Abdou Fall retrouve Me Wade et le PDS (communiqué)


Abdou Fall retrouve Me Wade et le PDS (communiqué)
Abdou Fall, qui a récemment démissionné du Parti démocratique sénégalais (PDS) et du poste de directeur de cabinet politique du président Abdoulaye Wade, vient de mettre fin à un ‘’bref malentendu’’ avec ce dernier, en rejoignant les Forces alliées pour la victoire (FAL 2012), a annoncé mardi le professeur Iba Der Thiam.

‘’Le ministre d’Etat Abdou Fall et son leader de toujours, le président Abdoulaye Wade, se sont retrouvés, après un bref malentendu, au terme d’une rencontre que j’ai pris l’initiative de provoquer’’, déclare M. Thiam dans un communiqué transmis à l’APS.

S’expliquant sur sa démarche, il écrit : ‘’Je connaissais l’estime réciproque que les deux hommes se portaient et l’importance que leur compagnonnage représente pour la victoire des Forces alliées.’’

Abdou Fall, ministre d’Etat, directeur de cabinet politique du président sortant, a déclaré au mois de janvier qu’il avait adressé une lettre de démission du PDS au secrétaire général de ce parti, Me Abdoulaye Wade, pour ‘’rester fidèle‘’ aux idées qui ont toujours guidé son action politique.

‘’J’ai notifié au président Abdoulaye Wade, par lettre datée du mercredi 25 janvier 2012, ma décision de quitter le PDS et de me libérer de mes fonctions de ministre d’Etat, directeur de cabinet politique’’, écrivait M. Fall dans un communiqué reçu à l’APS.

‘’Cette décision, prise en toute liberté et après mûre réflexion, sera lourde de conséquences dans ma vie politique en général et dans ma vie tout court’’, avait écrit Abdou Fall, qui ajoutait : ‘’Mais, je l’ai prise pour rester fidèle à moi-même et aux idées qui ont toujours guidé mon action politique.’’

Abdou Fall déclarait qu’il quittait un parti auquel il croyait ‘’avoir beaucoup apporté et qui, en retour, [lui avait] beaucoup donné’’.

‘’Je quitte un leader que je respecte et que je continuerai de respecter, dont je saluerai toujours la contribution décisive à la réalisation de l’alternance politique et à la construction d’un pays en progrès’’, avait-il expliqué.

Le ministre d’Etat quittait aussi ‘’des frères et des sœurs de parti, plus particulièrement à Dakar et à Thiès, avec lesquels [il avait] partagé de grands moments d’histoire politique’’.

‘’Mais, avait souligné M. Fall, il n’est aujourd’hui de secret pour personne que l’on ne m’offre plus aucune possibilité de participer, contrairement au passé, à la définition et à la conduite des politiques dans le parti et l’Etat.’’

‘’Dans les circonstances actuelles où nous faisons face à de sérieux défis de pacification de notre espace politique et social, de stabilisation de notre démocratie et de consolidation de nos acquis en matière de développement, je considère que je peux jouer un rôle plus important’’, écrivait-il dans le communiqué.

C’est dans cette perspective que ‘’j’ai décidé de reprendre mon autonomie politique et de participer, avec des amis, à l’émergence d’un pôle construit autour d’une plateforme, qui prenne correctement en charge notre vision du leadership politique et les exigences d’une nouvelle gouvernance démocratique, dans le cadre d’une société plus juste et plus solidaire’’, avait-t-il indiqué.
Mercredi 22 Février 2012
APS




1.Posté par damel le 22/02/2012 01:08
les senegalais doivent savoir que abdou fall est originaire de gae,et qu'il est esclave labas.Les eclaves sont capables de choses comme ça

2.Posté par KALIX le 22/02/2012 01:09
Des journalistes s’invitent au complot
Voilà qu’on n’a pas fini d’épiloguer sur le complot fomenté par Idrissa SECK contre le peuple sénégalais, qu’une certaine presse s’invite au débat et se présente en défenseur du Diable !
Convoqués dans un hôtel de la place par Idrissa SECK et son ami BARA TALL, des journalistes ont reçu des enveloppes d’argent dont la somme est comprise entre 500 000 et 1 000 000 f CFA. Et même deux patrons de presse ont été cités dans cette affaire. Parmi la DIZAINE de journalistes reçus par Idrissa Seck et BARA TALL, figurent d’honnêtes citoyens qui ont vendu la mèche. L’objectif visé à travers cette démarre antirépublicaine et antidémocratique, c’est de s’attaquer au président Wade et à son porte parole dans les éditions de demain mercredi 22 février, et essayer redorer l’image d’ Idrissa Seck auprès de ses bailleurs de fond qui n’ont pas cautionné le recrutement d’anciens militaires pour installer le CHAOS au Sénégal.
Une « conspiration » contre le peuple Sénégalais fomentée par des personnes « à la fois puissantes et dangereuses » tapies secrètement dans les arcanes des médias ». Comme pour dire l’ennemi du peuple sénégalais est à l’intérieur des murs, pas à l’extérieur.

3.Posté par PAPY le 22/02/2012 02:03
mawarou si sournalisteyiii ! xalissss ! xalissss ! rekkk ! IDY personne ne crois à ce qu'il fait et à ce qu'il dit .

4.Posté par MAX le 22/02/2012 02:08
du n'importe quoi ?

5.Posté par MAX le 22/02/2012 02:14
wawwww ! IDY mo todj .....

6.Posté par senegalais le 22/02/2012 09:01
et apres ?

7.Posté par wakh deug le 22/02/2012 09:30
senegal ba senegal dathhhh serigne mbacke ndiaye mofi dakha fene mane ay domam la yeureum hamna mom domam bouma fi guiss rek mouy yotou poste si sunu senegal bi dina..................



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016