ATELIER DES MAIRES DU POLE TERRITOIRE SINE-SALOUM SUR LA DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU DANS LA ZONE CENTRE (par Oumar Ba)


ATELIER DES MAIRES  DU POLE TERRITOIRE SINE-SALOUM SUR LA DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU DANS LA ZONE CENTRE (par Oumar Ba)
RESOLUTION FINALE
Nous Maires du Sine-Saloum couvrant les régions administratives de Kaolack, Fatick et Kaffrine, membres du Collectif des Maires du Pôle Territoire du Sine-Saloum(CMPTSS), ayant pris part aux travaux de l’atelier de réflexion et de partage  sur la « Délégation de service public de l’Eau dans la zone Centre », organisé en partenariat avec l’Office des Forages Ruraux (OFOR), le Jeudi 21 juillet 2016 à Kaolack (Hôtel Aldiana de Kahone) ;
- Considérant l’engagement résolu du gouvernement du Sénégal dans un nouveau modèle de développement économique et social, à travers le Plan Sénégal Émergent (PSE), qui vise « l’émergence à l’horizon 2035 avec une société solidaire dans un Etat de droit» ;
- Considérant que dans le cadre de la mise en œuvre de l’Axe 3 du PSE, l’Etat du Sénégal a pris l’option irréversible d’engager une refondation majeure de son action territoriale en procédant à l’Acte III de la Décentralisation qui, in fine, vise à « organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable », à l’horizon 2022 ;
- Constatant les progrès dans la définition des missions des communes, leur statut et  leur fonctionnement dans le nouveau Code Général des Collectivités Locales ;
- Relevant la volonté des maires de jouer un rôle d’avant-garde dans la réflexion afin de constituer une force de proposition crédible et légitime, notamment en matière de gestion des questions liées à l’Hydraulique rurale, et se fondant sur leurs expériences, leurs vécus et leur légitimité ;
- Considérant les disparités enregistrées sur les questions liées à l’eau, notamment l’accessibilité, la qualité et le coût, entre les zones urbaines et les zones rurales ;
- Conscients et convaincus du caractère de service social de base et de facteur de production de première importance que constitue l’eau ;
 
Déclarons notre totale adhésion et notre soutien à la nouvelle politique de l’Etat en matière d’hydraulique rurale, notamment la délégation de service public de l’eau en milieu rural ;
Marquons notre soutien à l’OFOR pour la clairvoyance dans l’opérationnalisation de ladite politique, et apprécions très positivement la démarche inclusive et participative de son Directeur Général ;
Sollicitons auprès de l’Etat un soutien plus conséquent en moyens à l’OFOR pour créer les conditions d’un succès des réformes en cours dans le secteur de l’Hydraulique ;
Sollicitons la collaboration et l’accompagnement de l’Administration Territoriale (Gouverneurs, Préfets et Sous-préfets) pour une application rigoureuse et diligente des recommandations du Directeur Général de l’OFOR communiquées aux représentants de ladite administration territoriale (Gouverneurs, Préfets, Sous-préfets) par lettres-circulaire portant, notamment, sur les mesures conservatoires requises dans le cadre de la gestion transitoire des questions de l’eau par les Associations des Usagers des Forages (ASUFOR) ;
Recommandons l’implication des collectivités locales dans la facilitation de la réforme et le dispositif de sa gouvernance, compte tenu des importants investissements réalisés par les collectivités locales dans le secteur de l’Hydraulique rurale dont le patrimoine revêt un caractère hybride (Etat, collectivités locales, et partenaires);
Insistons sur l’implication des collectivités locales dans le rôle de suivi et le contrôle de l’effectivité de la mise en œuvre des engagements des délégataires dans le cadre de leurs accords avec l’Office des Forages Ruraux (OFOR) conformément à la mission de gestion de proximité des préoccupations des populations qui incombe aux maires ;
Encourageons les projets portant sur le transfert d’eau pour mettre à la disposition des populations/collectivités locales, une eau de qualité en en quantité suffisante, pour la boisson, d’une part, et les activités de production végétale (horticulture notamment), de production animale (élevage), et de production halieutique (aquaculture), d’autre part ;
Recommandons l’application d’un tarif spécial de l’eau à usage agricole à l’image du tarif maraîcher en vigueur en zone urbaine et périurbaine en vue de promouvoir la pratique d’une agriculture productive, diversifiée, et compétitive, en toutes saisons, moteur de l’émergence de notre pays ;
Recommandons, pour une période transitoire, dans le cadre du partenariat avec l’OFOR, le renforcement des capacités des maires en matière de surveillance et de contrôle du dispositif de traitement et de gestion de l’eau ;
Recommandons,  le transfert aux Communes, des compétences liées aux secteurs de l’Hydraulique et de l’Agriculture pour une gestion rapprochée et plus efficiente,  conformément à l’esprit et à la lettre du Code Général des Collectivités Locales portant Acte 3 de la Décentralisation relativement aux missions des différents ordres de collectivités locales.
 
Recommandons, en lieu et place d’une Chambre de Commerce unique à Dakar à l’état de projet, et dans un souci de cohérence et conformément aux orientations de l’Acte 3 de la Décentralisation (territorialisation des politiques publiques), l’érection de Chambres de Commerce par Pôle Territoire ;
Recommandons l’établissement d’une taxe sur l’eau en zone rurale à l’image de la taxe sur l’eau en zone urbaine pour les communes.
 
 
 
Fait à Kaolack, le 21 juillet 2016
 
Pour le Collectif des Maires du Pôle Territoire du Sine Saloum
 
Le Président
 
 
 
 Oumar Ba
 
Mercredi 10 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016