission confiée. 
Maintenant, il y a des chantiers qui restent et qui ne dépendent pas de l'association des maires du Sénégal, mais qui découlent de la volonté politique du gouvernement.
C'est d'abord l'achèvement de l'acte III avec la phase II, mais aussi la mise en place d'une fonction publique locale, la mise en place d'une politique de fiscalité locale adéquate, un transfert massif de moyens financiers de l'Etat vers les collectivités locales. C'est un combat qu'il faudra mener mais qui ne dépend pas seulement de l'AMS, car ça dépend aussi du gouvernement. Le nouveau bureau aura du travail qui l'attend avec ces chantiers".

Candidature à soutenir?

Non! Vous savez je joue le rôle de médiateur entre les différents candidats, alors je ne peux pas avoir de candidat. L'essentiel est que l'assemblée générale puisse se dérouler dans de bonnes conditions et que nous puissions élire un bureau avec un président qui continuera le travail que nous avons entamé. 
Personnellement, je n'ai pas de choix par rapport aux candidats, mais je milite pour qu'une volonté de consensus règne même s'il y a une détermination de certains à aller aux élections comme c'est prévu dans les statuts et nous avons mis en place une commission électorale au cas où nous ne tomberons pas d'accord sur un candidat d'ici demain. Parce que ça sera demain, à l'assemblée générale d'élire son prochain président.
Samedi 17 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016