Abdou Latif Coulibaly au Grand Jury : «Personne ne peut poser des limites à ma liberté… C’est ne pas me connaître que de penser que je vais critiquer le régime dans lequel je suis!»


Abdou Latif Coulibaly au Grand Jury :  «Personne ne peut poser des limites à ma liberté… C’est ne pas me connaître que de penser que je vais critiquer le régime dans lequel je suis!»
Le secrétaire général du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, s’est défendu au cours de l’émission « Grand Jury » d'être passé de journaliste critique à ministre « muselé» dans le Gouvernement de Macky Sall.
Selon lui, il s'est toujours limité à la critique des faits set actes posés par les différents régimes qui ont précédé celui auquel il appartient présentement. 
«  Je n’étais pas un journaliste critique, mais plutôt qui rapportait des faits. Ce sont les faits qui étaient critiques à l’endroit de ces messieurs. Si vous regardez bien le travail que j’ai fait, je n’ai pas exprimé d'opinion. Le journaliste est perspicace et fait son travail. Personne ne peut poser des limites à ma liberté »

Abdou Latif Coulibaly a par ailleurs annoncé un ouvrage sur l’Etat de la Gouvernance actuelle. « Je vais publier un ouvrage qui m’engage dans ce que je fais dans le pays. L’idée que je me fais de ma propre dignité fait aujourd’hui que quand je suis dans un pouvoir et que j’exerce des obligations de ministre, c’est ne pas me connaître que de penser que je vais critiquer le régime dans lequel je suis. Ce n’est pas digne, ni l’idée qu’un responsable doit se faire de son comportement. Ce ne sera pas aujourd’hui ça ne sera pas demain. Si des gens l’attendent de moi, ils se trompent »
Sur la sortie d’Amath Dansokho alertant d’un danger imminent sur le pays, Latif Coulibaly de défendre son collègue regrettant cependant le lieu (NDLR : journal l’Observateur) où la déclaration a été faite. « Amath a sa manière de dire les choses, on est dans une démocratie mais en lieu et place où ça devait être dit… ça a été dit… (Il ne continue pas). Mais je retiens simplement ce que le Président a dit devant moi : « je ne doute jamais et je mesure parfaitement la sincérité de Amath Dansokho à mes côtés ». J’étais présent quand il le disait! »
 
Dimanche 14 Juin 2015
Dakaractu




1.Posté par xuly le 14/06/2015 19:08
il s'en est fallu de peu qu'il mit des limites a la liberte de Dansoko, mais il s'est retenu...on comprend, heureusement pour toi.
Le probleme n'est pas de critiquer l'action du gvmt auquel tu appartiens mais c'est de renier des positions et principes d'hier pcq'on est aujourd'hui ds le pouvoir.That's the question...
Tu as defendu que le poste ministre de l'interieur peut etre occupe par un militant de l'APR (parti au pouvoir) contrairement aux recommandatios des assises nat et mieux contrairement a ta propre position avant ton entree ds le gvmt.
J'avais dit ici a NEW YORK lors d'une reunion de BSS avant les elections de 2012, pdt la campagne electorale, bien que tu soutenais notre candidat Niasse, que tu n'etais pas indique pour donner une conference et j'avais le soutien des autres membres.....les raisons je me garderai de les etaler ici mais l'histoire semble nous donner raison.

2.Posté par Ama le 14/06/2015 19:10
Ce monsieur est la plus grande honte du pays. Il a mangé tout ce qu'il avait vomi du temps de Diouf et Wade.

3.Posté par seuh le 15/06/2015 17:48
Le plus hypocrite de l'histoire du Senegal. Opportuniste sans diginite, traite de ton histoire et de tes anciens combats.
Une honte du Senegal.
Macky fait pire que Wade et tu fermes ta grande gueule du temps de Wade.



Dans la même rubrique :