AWA NIANG SUR L’AFFAIRE SONKO : « Le siège du syndicat est aussi celui du Pastef... »

Pour Awa Niang, deuxième questeur à l’Assemblée nationale, la suspension de Ousmane Sonko vient à son heure. Mieux, elle a tenu à saluer «l’acte courageux» et «responsable» posé par le Directeur général des Impôts et Domaines Cheikh Ba.


La deuxième questeur de l’Assemblée nationale, Awa Niang, applaudit des deux mains la suspension notifiée à l’inspecteur des Impôts et leader du Pastef, Ousmane Sonko.
Interpellée hier, cette dernière s’est voulue ferme : «Je tenais tout d’abord à féliciter le Directeur général des Impôts et Domaines Cheikh Ba. Il a posé un acte responsable, en tant qu'autorité morale des Impôts et domaines. Ousmane Sonko veut brûler ce pays en se servant de sa posture d’agent des Impôts. Il est libre de se prononcer sur toutes les questions qu’il veut, mais il ne peut pas jeter sur la place publique des dossiers fiscaux auxquels il a eu accès grâce à ses fonctions. Plus que violer un secret professionnel, c’est de la trahison. C’est comme si demain un médecin sortait sur la place publique des bulletins médicaux. »
Abordant la réaction du Syndicat des impôts, Awa Niang n’a pas été tendre avec Elimane Pouye et Cie. «Ils n’ont aucune crédibilité car le siège du syndicat est aussi le siège de Pastef. Ce syndicat a perdu toute sa crédibilité depuis qu’il s’est transformé en avocat de Tahibou Ndiaye condamné pour enrichissement illicite. Ils n’ont de leçon à donner à personne».
Par ailleurs, il faut signaler qu’Ibrahima Sène du Pit a aussi tenu à conforter le Directeur général des Impôts et Domaines. Sur sa page Facebook, il écrit : «Tout agent de l’Etat, à quelque poste où il exerce, est tenu de ne pas user des informations, qu’il détient dans le cadre de l’exercice de sa fonction, à des fins politiques, de chantage ou de fonds de commerce. Sonko, comme le Commissaire Keïta ou le Colonel Ndao, ne peut pas ignorer cela. En décidant de faire ce qu’il a fait, il a choisi de subir les conséquences qui en découle. La dénonciation est une redoutable arme politique qu’il faut savoir manier avec dextérité, pour éviter qu’elle ne se retourne comme soi-même. Les hauts cadres de ce pays, soucieux de s’engager dans la défense de la République démocratique, laïque, de justice sociale et d’indépendance nationale, devraient éviter de grossir les rangs des Keïta et Ndao, pour que leur combat ne se limite pas à leur propre personne. »
Jeudi 28 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :