Abdou Mbow, porte-parole adjoint de l'APR : "les propos de Me Wade sont outrageants (...) Abdoulaye Baldé et Ibrahima Fall font de la petite politique"

Le jeune responsable et porte-parole adjoint de l'Alliance Pour la République, Abdou Mbow a répondu à nos questions sur l'actualité. Il a réagi face aux attaques de Wade mais aussi de celles de Abdoulaye Baldé et de Ibrahima Fall. Entretien.


Abdou Mbow, porte-parole adjoint de l'APR : "les propos de Me Wade sont outrageants (...) Abdoulaye Baldé et Ibrahima Fall font de la petite politique"
Me Wade s’est attaqué violemment au Chef de l’Etat Macky Sall en le traitant d’esclave et de mangeur de chair humaine. En tant que proche du président, quel est le sentiment qui vous anime ? 
  
Abdou Mbo
w : Ce que je voudrais dire d’abord c’est que je suis désolé des propos discourtois et outrageants à la limite dangereux venant d’Abdoulaye Wade. Un vieillard et ancien président de la République qui se met à insulter publiquement la première personnalité du Sénégal sont désolants. Ceci est inacceptable, inélégant et outrageant. C’est pourquoi les sénégalaises  et les sénégalais doivent se rendre maintenant à l’évidence et savoir que ce vieux est à la limite de la déchéance. Il a carrément perdu la raison. Pour autant, il faudrait que l’Etat puisse prendre toutes ses responsabilités pour que de tels actes ne puissent plus se produire. Le Sénégal est un pays de droit où les valeurs ont toujours été défendues. C’est pourquoi les sénégalais dans leur totalité doivent se lever comme un seul homme pour arrêter Abdoulaye Wade qui a essayé, parce que son fils est en prison, de brûler ce pays en vain, et comme son projet de mettre à feu et à sang ce pays a capoté, il se met maintenant dans l’insulte, la calomnie. Traiter la première institution de ce pays avec des propos qui dépassent l’entendement est inacceptable. C’est indigne et nous disons à Abdoulaye Wade et ses collaborateurs, que ça suffit, il faut arrêter! 
  
Dakaractu : quelle sera la réponse du camp présidentiel? Vous allez répondre à hauteur des attaques ou vous allez laisser passer ? 
  
Abdou
Mbow : vous savez, c’est pas une question de laisser passer, mais ce qui est réel, c’est que président Macky Sall, son parti et ses alliés, ne vont jamais descendre aussi bas pour répondre à Abdoulaye Wade. Wade a montré à la face du monde qu’il n’a même pas et qu’il a jamais eu les attributs d’un sage. Et ce qui s’est passé aujourd’hui montre que le président Macky Sall le dépasse de très loin. 
Pour ce qui est du président, il n’a pas le temps d’écouter Wade. Il est en train de travailler à faire avancer le pays. Il est soucieux des problèmes des sénégalais, mais pas de s’occuper d’un vieillard. Il est dans sa tournée économique pour essayer de faire émerger le pays. 
  
Dakaractu : Parlant de cette tournée dans le sud du pays. Quelle analyse vous en faites ? 
  
Abdou Mbow
 : c’est la première fois qu’un président de la République passe pratiquement une semaine dans le sud du pays pour s’enquérir de la situation des sénégalais pour terminer avec un conseil des ministres dans la région de Sédhiou. 
Ceci est révolutionnaire et nous pouvons dire que président Macky Sall a changé de paradigme en ce qui concerne la gestion de la crise casamançaise. 
Ce qu’on avait l’habitude de voir ce sont des présidents de la République qui tentaient de gérer cette situation en s’adonnant à la corruption ou de faire dans le « voyez-moi ». 
Mais depuis l’arrivée au pouvoir du président, il a montré d’autres chemins qui sont plus diplomatiques et plus efficaces. Ceci pour dire que Macky Sall est résolu à régler une bonne fois la crise casamançaise. A titre d’exemple, je peux citer l’importance de l’investissement consacré à la cette région depuis son arrivée. Il a reçu les deux bateaux qui vont contribuer au désenclavement de la Casamance. Il a inauguré l’hôpital de la Paix de Ziguinchor, l’extension de la centrale de Boutoute, mais aussi au niveau de Séhiou les domaines avec Sefa, à Kolda il a inauguré le pont Abdoul Ka et énormément de financement pour les femmes. Une façon de participer au développement de la localité qui peut être source paix. 
Le président Macky Sall est sur la bonne voie et je crois, la population casamançaise le lui a montré avec l’accueil qu’il a eu à son arrivée. Cet accueil a été valable aussi à Kolda et à Sédhiou.  Donc c’est salutaire et les populations ont apprécié à sa juste valeur. Maintenant les mauvaises langues seront toujours derrière nous pendant que nous travaillons pour le pays. 
  
Dakaractu : Mais en quelques mots, quel bilan tirez-vous de cette tournée ? 
  
Abdou Mbow
 : j’en tire un bilan positif. Très positif même, parce que c’est un bon signe que le président se déplace jusque là-bas. On avait juste l’habitude de voir des présidents rester au palais et donner des instructions à Ziguinchor. Macky Sall est descendu sur le terrain pour s’enquérir de la situation et vérifier lui-même si les promesses sont tenues. C’est une première au Sénégal. Donc on ne peut en tirer qu’un bilan positif. 
  
Dakaractu : restons avec les promesses. En mars 2014, le président Macky Sall avait promis, je cite : «un montant de 22 milliards pour les investissements dans l’éducation de base en Casamance de 2014 à 2017 et la création d’un lycée professionnel agricole dans la région de Sédhiou. La réhabilitation 30 000 hectares de terres pour la promotion de la riziculture et de l’horticulture. Et s’engage à réaliser le bitumage de la boucle du Boudié, long de 150 kms, la boucle des Kalounayes et celle du Blouf.
Le chef de l’Etat avait également promit de construire huit (08) ponts et assurer une bonne navigabilité du fleuve Casamance et son dragage ».  
Toutes ces promesses là ne sont pas encore tenues, il revient pour en faire d’autres. Ne pensez-vous pas qu’il se précipite un peu? 
  
Abdou Mbow
 : Vous avez très bien fait de rappeler ces promesses du président de République. Je vais commencer par le dragage du fleuve qui est bien assuré par les hollandais qui ont reçu d’ailleurs les remerciements du président lors de son passage. Le désenclavement est là avec l’arrivée des deux bateaux Aguène et Diambogne, l’inauguration de l’hôpital de la Paix et ensuite la réduction du prix du transport à 50% et le retrait des taxes sur les billets d’avion sont des promesses tenues. Maintenant, il ne faut pas oublier que le président n’a pas encore terminé son mandat et puisqu’il a un programme bien défini dans le PSE avec des projets prioritaires, je crois qu’il saura respecter toutes ses promesses. 
  
Dakaractu : d’aucuns disent que c’est une manière d’entamer une campagne électorale…
  
Abdou Mbow
 : si un président n’a pas le droit d’aller voir les citoyens qui l’ont mis là où il est, cela veut dire qu’il y a un problème. Macky Sall est conscient qu’il n’est pas élu pour rester au palais, c’est pourquoi il descend sur le terrain. Il avait promis et il veille à ce que ses promesses soient tenues. C’est mal connaître Macky Sall de dire qu’il fait campagne électorale. 
  
Dakaractu : pour rester dans la Casamance, le maire Abdoulaye Baldé a déclaré que le président Macky Sall ne fait que baptiser l’enfant d’autrui à son nom. Qu’il inaugure juste les chantiers de l’ancien régime. Qu’en pensez-vous ? 
  

Abdou Mbow 
: Ce qu’à dit Abdoulaye Baldé est un manque de respect vis-à-vis de la populaire ziguinchoroise. Je rappelle que le projet de l’hôpital de Ziguinchor date du parti socialiste. Quand Wade est arrivé au pouvoir, c’est Pierre Atépa Goudiaby, président du collectif des cadres casamançais qui a donné l’information comme quoi c’est lui-même qui avait le projet avec 2 milliards de nos francs. Il a fallu que Macky Sall accède à la primature pour qu’on puisse lui payer son 1,8 milliard. Pendant 12 ans de règne, Wade n’a pas terminé cet hôpital. Macky Sall l’a fait en moins de 3 ans. Il l’a inauguré avec un centre de dialyse et un scanner. Abdoulaye Baldé ne respecte pas les ziguinchorois. Il n’a rien à dire, il n’était même présent dans sa localité à cotés de ses pairs.Il a préféré aller en France et revenir pour s’expliquer. Il doit aller travailler dans sa région au lieu de faire de la petite politique. Il doit magnifier le travail du président Macky Sall au lieu de renier les choses concrètes allant même jusqu’à dire que la diminution des tarifs est dérisoire. Il manque vraiment de respect aux populations de Ziguinchor. 
  
Dakaractu : Ibrahima Fall aussi s’est ouvertement attaqué au président Macky Sall, critiquant sa gestion et l’implication de sa famille dans la gestion de l’Etat… 
  
Abdou Mbow
 : Ibrahima Fall est un homme que je respecte beaucoup. Mais Ibrahima Fall n’a pas de leçon de gestion à nous donner. Le pays a servi Ibrahima Fall qui à son tour s’est servi du Sénégal pour avoir des postes internationaux. Il s’est servi du Sénégal puis est allé s’installer à l’extérieur. En 2012, il a cru être le sauveur d’où sa désillusion. Vous avez vu, après les élections, il est réparti à l’étranger. C’est des gens qui ne respectent pas les sénégalais, qui ne peuvent pas vivre au Sénégal, mais se la coulent douce en Europe pour critiquer. 
Le président Macky Sall n’a pas de leçon de gestion à recevoir de Ibrahima Fall.   
Par rapport à l’implication de la famille, j’ai l’habitude de dire que cela c’est de l’utopie. Mansour Faye fait partie des militants de première heure de l’APR. Moi personnellement, quand j’étais le commissaire, le coordinateur du premier comité de Saint-Louis était Mansour Faye.
Aliou Sall s’est battu à Guédiawaye et la population lui a fait confiance, sinon il n’a aucune responsabilité dans l’appareil d’Etat. Ce qu'Ibrahima Fall a dit ce n’est pas vrai et c’est de la malhonnêteté intellectuelle. 
Comme je vous l’ai dit, il y a des politiciens malintentionnés qui tentent de ternir l’image du président Macky Sall, mais ils n’y arriveront pas. Les sénégalais  savent qui gère quoi et qui est impliqué dans tel ou tel dossier. 
Ibrahima Fall et Abdoulaye Baldé font de la petite politique et nous, nous avons dépassé ce stade là. 
  
Dakaractu : les libéraux menacent de descendre dans la rue si toutefois leur camarade Karim Wade est condamné. Quelle réponse apportez-vous à cela ? 
  
Abdou Mbow : nous sommes dans un pays de droit. La sécurité des biens et des personnes revient à l’Etat qui prendra toutes ses responsabilités pour que force reste à la loi. 
Maintenant, sur le plan politique, le PDS et ses alliés ont toujours dit que Karim Wade n’a rien fait, qu’il est blanc comme neige. Ils ont commencé à vouloir politiser le procès quand ils ont su que des preuves irréfutables sont en train d’être sur la table. Les avocats à court d’arguments ont boycotté le procès  et là ils font de la politique politicienne en disant qu’il est déjà condamné.
Le président Macky Sall a fait de sorte que le pouvoir exécutif et celui judiciaire soient complètement séparés. Nous avons une justice indépendante. Ils doivent savoir que Karim Wade n’est pas le seul prisonnier dans ce pays, d’autres purgent leur peine tranquillement. Si Karim Wade est jugé coupable et condamné, la vie continuera sans que rien ne se passe, croyez'moi, parce que force restera à la loi et nous accompagnerons le président pour que le pays soit stable pour aller vers l’émergence... 
Mercredi 25 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par Aliou Dieye le 25/02/2015 09:08
C’est très astucieux de votre part, DAKARACTU. Vouloir chercher des propos similaires de l’autre coté ou bien détourner l’attention des gens. Que dira encore Wade ?

2.Posté par saliou dieng zaltamba le 25/02/2015 09:12
Si c'est celui là,l'honorable député Abdou Mbow qui est le porte parole adjoint de L'APR,c'est dommage et que l'apr est mal parti. Très nul en communication et n'a pas des arguments valables pour convaincre les gens. Sincèrement Mr Mbow est nul et ne connait rien du passé pour mieux argumenter.Abdouy Mbow n'a pas une expérience politique et si j'étais dans l'apr je ne serais jamais daccord.
J'invite mes camarades de L'URD à se mobiliser derriére le candidat Khalifa Sall candidat de la grande famille socialiste. Ici à Tamb le travaille a commencé depuis

3.Posté par deugue dji le 25/02/2015 09:15
Vivez, ah ! Vivez donc jeunes gens, et qu’importe la suite !
Les folies que je regrette le plus dans ma vie sont
Celles que je n’ai pues éviter à mes enfants quand j’en avais l’occasion
Je puis regretter d'avoir menti,
D'être la cause de ruines et de souffrances,
Mais fussé-je au pied de la tombe,
Je ne pourrais me repentir d'avoir aimé mon enfant.
Mon repentir n'est pas tant un regret du mal que nous avons fait,
Qu'une crainte du châtiment qui peut nous arriver.

Vivez, ah! Vivez donc jeunes gens, et qu’importe la suite !
Le remords, ça pousse comme une fleur empoisonnée,
Comme un fruit vénéneux qui grossit, grossit
Et finit par prendre toute la place.
Bonne est l'action qui n'amène aucun regret
Et dont le fruit est accueilli avec joie et sérénité

Vivez, ah ! Vivez donc, jeunes gens, et qu’importe la suite !
N’ayez pas de remords. Vous n’êtes pas Juges
La culpabilité est un sentiment irrationnel,
Le sentiment d'être responsable de tout le mal du monde.
Le remords, lui, exprime une nostalgie,
Le regret de ce qui aurait pu être et n'a pas été.
Le regret me prouve aujourd’hui que je n’étais pas dans la bonne direction

Vivez, ah ! Vivez donc, jeunes gens, et qu’importe la suite !
Rien n'est plus terrible qu'une vie qui s'écoule dans le regret.
Comme père, je ne peux m'empêcher de craindre pour mon fils.
Comme père, je me dois de cacher les fautes de mon fils,
Comme lui, en fils de son père, cacherait mes fautes.
Un père n'est pas père sans enfant ;
A eux deux ils forment un être commun.

Vivez, ah ! Vivez donc, jeunes gens, et qu’importe la suite !
N’ayez pas de remords. Vous n’êtes pas Juges
Une indulgence inépuisable, une sensibilité
Toujours active et toujours désintéressée :
Tel est l'amour que je portais, que je porte et que je porterai pour mon fils

Aux injures d'un vieux aigri, on répond par le mépris.

4.Posté par baol le 25/02/2015 09:50
S'il vous plait, parlez nous de l'affaire Africa Énergie.
Vous étés tous(PDS,APR,AFP ET PS) pareilles, ce que dit Abdoulaye Wade n'intéresse que vous.
Arrêter de dévier l'opinion, la personne de Macky Sall ni d'Abdoulaye Wade ne nous intéresse.
Vous les journalistes aussi, on dirai que vous étés complisse de ce qui se passe!



Dans la même rubrique :