Abdou M’bow, vice-président de l’Assemblée nationale : « Giresse n’a pas respecté ses seconds!»

Après la débâcle, l’heure est à la concertation. Le vice-président de l’Assemblée nationale et un des représentants des autorités sénégalaises à la CAN 2015, Mr Abdou M’bow, explique ce qui s'est passé de son point de vue. Entretien...


Abdou M’bow, vice-président de l’Assemblée nationale : « Giresse n’a pas respecté ses seconds!»

Dakaractu : Monsieur M’bow, vous faites partie de ceux qui ont représenté l’Etat du Sénégal en Guinée Équatoriale. Quelle appréciation faites-vous de la CAN à laquelle vous venez d’assister ?
 

Abdou Mbow D’abord, je voudrais commencer par féliciter les joueurs, féliciter l’encadrement technique comme administratif. L’appréciation personnelle que je fais de la CAN 2015, c’est que sur le plan de l’encadrement, tout s'est bien passé, il n’y a pas eu de problème. L’Etat du Sénégal a tout fait pour mettre l’équipe dans de très bonnes conditions et le ministre des sports, Monsieur Matar Ba a été avec l’équipe pendant toute la campagne. Il a été présent pendant les éliminatoires, mais aussi pendant la CAN elle-même. Sur ce plan alors, toutes les conditions étaient réunies pour une bonne compétition.

J’ai vu pour la première fois, une ambiance extraordinaire au niveau de la tanière entre les joueurs, les fédéraux et le ministère.

Tout était en parfaite harmonie, raison pour laquelle il n’y a pas eu de détails ou de problème entre eux.

Maintenant, pour être honnête, je dirai qu’il y a eu quelques manquements. J’ai vu un entraîneur qui n’avait pas eu trop de considération pour ses seconds, mais aussi pour ceux qui étaient à ses côtés. L’emprise que la fédération devait avoir sur le coach n’a pas été de mise. C’est pourquoi je pense que la prochaine fois, il faudra avoir un encadrement technique qui ait une influence sur le coach, même s’il est libre dans ses choix. Mais puisqu’il a été pris pour des performances, je pense qu’il faudrait plus de contrôle sur lui pour parer à des catastrophes comme celles que nous venons de vivre durant la CAN 2015 en Guinée Équatoriale.


 

Qu’est-ce qui n’a pas marché selon vous?
 

Pour moi, ce qui n’a pas marché a été le management de l’équipe de Giresse. C’est vrai, on dit souvent que c’est trop facile de tout rejeter sur lui, mais quand même, il faut reconnaître qu’on ne peut pas comprendre qu’on puisse avoir une équipe gagnante et la changer à 50% au second match. Personne n’a compris ce choix-là et ça nous a coûté trop cher. Ce choix hasardeux a été l’origine de tout le mal. Ce qui n’a pas marché aussi ce sont les choix  incompréhensibles de Giresse qui n’a pas bien managé l’équipe, il faut qu’on le dise! Parce que c’est la réalité aussi. Ces choix ont porté préjudice à l’équipe.

Mis à part Giresse, on ne peut pas totalement dédouaner la fédération sénégalaise de football. Parce que déjà c’est la fédération qui a choisi l’entraîneur. Mais je ne dirais pas que la FSF doit démissionner parce que pour moi, ce n’est pas parce qu’on a râté une campagne que la fédération doit partir. Il faut savoir que la fédération a été élue par une assemblée générale. Maintenant, il faut situer les responsabilités et qu’aussi la fédération prenne ses responsabilités par rapport à l’avenir de l’équipe pour qu’ensemble nous puissions aller de l’avant.

Mais aussi il y a eu un véritable problème de communication. C’est vrai qu’on a une très bonne équipe, une équipe qui pouvait aller très loin dans cette compétition, mais il y a eu un problème de communication. On a fait croire aux sénégalais que l’équipe partait pour prendre la Coupe d’Afrique des Nations. Ce n’est pas aussi simple et facile qu’on le dit. Même si le miracle était possible, il ne faut pas oublier qu’on n’a jamais rien gagné.  Ce qui n’a pas été dit, c’est que nous avons une équipe jeune qui peut faire des choses à l’avenir, mais qui manque d’expérience. La fédération a pêché dans la communication. Même le président de la fédération l’a reconnu et à l’avenir ils devront mieux travailler dans la communication avec la population.
 

Qu’est-ce qui est à refaire dans l’équipe nationale?
 

Il faut que la fédération sénégalaise de football revoie son mode de fonctionnement. Que ce soit dans la communication ou au niveau de l’encadrement technique.

Il faut un entraîneur qui est à l’écoute de ses adjoints, parce que les points de vue des adjoints sont importants.

Il faut aussi travailler à ce que l’équipe soit plus performante et efficace. Il faut que la fédération travaille avec le ministère des sports pour un encadrement technique de qualité, digne de ce nom. On doit arrêter avec les sélectionneurs qui viennent faire tout ce qu’ils veulent et repartir. Il faut un dialogue au sein de l’encadrement.

On a échoué parce que Giresse n’en a fait qu’à sa tête.

 

Ne pensez-vous pas qu’on doit donner leur chance aux joueurs locaux?
 

Vous savez, quand je parle d’encadrement technique de qualité, c’est à dire un encadrement qui ne laisse rien s’échapper. Les joueurs locaux sont aussi des sénégalais. On doit avoir un encadrement qui travaille 12 mois sur 12. Si on le fait, non seulement on va donner la chance aux joueurs locaux, mais ça permettra de donner plus d’ambiance et challenge avec les internationaux.
 

Qu’est-ce que le départ de Giresse vous fait?

Le départ de Giresse ne me fait absolument rien du tout. Son départ est logique, parce que comme je vous l’ai dit, même si je ne lui attribue pas totalement l’échec, il en porte la plus grande part de responsabilité. Il a été l’artisan principal de la débâcle des « Lions »...

Mardi 3 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par LEUZ le 03/02/2015 09:10
Est-ce que ses seconds se sont faits respectés?????



Dans la même rubrique :