Abdoul Mbaye préside le diner-débat des cadres républicains, samedi


Abdoul Mbaye préside le diner-débat des cadres républicains, samedi
Le Premier ministre Abdoul Mbaye préside samedi à Dakar le diner-débat de la Convergence des cadres républicains (CCR), une structure affilée à l’Alliance pour la République (APR), indique un communiqué reçu à l’APS. Prévue à partir de 18h30 à l’Hôtel Radisson, la rencontre est axée autour de la ‘’stratégie de mise en œuvre de la politique agricole du programme +Yoonu Yokkuté+’’.
Le programme "Yoonu Yokkuté" est constitué des engagements du candidat Macky Sall, avant son élection le 25 mars dernier à la présidence de la République.
Le diner-débat se déroulera en présence du coordonnateur national de la CCR, Thierno Alassane Sall (ministre des Infrastructures et des Transports), de Mor Ngom, ministre, directeur de cabinet du président de la République et d’Abdoulaye Baldé, ministre de l’Agriculture et de l'Equipement rural, signale le texte.(Aps)
Vendredi 28 Décembre 2012
Dakaractu Redacteur




1.Posté par dd le 28/12/2012 20:12
bayi ba lék gui gnor mou gnew léké gnari lokho wa apr nio niak fayda rék

2.Posté par Laye le 29/12/2012 13:47
contribution :

MENSONGE CENSURÉES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
C’est avec une grande fierté que j’ai écouté Monsieur le premier ministre Abdoul mbaye se prononcé devant les députés de l’assemblée national sénégalaise suite a la motion de censure déposée par les députés de l’opposition. J’ai écouté religieusement son discours et je revois encore le visage de Ousmane ngom, perdu dans ces pensées et méditant sur son sort comme une âme en perdition. C’est avec éloquence et un charisme rarement égalés que Monsieur le premier ministre a démonté comme un puzzle les mensonges des ces protagonistes qu’il qualifie de « Tentative de diversion ». Ils commencent par camper le débat en rappelant que la « motion de censure est un mécanisme prévu par notre constitution et même qu’elle est un rituel dont ne peuvent s’enorgueillir que les démocraties avancées »
Monsieur le premier ministre clame son regret de voir un texte déployé à des fins purement politiques, selon lui ces protagonistes chercheraient à se cacher sur une motion de censure pour « détourner l’attention des Sénégalais de l’entreprise d’assainissement de la vie publique qui est en cours, tout en tentant de ralentir les efforts de l’Etat dans ce sens », je revois encore le visage de Maitre Ngom frêle et glacial.
Abdoul Mbaye fait un clin d’œil assez révélateur a madame la ministre de la justice, Aminata Touré et réitère la volonté du Président Macky sall d’aller au bout des audites qui vont dans le sens « d’assainir la vie publique » comme promis lors de la campagne électorale.
Venant au texte, Monsieur le premier ministre use d’un rhétorique pour balayer du revers de la main les accusations de blanchissement d’argent dans le dossier Hisséne Habré et mettre à nu un racolage textuel « ridicule » qu’il qualifie d’emblé de contre vérité : « Contre verité au plan du droit. Contre verité au plan des faits »
Dans un langage simple et assez simplisme Monsieur le premier ministre démonte ligne par ligne les arguments de ces détracteurs qu’il qualifie de mauvais juristes.
Il rappel de prime abord que l’architecture de la motion de censure repose sur des accusations déjà démenti par le président directeur d’Attijariwafa Bank : l’édition de l’hebdomadaire « Jeune Afrique » n° 2 706. Les fondements du texte s’effritent et s’écroulent tel qu’un château de carte. Circulez ! Il n’y a plus rien à voir.
Il ne va s’arrêter la, « J’aurais pu m’en tenir à ces quelques mots qui font s’écrouler une structuration ridicule que l’on cherche à présenter comme savamment argumentée, en usant parfois d’un mode conditionnel, parfois d’un mode affirmatif. » et comme pour enfoncer le couteau sur la plaie, il rappel en des termes quasi caricaturales que chaque ouverture de compte n’est pas systématiquement suivi par le directeur de la banque. Néanmoins, la qualité d’ancien chef d’état de Monsieur Habré a fait qu’il a porté un intérêt particulier l’opération bancaire.
Un directeur de banque n’est pas un caissier. N’est ce pas Monsieur Modou Diagne Fada ???????
Répondant aux accusations de recel, Monsieur Abdoul Mbaye, sort de ces gonds et dispense un cours magistral aux nombreux experts de droit signataire de la motion « le caissier qui reçoit les sommes du client de la banque ne fait point de recel. Il les loge dans le compte du client, dont ils restent la propriété » Ignorant que vous êtes, comment peut on parler de recel ???????
Il bat en brèche les accusations de création de compte fictif et de personnes décédés qu’il traite de stipule. Monsieur le Premier ministre semble sidéré en évoquant les bons de caisse au porteur remis en liquide. Mais qu’est ce que ce concept ?????? Coucou Monsieur Abdoulaye Baldé. Eclairé notre lanterne Monsieur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
L’ennemi semble a genou mais Monsieur Mbaye ne va pas s’arrêter la, Il révèle que certains dignitaire de l’anciens régime l’ont sollicité pour blanchir de l’argent dans sa banque, ils se reconnaitront aisément ajoute t’il. Encore la aussi le visage de Monsieur Ousmane se referme.
Le lynchage se poursuit en plus belle, il change de fusil d’épaule et passe en revue la question chaude de l’actualité en qualifiant de lapsus assez révélateur le fait que les rédactions de la motion de censure évoquent « l’argent mal acquis ». Ils veuillent ériger cette motion de censure en para tonnerre pour se protéger du vent violent des audites. Ils cherchent a me mouiller pour se dédouaner. Votre ruse ne passera pas. Vous avez rien à vous reproché donc pas de panique !!!!!! J’ai commis aucunes fautes professionnelles ni pénales d’ailleurs. J’assume complètement !!!!!!!
Je ne saurais jamais des vôtres, lance Monsieur le premier ministre, vous avez pillé et torpiller l’argent du peuple sénégalais.
Il évoque entre autre ces relations avec Monsieur Habré, qu’il présente comme des liens normal qu’un directeur de banque peut avoir avec son client avec la casquette d’ancien chef d’état. La aussi, circuler il y a rien a voir !
Il évoque en substance une affaire de faux et d’usage de faux dont il serait serais accusé. La il apporte ingénieusement des réponses claire et net. L’affaire était pendante en justice, en appel suite à une décision favorable en premier instance. Décision que ces détracteurs n’ont pas cité. Bizarre non !!!!! Et que l’avocat a reconnu l’existence de la créance de la banque sur son client. N’est ce pas Maitre El hadji Diouf ????????
On pourra s’arrêter la mais le coup de grâce va tomber quant Monsieur Abdoul Mbaye revient sur les actions de son gouvernements et les nombreux actions qu’ils vont entreprendre pour mettre le Sénégal sur les rails du développement. Ils annoncent l’ère de la bonne gouvernance après des années d’arrogances et de gabegies dans lesquelles ces détracteurs ont plongés le pays. Il met en exergue les efforts consentis par le président de la république pour réduire le train de vie de l’état. Des actions qui ont permis d’économiser 35 milliards et qui s’éloignent totalement des 12 années de tâtonnement et de gaspillage de Wade. La aussi je revois notre ami Ousmane ngom se replié sur lui même et son visage dégoulinant de sueur.
La réponse du premier était vraiment salée et a levé bien des équivoques.
Cette motion de censure a mis en lumière les intentions des partisans du parti démocratique sénégalais qui cherchent a divertir l’opinion sur les audits.
Mais a coté de ca, elle a permis de voir le charisme et l’éloquences de Monsieur Abdoul Mbaye , qui démontre une fois la pertinence du choix de le nommer chef du gouvernement.
Motakh, domou mbeur djangill beurré, yagga yagga déss meussa Niam !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Vive la republique, Vive le Sénégal.

ABDOULAYE LY

ETUDIANT EN DROIT

3.Posté par birou mafé le 29/12/2012 21:16
noce bi comencéna. diner de gala ...... soiré de gala........université des jeunes soit disant "repubicain".................
au meme moment les populations meurent de faim. allez y on vous attend au virage........................



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016