AUDITION DES JEUNES SOCIALISTES A LA DIC : Le PS demande des sanctions «sévères» contre ceux qui seront inculpés et répond à Khalifa Sall

La convocation des jeunes socialistes à la Division des investigations criminelles a occupé le débat, hier, lors du Bureau politique du Parti Socialiste. Ousmane Tanor Dieng et ses camarades, après avoir fait savoir qu’ils ne retirent pas leur plainte, demandent des sanctions «sévères» contre les auteurs des incidents qui ont eu lieu le 05 mars dernier à la maison du Parti socialiste.


AUDITION DES JEUNES SOCIALISTES A LA DIC : Le PS demande des sanctions «sévères» contre ceux qui seront inculpés et répond à Khalifa Sall
Le Parti Socialiste (Ps) a tenu son Bureau politique, hier. Cette rencontre a été une occasion d’évoquer le malaise qui prévaut dans cette formation politique avec l’audition des jeunes socialistes à la division des investigations criminelles (Dic). Ce, pour faire la lumière sur les saccages qui ont eu lieu, le 05 mars dernier, au siège dudit parti.
En effet, le Ps ne compte pas arrêter les poursuites judiciaires enclenchées. Mieux, cette réunion du Bureau politique a été une occasion pour répondre à Khalifa Sall qui a déclaré que ces convocations tous azimuts de certains se réclamant de son camp est une sorte «d’intimidation».
Répondant à l’édile de la ville de Dakar sans le citer, Abdoulaye Willane, porte-parole du Ps a déclaré : «Le premier à être auditionné, c’est Ousmane Tanor Dieng. Il a été entendu pendant 3 tours d’horloge. Ensuite, des membres du secrétariat national tels qu’Alioune N'doye, Mame Bounama Sall, Jean Baptiste Diouf, entre autres, ont été entendus. Il a fallu que d’autres camarades ou présenté comme tels soient convoqués pour qu’on ameute l’opinion, qu’on joue à la victimisation.»
Pour le porte-parole, force doit rester à la loi dans une République. Et, il faut que les gens ré- pondent de leurs actes parce que nous sommes dans une démocratie. Mieux, il a battu l’argumentaire selon lequel, il y a une traque contre des jeunes du Ps.
«La victimisation ne passera pas. Il faut que dans ce pays que les gens apprennent à répondre de leurs actes. Ceux qui vous parlent gaillardement ou exagérément à la radio, qui s’en prennent à l’image du parti, qui ouvrent des débats en dehors du parti, ils n’osent pas le poser ici. Mais ces gens, pour l’essentiel, après le référendum, vous les avez entendus dire qu’ils regrettaient cela et qu’ils condamnaient de tels faits. Maintenant que la police convoque des gens pour faire le travail, on veut donner l’impression que c’est un problème politique ou politicien. C’est faux, c’est de l’amalgame», a soutenu M. Willane.
Avant d’ajouter : «Nous renouvelons notre confiance au procureur et nous souhaitons que l’enquête se poursuive jusqu’à son terme et que les auteurs de ces forfaits criminels soient connus, pris et jugés. Qu’ils soient sanctionnés à la hauteur de leur forfait. Il faut que cela serve d’exemple aussi bien pour le Ps que pour toute la classe politique.»
Concernant la sortie de Khalifa Sall demandant que la Dic l’appelle, le porte-parole de rétorquer : «Il n’a qu’à le dire à la Dic. Ce n’est pas le Ps qui convoque.»
Lors de cette réunion du Bureau politique, le Ps a également évoqué la suspension des travaux portant sur la refonte du fichier électoral provoquée par la bouderie des partis de l’opposition et les non-alignés. Lesquels dénoncent le dépôt, à l’Assemblée nationale, du projet de loi portant refonte partielle du fichier électoral par le Gouvernement. Estimant que le Sénégal n’a pas besoin de conflit ou de contentieux préélectoral, le Ps appelle à plus de responsabilité.
Jeudi 23 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :